On n'arrête pas le Progrès

Publié le par la Rédaction

Le Lyonnais arrêté à Avignon aurait agi par conviction

Avec un ami avignonnais, il avait jeté des engins incendiaires dans la permanence d’une candidate socialiste.

Les deux hommes, dont un Lyonnais de 20 ans, arrêtés pour incendie volontaire à Avignon ont été présentés hier au parquet d’Avignon, qui a ouvert une information judiciaire, et placés sous mandat de dépôt.

Au cours de la nuit de vendredi à samedi, ils avaient été surpris par la BAC tout près de la permanence électorale de la candidate socialiste aux législatives où un incendie venait de se déclarer. Ils venaient de lancer des engins incendiaires de leur fabrication, qui ont provoqué des dégâts importants, puisqu’une salle de réunion a été détruite.

La perquisition du domicile lyonnais de Grégory M. n’a pas livré d’indices déterminants. Dans l’appartement du quai des Étroits (5e), les enquêteurs de la Sûreté d’Avignon, assistés par des policiers lyonnais, n’ont trouvé que quelques revues d’extrême-gauche, une découverte qui confirme les déclarations des mis en cause.

Au cours de leur garde à vue, ils ont en effet déclaré avoir agi par conviction politique. Ils se seraient rencontrés à l’occasion d’une manifestation à Avignon où le jeune Lyonnais résidait ces dernières semaines, ne venant que rarement à Lyon.



Des engins incendiaires dans la cour d’un collège de Vénissieux

Cinq adolescents qui ont en partie reconnu les faits, ont été présentés hier au parquet. Ils voulaient venger un camarade.

L’action était punitive et concertée. Vendredi entre 13 heures et 13h40, plusieurs engins incendiaires de fabrication artisanale atterrissent dans la cour du collège Elsa-Triolet, à Vénissieux. Il s’agit de canettes remplies d’essence enflammée qui, par chance, n’atteignent personne et font peu de dégâts. Les conséquences sont modestes, mais l’événement est grave.

L’enquête confiée au commissariat de Vénissieux va aboutir rapidement. Grâce à des témoignages, les policiers identifient en quelques heures des suspects, dont certains ne tarderont pas à reconnaître en partie les faits.

Dès samedi matin deux adolescents du quartier sont interpellés et placés en garde à vue. Un autre est arrêté dans l’après-midi. Au cours de leurs auditions, ils admettent ne pas être étrangers à ce qui apparaît au fil des heures comme une opération mûrement préparée.

En représailles

Hier matin, deux autres garçons considérés comme les instigateurs sont placés à leur tour en garde à vue à l’hôtel de police de Lyon. Ils auraient mis au point cette attaque contre le collège pour soutenir un de leurs copains, élève de l’établissement, qui devait passer en conseil de discipline.

L’un est allé acheter de l’essence, l’autre s’est chargé des canettes et ils ont ensuite préparé les engins incendiaires.

Hier, à l’issue de la garde à vue, les cinq jeunes gens, qui sont âgés de 13 à 15 ans, ont été présentés au parquet des mineurs pour incendie volontaire.

Le Progrès (édition du Rhône), 2 avril 2007.

Publié dans Action directe

Commenter cet article