La Poule Noire

Publié le par la Rédaction

Texte de présentation de La Poule Noire, nouveau squat politique à Bruxelles, annoncé vendredi aux quelques 250 personnes présentes lors du concert de soutien à la compilation anti-marchande Taenia solium.

 
«Pour apprendre ce qu’est la liberté, il n’y a pas d’autre manière que de l’expérimenter. Et pour l’expérimenter, il faut avoir le temps et l’espace nécessaire.»

undefined
Ça faisait un petit temps que nous ressentions l’envie et le besoin de disposer d’un espace dans lequel nous pourrions avancer des idées et des pratiques révolutionnaires. Un espace de rencontre pour les gens qui veulent en finir avec le capitalisme, l’exploitation et la dépossession de nos vies par tout type d’autorité. Mais aussi un espace dans lequel nous pourrions nous adonner à nos activités comme bon nous semble, loin des contraintes économiques, des soucis de rentabilité… Un espace qui ne veut pas se limiter à cet espace.


LA POULE NOIRE : UN LIEU DE LUTTES, UN LIEU EN LUTTE

Ce lieu nous l’avons pris, sans autorisation et sans complexe. Non seulement parce que nous ne pourrions nous le procurer autrement, mais aussi parce que nous détestons l’argent et que nous aimons bien trop la vie pour bosser 8 heures par jour afin de nous procurer ce fric nécessaire à notre survie.
    Occuper un lieu c’est déjà une manière de mettre en acte le refus de la propriété, des rapports marchands, des privilèges des possédants…

Alors que la rue est assainie à coups de javel policière, nous constatons la défiguration des villes : des quartiers expropriés et démolis au nom de la spéculation immobilière et une inoccupation massive pendant que d’autres crèvent.
    Mais pas besoin d’être un spécialiste pour se rendre compte que tout ça est une apparition logique dans cette société complètement submergée par le capitalisme, où tout est marchandise et où la valeur financière est sainte.
    En ce sens, nous n’occupons pas des maisons vides pour lutter contre l’abandon de ces maisons. C’est le système qui rend cela possible que nous voulons détruire.

Cet espace ne se veut pas être un havre de paix et de liberté face à un «monde extérieur». Squatter est un acte qui se pose en rupture avec l’ordre dominant. Nous assumons ce choix et savons ce que cela implique : risque d’expulsion, tensions avec le ou la propriétaire, confrontations avec la police… Le conflit avec le pouvoir ne nous étonne pas. Il se montre à nous de manière plus tangible à chaque fois que nos envies de liberté(s) se confrontent à sa réalité.


SI NOUS VOULONS REPRENDRE L’ENTIÈRETÉ DE NOS VIES,
NOUS DEVONS EN FINIR AVEC L’ENTIÈRETÉ DU SYSTÈME CAPITALISTE


Nous faisons le constat souvent visible d’initiatives ne prenant pas en compte la totalitarité du capitalisme qui, lui, touche pourtant à tous les aspects de nos vies tout en les séparant les uns des autres. Par conséquent, nous ne partageons rien avec toute sorte de réformisme qui a pour seul but d’arrondir les angles de ce système. Le rendre plus digeste nous donnerait la nausée.

Nous ne reconnaissons pas les autorités ni leurs lois qui sont autant d’outils pour nous garder dans le rang. Nous estimons être assez sensé-e-s pour pouvoir nous organiser par nous-mêmes en prenant soin les uns des autres. Nous n’avons pas besoin qu’une instance supérieure (bien loin de nos réalités) vienne nous dicter notre manière de nous comporter. Évidemment, tout n’ira pas de soi. Ça grincera, ça coincera, ça clashera aussi probablement, mais c’est dans la résolution de ces conflits que nos idées d’auto-organisation deviennent vivantes.

Dans ce lieu, tout est en devenir, en élaboration. Mais tout n’est pas pour autant perpétuellement remis en question. Nous nous sommes retrouvé-e-s sur certaines bases et c’est à partir de celles-ci que nous cherchons à libérer des possibilités que ce système ne permet pas. Fonctionner sur des principes non-marchand, d’autonomie et anti-autoritaire ne relève pas pour nous d’un folklore, mais sont des prises de positions sensibles qui nous traversent et prennent naissance dans nos tripes.


LA POULE NOIRE N’EST PAS UN CENTRE CU-CULTUREL (même alternatif)

Pour nous, les activités créatives, la fête, les concerts, la musique… ne sont pas non plus des moments à part de nos vies. Nous les abordons de la même manière et ne laissons pas nos idées au vestiaire le temps de nous adonner à des activités «extras».

De même, lorsque des concerts, des ateliers, des soirées d’infos… prennent place dans ce lieu, ce ne sont pas des artistes, des musiciens, des philosophes ou quoi que ce soit qui viennent se représenter. Ce sont des personnes qui partagent nos points de vue anticapitalistes et anti-autoritaires, des gens qui savent comment fonctionne le lieu et pourquoi ils ont envie d’y participer, des gens qui s’y intéressent et sont prêts à lutter pour l’existence de ce genre de lieu. Et c’est vrai que, parmi l’ensemble de leurs occupations, il arrive à ces personnes de peindre, de jouer de la musique, de pratiquer des techniques de cirque, d’écrire des pamphlets, d’éditer des livres… et d’avoir envie de les partager de manière indépendante dans des lieux autonomes.

En ne voulant pas à l’intérieur de ce lieu des événements, des discours, des activités répétant les schémas de la culture dominante, nous ne nous «fermons» pas à des expériences supposées être «enrichissantes malgré tout», nous nous ouvrons à une possibilité infinie de choses passionnantes, car réellement libératrices. Certaines existent déjà et elles y trouveront leur place. Les autres restent à être imaginées et expérimentées.

N’étant pas un centre culturel, ni même un squat d’activités (mais un squat dans lequel peuvent s’organiser des activités), nous n’aurons pas de programmation. Les activités auront lieu selon les envies, les opportunités, les énergies… sans obligation.

S’il serait mentir que d’affirmer qu’il est possible dans nos vies aujourd’hui de vivre complètement sans argent, cela ne nous empêche pas d’élaborer ici et maintenant un espace où tous les rapports ne seront pas basés sur le profit ou la marchandise, la consommation et son lot de spectateurs passifs. Autant de choses que nous voulons détruire.


LA POULE NOIRE : UN LIEU FERMEMENT OUVERT

Nous ne voulons pas soutenir ou renforcer une «(contre) culture» qui glorifie certains styles de musique, modes ou comportements. Nous n’avons pas l’intention d’être une organisation de bénévoles qui donne de l’aide pratique à tous ceux qui en ont besoin et n’assistons personne ni ne faisons la charité.

Mais nous sommes ouverts à celles et ceux qui décident de s’organiser en rupture avec ce monde. Sur ces bases nous tissons des liens affinitaires et assumons l’idée de ne pas le faire avec n’importe qui.

Ce texte est une tentative de présentation de réflexions en cours. Si celles-ci te touchent, te posent question, n’hésite pas à passer pour les partager avec nous.

LA POULE NOIRE - 102 rue du Moulin - 1210 BRUXELLES

Commenter cet article