222 22 22

Publié le par la Rédaction

 
Dans Maos, le romancier Morgan Sportès, «sans doute mieux instruit que tant d’autres sur les affaires du temps», campe la figure de 222 22 22, le grand marionnettiste dune société secrète, veillant au développement harmonieux du capitalisme mondialisé.

 

Parmi les tâches de cette organisation, linfiltration, la manipulation et la neutralisation des milieux contestataires, aussi bien dans le domaine de la culture que de la politique, tiennent une place primordiale. D«une poignée danarcho-situs», il affirme que lui et les membres de son «internationale» attendent «la mort pour les empailler eux aussi, les momifier». On sait comment ce programme dhygiène sociale a été conduit jusquà maintenant. La debordologie universitaire et la muséographie sont lalpha et loméga de ce processus de récupération, dont lacquisition par la Bibliothèque nationale de France des archives de Guy Debord constitue le couronnement. Il faut noter que  les journalistes qui ont glosé sur cet évènement se sont gardés de faire un rapprochement, beau comme la rencontre fortuite sur une table à dissection dune machine à coudre et dun parapluie, entre deux données pourtant publiques.

 

 

Rappelons donc ici que le principal responsable de cette momification, Bruno Racine, nest pas seulement le président de la BNF, mais aussi celui du conseil dadministration de la Fondation pour la recherche stratégique. À ce titre, ce personnage a récemment participé au Groupe des experts participant à lélaboration du nouveau concept stratégique de lOTAN. Voilà comment, au cours d un dîner de fonds, ont été célébrées les noces de lindustrie de larmement (représentée par un «richissime marchand darmes» et le «cogérant du groupe Lagardère») et de la critique sociale. Le tout sous les auspices dune sorte dagent dinfluence, placé à un poste stratégique du Kulturkampf, conduit  par ceux que 222 22 22 appelle «les petits timoniers» au service des «mécanismes mêmes du Capital».

 

Jules Bonnot de la Bande, 15 juin 2010.



Interview du romancier Morgan Sportès

pour Ils ont tué Pierre Overney (Grasset)


Publié dans Théorie critique

Commenter cet article