En faveur des Grecs

Publié le par la Rédaction

Une adresse en faveur des Grecs,
en particulier ceux qui se sont insurgés


I.  Les évènements qui, en Grèce, depuis le 6 décembre 2008, ont accentué une subversion générale de la société moderne, détiennent un évident caractère universel rendu tangible par l’écho des solidarités internationales, et de par la nature même du déploiement des forces critiques incontrôlées qui les constituèrent.

II.  La généralisation spontanée des émeutes à l
échelle géographique, sociale et temporelle, conjuguées au mouvement massif des occupations de multiples édifices publics, ont été constitués par une part de ces forces critiques agissant dans leurs expressions les plus hautes. La propagation instantanée des révoltes et lintensité des affrontements, jours et nuits perpétués, ont créé un remarquable climat dagitation permanente doù personne na pu sabsenter, impliquant au contraire toute la société civile, dans une diversité de plus en plus grande, ayant fait exploser par son mouvement même tous les rôles de la passivité. Ces forces belliqueuses, rendues possibles par les occupations dont elles sont la source et considérées comme les pôles puissants des processus de luttes, doivent aboutir à lexigence insurrectionnelle de la question territoriale, et sa conquête en zones tenues et défendues qui les nourrissent et les rendent effective. Sa poursuite et son salut résident dans la constitution dune puissance auto-organisée capable détendre son pouvoir jusquà paralyser les mécanismes fondamentaux qui assurent la stabilité et la vie même de la société moderne. Cette opération nécessite au préalable la consolidation durable des positions conquises. Le moment qui nous contient est celui où elles menacent dêtre perdues. Et cest ce moment quil sagit de saisir dans toute son énergie.


III.  L
ampleur du soulèvement, plus quune simple protestation contre larbitraire policier, sétend bien au-delà, et apparaît davantage comme une attaque radicale contre larbitraire dune civilisation, dans tous ses aspects également nocifs. Cest le lent assassinat des vies concrètement niées qui est la véritable base de ces révoltes, et leur plus vrai foyer. Ce phénomène aboutit logiquement à être reconnu au-delà des limites de son casus belli et des frontières restreintes qui le contiennent, où le particulier est le portrait du général. La reconnaissance mondiale dune misère commune et partagée pose simultanément la nécessité dune révolte mondiale qui soit au-delà dune simple réaction de soutien aux évènements. Il sagit dincarner les évènements dans son mouvement centrifuge.

IV.  Ces troubles rassemblent dans leur action une subversion diffuse, dont ils catalysent les phénomènes particuliers, en lui donnant corps au travers d
une même pratique. Ils sanctionnent lesprit dune époque dans lintense moment où ils surgissent, pareils à lacteur oublié dont la péripétie vient bouleverser les tréteaux dune scène monotone. Lon trouve à présent, dans nimporte quel geste isolé comme dans des perturbations plus conséquentes, une remise en cause de lentièreté de la civilisation et de ses raisons de vivre. Cest pourquoi le système est maintenant acculé à se défendre tout entier, dans une implication toujours plus totale de ses forces, par laffirmation brutale et idéologique de son excellence illusoire dont les raisons de vivre, en tant que raisons dêtre, se trouvent précisément dores et déjà ruinées. Ce monde sans prestige a perdu confiance en ses capacités à régner.


V.  L
épisode répressif du «pogrom dExarchia», le 5 janvier 2009, montre par ricochet le désarroi du vieux monde. Nous assistons à la formation des prémisses dune stratégie de la tension, commune à tous les pouvoirs combattus capables de mener une semblable guerre. La disproportion de lattaque armée face à lindigence de ses résultats, la prompte réaction de la police dans la mise en place de lencerclement du quartier visé, le rapport balistique instantanément fourni, la prophétie médiatique de limminence de tels actes ; tout cela ne fait que rendre irrecevable la version officielle. Son démenti napparaîtra que dans la marche insurrectionelle qui fera des armes un usage plus libre et plus véridique. Sa vérité doit venir à son heure.

Nous, venus de divers pays jusquen Grèce pour y jeter là-bas notre propre action dans une commune mêlée, appelons à une large offensive dans ce qui a déjà été fait : pour la reprise, le maintien et lintensification des occupations et des combats. Nous appelons également, au niveau international, à la saisie dun état de crise pour apparaître dans toute notre force. Le 17 janvier 2009, journée dactions internationales, nous aurons à poursuivre ce qui partout déjà commence. Et lhiver ne passera pas sans que lon se souvienne de nous.

Publié dans Grèce générale

Commenter cet article