L'État assassine...

Publié le par la Rédaction


Ça s’est passé ici, dans notre quartier, dans notre rue peut-être. «L’affaire» n’a pour l’instant pas fait de remous, la vie a repris son cours normal sur les lieux du crime, comme partout ailleurs. Comme si rien ne s’était passé.

Pourtant, hier, la police a tué à Schaerbeek.

Les faits restent flous, toujours est-il qu’à un certain moment l’assassiné avait jugé nécessaire de sortir son couteau pour faire face à la police et cela lui aura été fatal.

Nous ne connaîtrons probablement jamais les circonstances exactes de ce meurtre commis par les flics. Nous ne nous attendons pas à ce que les médias nous disent la vérité ou à ce que les flics soient honnêtes, et au final ce n’est pas ça qui importe.

Encore une fois des flics ont tué et, à travers ce meurtre, c’est l’État et sa violence que nous nous reprenons sauvagement dans la gueule.

Et, y en a marre.

Marre de la violence de l’État. Marre de cette violence-là, mais aussi de celle de la domination sous toutes ses formes.

Celle du travail salarié huit heures par jour pour pouvoir survivre face à une vie toujours plus chère, celle du flic qui te contrôle parce que tu es un peu trop basané, celle du macho qui te siffle pour le simple fait d’être une fille, celle de la prison et de sa menace permanente, celle de ne pas exister parce que tu n’as pas de fric, pas les bons papiers ou que tu n’es pas assez rentable pour le marché…

Y en a marre, et ce ras-le-bol on le transforme en rage.

Face aux attaques de la domination
y a pas de paix !

Qu’éclate la rage !

Tract diffusé cet après-midi devant différentes écoles de Schaerbeek, ainsi que sur différentes places de la commune
Centre de médias alternatifs de Bruxelles, 20 avril 2009.


Commenter cet article