L'Antiterrorisme travaille

Publié le par la Rédaction

Info RTL : L’ultra-gauche fortement soupçonnée de dégradation de DAB à Paris

On avait parlé de l’ultra-gauche au moment de «l’affaire de Tarnac» et des sabotages sur les lignes TGV. La piste est également privilégiée après la série de dégradations de distributeurs automatiques de billets à Paris. C’est une information RTL.

Des auto-collants, retrouvés sur les DAB, accusent les banques de dénoncer des sans-papiers aux autorités. Par ailleurs, tous ces faits ont été revendiqués sur Internet sous le titre «solidarité avec les inculpés de l’incendie de Vincennes».

Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire, confiée à la section anti-terroriste de la PJ parisienne.


Leur presse (Julien Dumond, RTL), 26 janvier 2010.


L’«ultra gauche» soupçonnée de dégradations de DAB à Paris, la section antiterroriste saisie

La section antiterroriste (SAT) de la Brigade criminelle a été saisie d’une enquête préliminaire portant sur une quarantaine de dégradations de distributeurs automatiques de billets (DAB) à Paris attribuées à des militants de «l’ultra gauche», a-t-on appris mardi de source policière.

Les premières dégradations remontent au début du mois de décembre où plusieurs DAB ont été tagués ou recouverts d’autocollants dans les XIe, XVe, XVIIIe, XIXe et XXe arrondissements. Des incendies de poubelles ont endommagé certains d’entre eux. Plusieurs DAB ont notamment été dégradés le week-end dernier dans les XIe et XVe arrondissements.

Ces actes ont notamment été revendiqués sur Internet par des inconnus qui accusent les banques de «balancer» des sans-papiers à la police et affirment être solidaires des personnes mises en examen pour l’incendie du centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes le 22 juin 2008, dont le procès s’est officiellement ouvert lundi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Leur presse (AP), 26 janvier.



Journal de 13 heures - France 2 - 26 janvier 2010


L’ultragauche fait son retour ?

Après les trains, la mouvance est soupçonnée de s’en prendre aux distributeurs automatiques…

Après Tarnac, l’ultragauche refait parler d’elle. Selon RTL, la police soupçonne cette mouvance d’être à l’origine d’une série de dégradations de distributeurs automatiques de billets, à Paris.

Au total, 42 dégradations auraient été constatées, même si, depuis début décembre, les vandales en ont revendiqué près d’une centaine. Dernier fait en date : 27 distributeurs automatiques ont été vandalisés dans six arrondissements parisiens dans la nuit de vendredi à samedi.

Le mode opératoire des vandales peut différer : le lecteur de carte bancaire est rempli de colle ultra-forte, aspergé d’acide ou détruit à la masse.

«Cette banque balance des sans-papiers aux flics»


Seul indice pour suspecter l’ultragauche : à chaque détérioration, des autocollants sont apposés sur les murs où il est écrit : «Hors-service. Cette banque balance des sans-papiers aux flics. Sabotons la machine à expulser. Liberté pour toutes et tous.»

La police avance également une autre raison pour ces dégradations. Mardi, le procès des incendiaires du centre de rétention administratif de Vincennes s’ouvre à Paris. Toutes les dégradations sont d’ailleurs revendiquées sur Internet au nom de la «solidarité avec les inculpés de l’incendie de Vincennes».

Selon les policiers, les actions s’étendraient maintenant aux entreprises de BTP participant à la construction détablissements pénitentiaires.

Leur presse (20 Minutes), 26 janvier.


Enquête en France sur des sabotages visant des agences bancaires

Une enquête préliminaire de police est ouverte depuis décembre sur des sabotages en série de distributeurs automatiques de billets de la BNP et de La Banque postale, a-t-on appris de source judiciaire.

Une quarantaine de distributeurs ont été sabotés avec de la colle, de l’acide, à coups de masse ou encore incendiés, lors de cinq opérations distinctes depuis début décembre à Paris. Des faits similaires ont été signalés en province, notamment à Grenoble.


La section antiterroriste du parquet de Paris a saisi les enquêteurs spécialisés dans les faits terroristes de la brigade criminelle, une unité d’élite de la police, précise-t-on, confirmant une information de RTL.


Les policiers pensent avoir affaire à un groupe organisé de militants de l’extrême gauche, en raison des slogans portés sur les distributeurs sabotés, qui reprochent aux deux banques concernées d’avoir dénoncé des étrangers sans papiers titulaires de comptes.


«BNP, balance de sans-papiers aux flics», «À bas les collabos», pouvait-on lire sur les distributeurs. Il est aussi fait référence au procès, en cours à Paris, des incendiaires présumés d’un centre de rétention en 2008 à Paris : «Liberté pour les inculpés de Vincennes».


La police remarque aussi que les opérations ont été revendiquées sur un site internet présenté comme proche de la mouvance de l’extrême gauche, indymedia.org.


Leur presse (Reuters), 26 janvier.

Commenter cet article

... 26/01/2010 16:56


un autre son

http://media.rtl.fr/online/sound/2010/0126/5932359227_Depuis-decembre-dernier-une-quarantaine-de-distributeurs-automatiques-de-billets-ont-ete-vandalises-dans-la-capitale.mp3