Du forçat de la pige au galérien du stage

Publié le par la Rédaction

Nous appelons tous les travailleurs de la presse, leurs syndicats et associations à nous rejoindre samedi 8 décembre à la manifestation nationale des chômeurs et précaires organisée par les associations de chômeurs (AC !, MNCP, APEIS et CGT-Chômeurs) et soutenue par la CNT. À Paris, 14h place de la République. À Besançon, 14h30 place du 8-Septembre.

Du forçat de la pige au galérien du stage, du standardiste en intérim au collaborateur régulier, la précarité dans les boîtes de presse se porte plutôt bien.

Très bien même puisque, malgré une concurrence acharnée, la presse, avec un tiers de travailleurs précaires, se maintient gaillardement dans le peloton de tête des activités les plus précarisées. Encore ce tiers ne concerne-t-il que le «cœur de métier», c’est-à-dire les journalistes au sens des conventions collectives, et ne prend-il pas en compte les activités dites «annexes» (informatique, secrétariat, documentation, etc.) d’une boîte.

Mais un taux de précarité élevé n’est pas le seul titre de gloire du secteur presse. Vieux briscard du contournement du CDI, la presse se distingue aussi par le nombre et la variété de ses statuts précaires, témoignant encore une fois de l’imagination dont savent faire preuve les patrons quand il s’agit de gros sous.

Car le travail précaire, c’est d’abord un enjeu financier : exigence de productivité, durée de contrat adaptée aux besoins de l’entreprise, indemnités de fin de contrat minimales voire inexistantes, rémunérations inférieures au CDI et constamment revues à la baisse, baisse ou exonération des cotisations sociales…

C’est aussi un enjeu social, notamment pour ce qui concerne le droit du travail : difficile en effet pour un précaire, le plus souvent isolé, déconnecté de la vie de l’entreprise, soumis à un chantage à l’emploi permanent, de le faire respecter — une situation d’autant plus prégnante dans le secteur presse que s’y développe le télétravail, avec ses risques d’atomisation accrue des travailleurs. Quant à la défense collective des travailleurs, si les précaires peuvent (sous certaines conditions tout de même) être délégués syndicaux ou représentants du personnel, l’exercice relève du parcours du combattant, version kamikaze.

Il est aussi un enjeu social par les divisions qu’il génère entre les travailleurs : entre CDI et non-CDI, mais aussi entre les différents statuts précaires.

C’est enfin, pour le secteur presse, un enjeu idéologique : difficile, là encore, pour un précaire, de s’opposer au contrôle de l’info, et donc de l’opinion, exercé par gouvernement et patronat, et de contester et/ou dénoncer censure et gros mensonges imposés par sa direction. Ou de s’opposer au contrôle exercé par les annonceurs et l’idéologie qu’ils véhiculent.

Vu sa redoutable efficacité comme machine à fric et comme outil de déconstruction sociale, on comprend l’engouement patronal pour le contrat précaire, quelle que soit sa forme. Un engouement tel, d’ailleurs, que pour Mme Parisot et le Medef, la priorité des priorités, c’est le fameux contrat de travail unique, en lieu et place de tous les contrats existants, un contrat précaire bien entendu.

Peut-être, alors, les travailleurs verront-ils mieux la nécessité de ne pas dissocier leurs luttes en fonction de leur statut ?

TOUR DE PISTE DE LA PRESSE PRÉCAIRE :
Profession pigiste
«Tu fais quoi, toi, dans la vie ? — Moi ? je suis pigiste.» Une réplique fréquente ces derniers temps, au cinéma comme à la télé. Le détournement du terme «pigiste», qui désigne le statut d’un journaliste rémunéré à la tâche, pour lui attribuer le sens de «profession journaliste» n’est pas anodin : en assimilant un statut à une profession il banalise et institutionnalise la précarité dans la presse. Et si la «profession pigiste» est très valorisée par les médias comme par l’industrie culturelle, la réalité est beaucoup moins valorisante. Numéro 1 de la précarité dans la presse, ce statut, réservé à l’origine à certaines professions non postées et à des compétences spécifiques (photographes, rédacteurs, dessinateurs, etc.), s’applique à présent à tous les métiers du journalisme. En 2004, il concernait 20% des journalistes, un taux en constante augmentation (+50% en 10 ans). Car la pige est une bonne affaire pour les patrons : pas d’indemnités de fin de contrat, congés payés souvent inclus dans le salaire brut, des salaires de base dépassant à peine le smic, et… pas de contrat. Les patrons ont en effet pris la mauvaise habitude de considérer et d’imposer la pige comme une forme de contrat de travail, dans la plus parfaite illégalité, et malgré la loi Cressard (1974), qui rappelle que la pige n’est qu’un mode de rémunération, et que l’absence de contrat équivaut à un CDI. Trente ans après, la quasi-totalité des pigistes continuent de travailler sans contrat et de miser sur la bonne foi de leurs patrons…

Le petit vernis de la précarité : le CDD
Il présente quelques avantages non négligeables : prime de précarité, congés payés non compris dans le salaire brut. De plus, soumis à un encadrement juridique strict, il est relativement protecteur du droit du travail : rupture de contrat motivée, égalité de traitement avec les CDI (en principe)… C’est sans doute la raison pour laquelle le recours au CDD plutôt qu’à la pige est généralement le fruit d’un combat syndical, et non du bon vouloir patronal.

Services «annexes»
Pour ces services (personnel administratif, informatique, accueil, entretien, etc.), c’est le plus souvent par le biais de l’externalisation que s’est instaurée la précarité. Des services revendus à des sous-traitants, généralement des sociétés de services qui font leur beurre en se débarrassant des CDI pour les remplacer par des intérimaires. Coup double pour la boîte de presse : un intérimaire externe, ça revient moins cher et, ne faisant pas partie de la boîte, ça ne revendique pas.

Correspondants locaux de presse (CLP)
Le chouchou de la PQR. Traditionnellement instits, notables ou élus locaux, les CLP ne bénéficient pas du statut de journaliste. Mieux, travaillant sans contrat, payés en honoraires, les CLP ne relèvent même pas du statut salariés et sont assimilés à des travailleurs indépendants. Pas de cotisations sociales, pas de rémunération minimale, pas de contraintes liées au droit du travail : une aubaine pour les patrons de presse locale, qui, en l’absence d’encadrement juridique du recours au CLP, ne se gênent pas pour appliquer ce statut à un nombre croissant de journalistes professionnels (25.000 en 2004). Payés une misère, ne bénéficiant ni de la protection du Code du travail ni de protection sociale, les CLP constituent le Lumpenprolétariat du journalisme.

Le CDD d’usage
Réservé à certains secteurs d’activité à caractère saisonnier (dont l’information et l’audiovisuel) et «aux emplois par nature temporaires», il est très prisé dans l’audiovisuel. Au contraire du CDD classique, il peut être renouvelé indéfiniment. Conclu et conçu pour des durées très courtes (un à plusieurs jours), il est le contrat flexible idéal. Et, cerise sur le gâteau, il permet aux patrons de s’exonérer de la prime de précarité.

Stagiaires
Qui n’a jamais vu un service ou une rédaction tenir sur les épaules d’un stagiaire, conventionné ou non, bien entendu pas payé ou tout juste indemnisé. Notamment pendant ces glorieuses périodes estivales où, les journaux devant bien paraître tout de même, le stagiaire devient souvent presque le maître des lieux… Sans parler de la non-existence fréquente de tuteur et de réel suivi. Et pourtant on sait bien que le stage est un passage presque obligé pour entrer dans une entreprise de presse à la sortie de la formation. En gros, un bon cheptel de jeunes arrivants corvéables et taillables à merci, sans droit, sans salaire et donc… sans problème !

Travailleur indépendant
En pleine expansion en Europe et en France, le statut indépendant chez les journalistes fait d’abord un tabac dans les pays de l’ex-URSS (80% des journalistes) comme dans les pays anglo-saxons, dont il symbolise parfaitement l’idéologie qui y règne en maître (laisser-faire économique et marché roi). Vendu comme un contrat «de gré à gré», censé résulter à la fois des lois du marché et d’une négociation entre deux parties égales et complémentaires, le «contrat» indépendant est présenté comme la forme idéale de la relation employeur-travailleur. Idéale pour l’employeur, sans aucun doute : d’une part, vu l’état du «marché du travail», c’est lui qui impose les conditions du contrat, d’autre part les termes (rémunération, temps et conditions de travail…) de la relation de travail étant tous «négociés» «de gré à gré», ils ne relèvent pas du droit du travail et ne garantissent aucun filet de protection au travailleur… Pour le travailleur, par contre, c’est une autre histoire : la marge de «négociation» est quasi nulle, il ne bénéficie d’aucune protection, que ce soit sur le plan du droit du travail ou sur celui de la protection sociale.


Nous appelons tous les travailleurs de la presse, leurs syndicats et associations à nous rejoindre samedi 8 décembre à la manifestation nationale des chômeurs et précaires organisée par les associations de chômeurs (AC !, MNCP, APEIS et CGT-Chômeurs) et soutenue par la CNT
. À Paris, 14h place de la République. À Besançon, 14h30 place du 8-Septembre.

FACE AU DÉVELOPPEMENT DE LA PRÉCARITÉ, LUTTONS POUR OBTENIR :
• La transformation en CDI de tous les postes fixes ;

• Le paiement en salaire de tous les collaborateurs de presse (Agessa, CLP…) ;

• L’alignement des droits des précaires sur ceux des CDI, en application du Code du travail ;

• L’alignement des droits des CDD d’usage sur ceux des CDD ;

• L’élargissement de l’indemnisation chômage à tous les précaires ;

• La rémunération des stagiaires au tarif du poste occupé ;

• La réintégration des emplois et fonctions sous-traités ;

• Une réduction du temps de travail réelle, sans diminution de salaire, et avec embauches en CDI correspondantes.


La précarité t’isole, le syndicat te renforce !


Publié dans Presse

Commenter cet article