Prochaine planète

Publié le par Debordiana

Les constructeurs en sont perdus, mais d’inquiétantes pyramides résistent aux banalisations des agences de voyage.


Le facteur Cheval a bâti dans son jardin d’Hauterives, en travaillant toutes les nuits de sa vie, son injustifiable «Palais Idéal» qui est la première manifestation d’une architecture de dépaysement.


Ce Palais baroque qui détourne les formes de divers monuments exotiques, et d’une végétation de pierre, ne sert qu’à se perdre. Son influence sera bientôt immense. La somme de travail fournie par un seul homme avec une incroyable obstination n’est naturellement pas appréciable en soi, comme le pensent les visiteurs habituels, mais révélatrice d’une étrange passion restée informulée.



Ébloui du même désir, Louis II de Bavière élève à grands frais dans les montagnes boisées de son royaume quelques délirants châteaux factices — avant de disparaître dans des eaux peu profondes.
    La rivière souterraine qui était son théâtre ou les statues de plâtre dans ses jardins signalent cette entreprise absolutiste, et son drame.

Il y a là, bien sûr, tous les motifs d’une intervention pour la racaille des psychiatres ; et encore des pages à baver pour les intellectuels paternalistes qui relancent de temps en temps un «naïf».
    Mais la naïveté est leur fait. Ferdinand Cheval et Louis de Bavière ont bâti les châteaux qu’ils voulaient, à la taille d’une nouvelle condition humaine.

Potlatch no 4, 13 juillet 1954


Sur le même thème :

Formulaire pour un urbanisme nouveau (septembre 1953)
Introduction au Continent Contrescarpe (24 janvier 1954)
    suivie de sa Position (Les Lèvres nues 9, novembre 1956)

Exercice de la psychogéographie (Potlatch 2, 29 juin 1954)
Construction de taudis (Potlatch 3, 6 juillet 1954)
Prochaine planète (Potlatch 4, 13 juillet 1954)
Les gratte-ciel par la racine (
Potlatch 5, 20 juillet 1954)
On détruit la rue Sauvage (Potlatch 7, 3 août 1954)
Les barbouilleurs
    suivis de 36 rue des Morillons (
Potlatch 8, 10 août 1954)
En attendant la fermeture des églises (Potlatch 9, 17 août 1954)
Résumé 1954 (Potlatch 14, 30 novembre 1954)
Le square des Missions Étrangères (Potlatch 16, 26 janvier 1955)
L’architecture et le jeu (Potlatch 20, 30 mai 1955)
Introduction à une critique de la géographie urbaine (Les Lèvres nues 6, septembre 1955)
Intervention lettriste (Potlatch 23, 13 octobre 1955)
Projet d’embellissements rationnels de la ville de Paris
    précédé du Rôle de l’écriture (Potlatch 23, 13 octobre 1955)
La forme d’une ville change plus vite (Potlatch 25, 26 janvier 1956)
Théorie de la dérive (Les Lèvres nues 9, novembre 1956)
Annonce d’un Congrès provisoire pour la fragmentation psychogéographique de l’agglomération londonienne (décembre 1956)
The Naked City (juin 1957)
Photographie, en 1957, de la future «place Gallizio», de Paris (16 juin 1957)
Préface (septembre 1957)
    suivie de Venise a vaincu Ralph Rumney (
IS 1, juin 1958)
Les psychogéographes travaillent (Potlatch 29, 5 novembre 1957)
Essai de description psychogéographique des Halles (IS 2, décembre 1958)
Constant et la voie de l’urbanisme unitaire (janvier 1959)
Écologie, psychogéographie et transformation du milieu humain (21 mars 1959)
L’urbanisme unitaire à la fin des années 50 (IS 3, décembre 1959)
Positions situationnistes sur la circulation (IS 3, décembre 1959)
Commentaires contre l’urbanisme (IS 6, août 1961)
L’aménagement du territoire (La Société du spectacle, novembre 1967)

Publié dans Debordiana

Commenter cet article