La tragédie du Kappa Marousi, Athènes, 1991

Publié le par la Rédaction

 

La tragédie du Kappa Marousi au cours d’une grande manifestation à Athènes, en 1991, faisant quatre morts avait conduit les médias à incriminer les anarchistes, mais il a été prouvé plus tard que lincendie avait été causé par la police.

 

Le 9 janvier 1991 à Patras, le professeur de mathématiques de 38 ans et membre du Front de travailleurs anti-impérialiste, Nikos Temboneras fut assassiné, avec une barre de métal, le laissant crâne ouvert, par Yannis Kalabokas, le chef local du parti des jeunes conservateurs (ONNED) et conseiller municipal du parti conservateur. Lassassinat eut lieu lors daffrontements entre les enseignants et le gouvernement voyous durant loccupation de lécole de Patras. À ce moment là des centaines décoles et duniversités étaient occupées et les enseignants menaient une grève contre un projet de loi de réforme de léducation ultra libéraliste du ministre Kontoyannopoulos, qui provoquerait la fermeture de toutes les écoles et universités pendant plusieurs mois. Le ministre démissionna le lendemain de lassassinat. (Notons que lassassin a été condamné à la prison à vie mais ne passa que 3 ans derrière les barreaux et est encore aujourdhui une figure politique de premier plan.)

L
assassinat avait conduit à une des marches de protestation les plus massives de lhistoire républicaine de la Grèce, le 10 janvier 1991 lors de laquelle de violents affrontements entre manifestant.es et police ont éclaté. Au cours des affrontements un incendie avait commencé à sétendre depuis la librairie Livas jusqu’au K-Marousi, un immeuble accueillant des appartements et des commerces. En dépit des efforts des pompiers, quatre personnes (dont une ne fut jamais identifiée) ont perdu la vie, asphyxiées. Durant les jours suivants, où les affrontements ont continué à faire rage dans les rues dAthènes jusquà ce que le ministre de léducation ait annoncé le retrait du projet de loi, les médias ont affirmé que le feu avait été provoqué par le jet de cocktails Molotov par des anarchistes. Lenquête avait alors corroborée cette thèse, malgré les doutes que pouvaient provoquer de nombreux témoignages oculaires. Il faudra 6 ans pour que lincertitude concernant cette affaire soit acceptée. Aujourdhui, toutes les analystes sérieux affirment que lincendie avait été provoqué par des bombes lacrymogènes utilisées par la police anti-émeute au cours des affrontements.

L
exemple du K-Marousi est utilisé aujourdhui (le 6 mai 2010) dans de nombreux journaux comme argument principal pour automatiquement accuser les anarchistes de la mort de trois employés de la banque Marfin.

 

Traduit de l’anglais (Libcom) pour le JL, 6 mai 2010.

 


Publié dans Grèce générale

Commenter cet article

Alexandra têtue 13/05/2010 19:59



(...) as an argument against (...)



Alexandra 13/05/2010 11:42



Erreur de traduction à la fin, il me semble ?


Sur libcom : "The example of K-Marousi has featured today (6-5-2010) in many newspapers as a central argument against automatically putting the blame for the
Marfin bank deaths on
anarchists".


Même si la réalité est plus proche de votre traduction...