Nous ne paierons pas leur crise : Manzoni en grève à saintClaude (Jura)

Publié le par la Rédaction

Saint-Claude (39) : Pas de licenciements chez MBF

Les ouvriers de Manzoni-Bouchot ont repris le travail ce matin à 5 heures après une nuit de négociations.

D
après les représentants du personnel, il ny aura pas de licenciements secs et pas de réorganisation du temps de travail. Le plan de sauvegarde de lemploi comportera uniquement un volet formation pour 90 personnes (sur 2 fois 9 mois) et départs volontaires pour 76 salariés. Les négociations se sont achevées à 2 heures du matin.

Mercredi après-midi, les représentants du personnel avaient appris lors d
un comité dentreprise extraordinaire la suppression prochaine de 166 emplois. Du coup, les salariés avaient stoppé net le travail sur les deux sites du sous-traitant automobile de Saint-Claude.

La semaine dernière, les salariés s
étaient prononcés par référendum contre la signature dun accord remettant en question  des 35 heures. Cet accord était en fait un plan de sauvegarde de lemploi prévoyant un ré-aménagement du temps de travail et des départs sur la base du volontariat mais sans licenciements subis. Ce refus serait lexplication donnée à ces 166 licenciements économiques sur 546 salariés.

Les grévistes ne comprenaient pas que leurs récents efforts ne suffisent pas à maintenir l
entreprise, rachetée en juillet 2007 par le groupe Arche. Depuis mars 2009, plus de cinq cents salariés chôment trois semaines par mois en raison des difficultés économiques liées à la crise automobile. De 1200 euros par mois, les salaires sont passés à 700, 800 euros par mois. Le délégué syndical CGT interrogé par nos confrères de lAFP demande à la direction de «revenir sur un PSE ouvert uniquement sur la base du volontariat, sans licenciements secs et avec de meilleurs conditions de départ».

Le dialogue social semblait donc dans l
impasse dautant plus que dautres accords concernant notamment la formation professionnelle dépendraient de la signature de celui sur les 35 heures. Au mois davril, les collectivités et lÉtat sétaient réunis à Saint-Claude pour tenter de préserver lemploi dans la capitale du Haut-Jura. La Région sétait engagée à financer des actions de formation professionnelle pour les salariés de Manzoni-Bouchot.

Leur presse (France 3), 10 juillet 2009 - 11h02.


MBF Technologies :
Deuxième jour de grève à Saint-Claude


Deuxième jour de grève chez MBF Technologies à Saint-Claude. Et une intention féroce de ne rien lâcher. Pire encore, forts de l’annonce de léquipementier PSA de Sochaux, sur «larrêt de toutes ses lignes dassemblage le 13 juillet et la nuit du 14 au 15, faute de livraison des pièces en provenance de Saint-Claude», la CGT et les salariés «demandent louverture immédiate de négociations avec la direction». En ajoutant toutefois, «il ne sagit même plus de négocier. Aujourdhui nous exigeons purement et simplement labandon du plan de cent soixante-six licenciements, en faveur dun PSE qui ne soit basé que sur du volontariat avec, évidemment, revalorisation de la prime supra-légale de départ» explique Koray Sukran, délégué CGT au sein de MBF Technologies. Pour lui et pour tous ceux qui ont voté contre la semaine dernière, au sein de lentreprise, «ce nest même plus la peine de nous parler de réaménager notre temps de travail. Laccord des 35 heures actuel doit être maintenu.»

Patrick Bellity, leur Pdg, décidait, hier soir, de faire un pas en avant. «Puisqu’ils ne veulent pas entendre parler des 35 heures pour le moment, nen parlons plus dans limmédiat, nous verrons cela plus tard. Nous leur avons proposé de maintenir notre premier PSE avec les quatre-vingt-dix ETP, en ajoutant toutefois vingt-six volontaires au départ contre les cinquante évoqués au début. Jattends désormais leur réponse.»

«Le bras de fer a débuté» constatait un salarié.

Leur presse (Le Progrès), 10 juillet - 4h.



MBF Technologies :
166 licenciements secs annoncés


Après l’annonce faite par leur direction, en début daprès-midi, les ouvriers sanclaudiens du sous-traitant automobile ont stoppé net le travail pour une durée indéterminée.

Dix minutes. C
est le temps quil aura fallu, hier, à la direction de MBF Technologies, à Saint-Claude, pour annoncer en comité dentreprise extraordinaire, la suppression prochaine de cent soixante-six emplois.

Tombée comme un couperet, sur ceux des salariés qui n
étaient pas en chômage partiel, cette annonce a été prise «comme une trahison» et le travail a été stoppé net sur les deux sites.

«Qu
il arrête son chantage et ouvre des négociations qui soient de vraies négociations» déclaraient certains, «Quils nous donnent de vrais moyens pour travailler au lieu de vouloir absolument réaménager notre temps de travail» renchérissaient dautres.

Car depuis juillet 2007, date à laquelle le groupe Arche est devenu propriétaire de Manzoni-Bouchot, et Patrick Bellity, son PDG, une partie des salariés affirme que «tout est fait pour fermer les sites de Saint-Claude».

Le blocage du site d
Étables, en décembre 2008, avait déjà sonné lalerte. «On essaie dembarquer les moules et on veut nous faire croire que ce nest pas grave et que le site ne va pas fermer. On nous prend vraiment pour des cons» entendait-on alors. Mais de fermeture, il ne fut plus question. «Pour des raisons financières» supputent certains, «pour conserver un savoir-faire» indiquait Patrick Bellity.

Mais comme tous les sous-traitants automobile, MBF Technologies a pris la crise de plein fouet et a dû se contraindre à de longues périodes de chômage partiel.

Depuis mars 2009, les 546 salariés restant à Saint-Claude, contre 800 environ, il y a deux ans, chôment à raison de trois semaines par mois.

«Franchement, ce qui nous arrive n
est pas normal. Depuis que nous sommes en chômage partiel, nous ne sommes payés que 60% de notre salaire. Nous avons accepté de prendre la responsabilité de deux machines au lieu dune, pour permettre de faire tourner la boîte et aujourdhui parce que nous ne voulons pas passer aux 35 heures, on va mettre 166 personnes dehors.»

«On ne peut plus revenir en arrière. Tout le monde était prévenu que nous ne procéderions à aucun licenciement subi si l
accord des 35 heures était signé.» Un référendum organisé au sein de lentreprise la semaine dernière a décidé du contraire. Les salariés ont voté massivement contre cet accord.

Pourtant, de celui-ci dépendaient d
autres accords, passés avec les pouvoirs publics, en matière de formation notamment, ou de départs volontaires. Eux aussi ont pris un coup dans laile.

Leur presse (Christelle Lalanne, Le Progrès), 9 juillet.



Grève chez l’équipementier automobile MBF, dans le Jura

Les salariés de MBF Technologies, un sous-traitant automobile de Saint-Claude (Jura), sont en grève après l’annonce dun plan de 166 suppressions demploi, soit 30% de leffectif, a-t-on appris jeudi auprès de lentreprise et des syndicats.

En conséquence, la direction de l
usine PSA Peugeot Citroën de Sochaux (Doubs) a annoncé larrêt de toutes ses lignes dassemblage le 13 juillet et la nuit du 14 au 15, a annoncé le syndicat CGT de lusine.

La direction de MBF, fonderie sous pression filiale du groupe Arche, explique son projet par la baisse de plus de 40% de sa production pour PSA et Renault, ses principaux clients, depuis octobre.

«L
usine est bloquée depuis hier 15h00. Il est hors de question quil y ait quelque licenciement que ce soit», a dit à Reuters Koray Sukran, délégué CGT.

La direction avait présenté en avril aux 560 salariés un projet alternatif prévoyant 50 départs volontaires et un plan de formation sur neuf à 18 mois pour 90 équivalents temps plein.

Sa mise en œuvre était liée à une réorganisation du temps de travail qui se serait traduite par des baisses de salaires touchant principalement les travailleurs de nuit.

Appuyé par la CFDT mais dénoncé par la CGT, le projet a été rejeté par 61% des salariés lors d
un référendum le 2 juillet.

«Un plan de formation et des départs volontaires, ça nous avait paru être la meilleure solution», a dit à Reuters Anne-Laure Berlioz, déléguée CFDT.

Patrick Bellity, directeur général délégué de MBF Technologies, s
est dit dans limpossibilité de répondre aux demandes des syndicats.

«Je ne vois pas ce qu
on peut revendiquer quand on sort de quatre ans de pertes et quon est au bord du gouffre. Je nai pas le droit daller au-delà de ce que jai proposé», a-t-il déclaré. Arche a repris lentreprise en juin 2007 au groupe Monzoni-Bouchot en dépôt de bilan.

La direction a proposé aux syndicats de rediscuter les modalités de son premier projet le 15 juillet, sous réserve que le travail reprenne. Les salariés ont refusé, disent les syndicats.

Leur presse (Reuters), 9 juillet.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

Tietie007 26/07/2009 08:30

Nous venons de passer une semaine à Longchaumois et nous avons visité Saint-Claude. La crise s'inscrit fortement dans la ville, avec de nombreux locaux commerciaux vides ...quelle tristesse !