Un autre appel est lancé au peuple marocain de sortir et manifester le 26 et 27 février

Publié le par la Rédaction

 

La répression policière du pouvoir corrompu au Maroc continue de s’abattre sur la jeunesse du 20 Février, un mouvement qui appelle les jeunes et les citoyens à la désobéissance civile pacifiste pour exiger sinon imposer un changement politique et social dans le pays.

 

Hier soir [lundi 21 février à Rabat], lors d’un sit-in de solidarité avec le peuple libyen en révolte organisé devant le Centre culturel libyen à l’initiative du Réseau démocratique de solidarité avec les peuples arabes en révolte pour dénoncer les crimes contre l’humanité perpétrés par les mercenaires africains à la solde du pouvoir corrompu de Kadafi à l’encontre du peuple libyen en lutte. Il y a eu beaucoup de blessés dont figurent des défenseurs des droits humains dont je cite Abdelkhalek Benzakri et Abdelillah Ben Abdeslam.  Un autre citoyen Mohamed Bennani gravement blessé a été transporté d’urgence à l’hôpital.

 

 

Selon des sources fiables, il y aurait deux morts et une soixantaine de blessés, des [affrontements] n’ont pas cessé entre la population et les forces de répression dans la région d'Al-Hoceima (Imzouren, Aït Bouayach). Des chars encerclent la ville alors que d’autres brigades sèment la terreur, effectuent des arrestations en masse, défoncent les portes des maisons .

 

À Séfrou, les affrontements du dimanche 20 février et lundi étaient particulièrement violents. Notre camarade Manjli, cible privilégiée des tortionnaires, s’est vu transporté d'urgence au CHU de la ville de Fès.

 

Toujours à Fès, les forces de répression ont encerclé l’université se livrant à des affrontements avec les étudiants, sous l’égide de l’Union Nationale des Étudiants Marocains UNEM, déterminés à faire respecter la non violation de l’enceinte de l’université.

 

À Oujda : une grande manifestation d’étudiants réprimée par les forces de répression causant plusieurs blessés.. Ce silence complice des médias est inadmissible.

 

Les revendications de la jeunesse du 20 Février restent toujours d’actualité. Devant l’ndifférence du pouvoir, un autre appel est lancé au peuple marocain de sortir et manifester le 26 et 27 février.

 

Mercredi 23 février 2011.

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article

Simo 25/02/2011 16:41



Bonjour,


Je suis Marocain, natif du nord (plus précisément de la région d'Al Hoceima) et résidant actuellement en France (Paris)


Je suis avec beacoup d'intérêt, mais aussi d'inquiétude, l'évolution des événements dans mon pays le Maroc.


J'ai appellé la famille pour avoir des nouvelles du déroullement des manifestations du 20 février.


Pour le coup, je ne sais quelles sont vos sources, mais tout ce que je peux vous dire c'est qu'elles sont tout sauf fiables.


Ces sources auraient pu vous dire qu'il y a bien eu une manifestation pacifique à Al Hoceima et qui s'est bien déroulée sans heurts ni problèmes.


2 heures après la fin de cette manifestation, des groupes de casseurs qui vennaient de Imzourene et beni bouayache ont investit les grandes artères d'Al Hoceima en pillant et en cassant tout sur
leur passage.


Pire, leur irresponsabilité a conduit à la mort (brulés) de 5 emplyés d'une banque.


Par contre pour ce qui est des chars, je ne sais pas où vos sources les ont vu, mais certainement pas à Al Hoceima et ses allentours. Vérifiez auprès de vos sources si elle ne les ont pas vu à la
télé, y 'en plein en ce moment en egypte et en libye.  


Pour revenir à ces imbéciles de casseurs, j'espèrent qu'on les retrouvera et qu'ils soient jugés pour leurs actes. 


Un rifi