12 octobre 2010 : Début d'une lutte prolongée...

Publié le par la Rédaction

Vers la grève générale reconductible !

 

Aujourd’hui nest plus comme hier…

 

Depuis le début septembre 2010, par centaines de milliers, les manifestants ont, à lappel des centrales syndicales, arpenté les rues des grandes, moyennes et petites villes. Le ras-le-bol de lensemble des citoyens, surexploités au quotidien, a servi de détonateur à un mécontentement sans cesse grandissant. Cela sest traduit par une dynamique de la contestation dune part et, contradictoirement, une pratique du suivisme dautre part…

 

Cest ainsi que la grande majorité sest senti flouée et frustrée par la forme prise par le mouvement. Par le passé déjà, nous avions toutes et tous pu constater que les journées d’action à répétition ne représentaient que des balades bien inoffensives. Seules les directions syndicales pouvaient se satisfaire de ces «pics» de contestation, à intervalles réguliers, mobilisations stériles face au patronat qui permettaient cependant aux centrales syndicales de bomber le torse : Vous voyez combien nous pouvons mettre de personnes dans la rue…

 

Face à cela, depuis toujours, l’État et le Patronat ne tremblent pas tant ces démonstrations de «force», ne produisent que de l’impuissance.

 

À nouveau, faire trembler l’État et les Patrons !…

 

Il est grand temps maintenant de réagir. Il est nécessaire pour nous de prendre enfin la parole afin de décider de lensemble des modalités qui nous permettrons de mener et de développer notre lutte avec comme seul enjeu la victoire.

 

Certains nous affirment quaucun compromis ne se fera. À ceux-là nous disons chiche ! Et puisquil ne doit y avoir aucune compromission, alors il ny a quun seul mot dordre : le retrait pur et simple de cette loi anti-ouvrière, ultra libérale et antisociale, loi qui ne fait quaggraver une situation déjà inacceptable.

 

Nous devons, ensemble, décider de nous battre jusquà lobtention de ce retrait et ainsi, nous pourrons dire STOP à toutes les attaques, anciennes et/ou récentes, dirigées contre nos conditions de vie.

 

L’enjeu majeur comme vous pouvez le constater, cest donc bien de rompre définitivement avec cette impuissance générée par un syndicalisme qui a oublié (ou perdu) la boussole des origines : la guerre des classes, la fin de lexploitation et la fin du salariat.

 

Une nécessité : sauto-organiser…

 

Nous navons aucun besoin quon nous contrôle nos luttes, dans le but de les récupérer, de les stériliser voire même de les sacrifier.

 

Il devient nécessaire d’agir au sein dun mouvement auto-organisé, mouvement qui ne soit ni sous le contrôle des politiciens ni sous celui de syndicalistes pétris de réformisme.

 

Année après année, mouvement après mouvement, grèves après grèves ils nous ont conduits dans limpasse, ce qui n’est pas un hasard dès lors quils remplissaient (et ils remplissent) une mission bien précise : le maintien de la paix sociale au sein dun ordre étatique et capitaliste quils jugent immuable.

 

Aussi, cest au rassemblement de tous, salariés, chômeurs, précaires, étudiants, lycéens, retraités, afin den finir avec l’atomisation que nous impose ce système, que nous convions.

 

Généralisation de la grève pour gagner enfin…

 

Préparons ensemble la généralisation de la grève et dès maintenant, rompons avec cette habituelle balade en ville pour que le nombre tant adulé — «nous étions 20'000» — ait un impact réel.

 

20'000, cela représente 5 fois 4000 individus qui bloquent tous les accès à Perpignan, qui organisent des barrages filtrants, des rassemblements aux abords des grandes entreprises, des zones industrielles, dans les quartiers populaires, aux entrées des grandes surfaces…

 

Pour sensibiliser partout où c’est possible le plus grand nombre d’entre-nous, organisons des interventions publiques, des tables de presse, tout ce qui peut à court ou moyen terme favoriser l’agitation et permettre la multiplication des comités d’action et des assemblées populaires autonomes…

 

Au lieu dappeler à la dissolution, aux environs de midi, comme cest lhabitude à la fin des manifs «marathon», profitons du fait que nous sommes nombreux, rassemblés et mobilisés, pour réaliser de véritables assemblées générales de grévistes, seules susceptibles de déterminer la suite à donner au mouvement.

 

Donnons-nous les moyens délaborer ensemble des méthodes de luttes efficaces. Des méthodes pour GAGNER !

 

En finir avec lélectoralisme… Revenir aux sources de l’Action directe

 

Et finissons-en définitivement avec la fable électorale qui nous propose tous les cinq ans des rendez-vous présidentiels, en nous faisant croire que les choses peuvent changer par ce moyen, alors que l’exploitation, laliénation et la répression sont bien réelles et quelles nous pourrissent le quotidien quel que soit le résultat électoral…

 

Mettons tout en œuvre pour favoriser la mobilisation générale, amplifier la lutte et accentuer le rapport de force à notre avantage. Le mouvement doit s’inscrire dans la durée.

 

Il nest plus temps de nous apitoyer sur notre sort personnel mais il est grand temps dengager la lutte collective en employant l’action directe.

 

«Cest la lutte de classes vécue au jour le jour, c’est l’assaut permanent contre le capitalisme» comme nous le rappelait Émile Pouget, premier secrétaire des Bourses du Travail CGT.

 

La Résistance ouvrière autogestionnaire en est la traduction sur le plan pratique car elle conduit le mouvement de masse à rendre coup pour coup à l’ennemi.

 

Dès aujourdhui nous nous mobilisons pour la victoire…

 

Groupe Puig Antich - Perpignan - CGA, octobre 2010.

 

TÉLÉCHARGER LE TRACT

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article