Les gratte-ciel par la racine

Publié le par Debordiana


Dans cette époque de plus en plus placée, pour tous les domaines, sous le signe de la répression, il y a un homme particulièrement répugnant, nettement plus flic que la moyenne. Il construit des cellules unités d’habitations, il construit une capitale pour les Népalais, il construit des ghettos à la verticale, des morgues pour un temps qui en a bien l’usage, il construit des églises.

Le protestant modulor, le Corbusier-Sing-Sing,
le barbouilleur de croûtes néo-cubistes fait fonctionner la «machine à habiter» pour la plus grande gloire du Dieu qui a fait à son image les charognes et les corbusiers.

On ne saurait oublier que si l’Urbanisme moderne n’a encore jamais été un art — et d’autant moins un cadre de vie —, il a par contre été toujours inspiré par les directives de la Police ; et qu’après tout Haussmann ne nous a fait ces boulevards que pour commodément amener du canon.

Mais aujourd’hui la prison devient l’habitation-modèle,
et la morale chrétienne triomphe sans réplique, quand on s’avise que Le Corbusier ambitionne de supprimer la rue. Car il s’en flatte. Voilà bien le programme : la vie définitivement partagée en îlots fermés, en sociétés surveillées ; la fin des chances d’insurrection et de rencontres ; la résignation automatique. (Notons en passant que l’existence des automobiles sert à tout le monde — sauf, bien sûr, aux quelques «économiquement faibles» — : le préfet de police qui vient de disparaître, l’inoubliable Baylot, déclarait de même après le dernier monôme du baccalauréat que les manifestations dans la rue étaient désormais incompatibles avec les nécessités de la circulation. Et, tous les 14 juillet, on nous le prouve.) Avec Le Corbusier, les jeux et les connaissances que nous sommes en droit d’attendre d’une architecture vraiment bouleversante — le dépaysement quotidien — sont sacrifiés au vide-ordures que l’on n’utilisera jamais pour la Bible réglementaire, déjà en place dans les hôtels des U.S.A. Il faut être bien sot pour voir ici une architecture moderne. Ce n’est rien qu’un retour en force du vieux monde chrétien mal enterré. Au début du siècle dernier, le mystique lyonnais Pierre-Simon Ballanche, dans sa «Ville des Expiations» — dont les descriptions préfigurent les «cités radieuses» — a déjà exprimé cet idéal d’existence :
«La Ville des Expiations doit être une image vive de la loi monotone et triste des vicissitudes humaines, de la loi imployable des nécessités sociales : on doit y attaquer de front toutes les habitudes, même les plus innocentes ; il faut que tout y avertisse incessamment que rien n’est stable, et que la vie de l’homme est un voyage dans une terre d’exil.»

Mais à nos yeux les voyages terrestres ne sont ni monotones ni tristes ; les lois sociales ne sont pas imployables ; les habitudes qu’il faut attaquer de front doivent faire place à un incessant renouvellement de merveilles ; et le premier confort que nous souhaitons sera l’élimination des idées de cet ordre, et des mouches qui les propagent.


Qu’est-ce que M. Le Corbusier soupçonne des besoins des hommes ?

Les cathédrales ne sont plus blanches. Et vous nous en voyez ravis. L’«ensoleillement» et la place au soleil, on connaît la musique — orgues et tambours M.R.P. — et les pâturages du ciel où vont brouter les architectes défunts. Enlevez le bœuf, c’est de la vache.


Internationale lettriste
Potlatch no 5, 20 juillet 1954.

Publié dans Debordiana

Commenter cet article