Un petit texte énervé d'un sale gosse libertaire

Publié le par la Rédaction

 

Elle est là. Chaque jour, chaque instant. La rage. Celle qui te saisit, quand tu croises les bleus, quand on te demande tes papelards. Quand tu penses à tous ceux qui dorment dehors et ceux qui se vautrent dans le fric. Ce fric de merde que tu voudrais brûler, mais dont tu as besoin pour survivre.

 

Survivre, c’est bien ça. Survivre sous le contrôle des flics, des caméras et de l’État. De la pub qui te dicte qui tu dois être, comment vivre et penser. Cette boule dans ton ventre, chaque fois que tu prends le métro, ce wagon à bestiaux où s’entassent les prolos, toujours plus profond sous la terre.

 

Cette rage qui te prend, quand tu passes devant les banques, les mairies, les poulaillers, quand tu vois des porcs, vêtus de l’uniforme de flics, de militaires, de contrôleurs, de syndicalistes à la con, de profs ou de juges, au choix. Une putain d’énergie, une envie de tout casser, mêlée à un sentiment qu’un jour ils paieront. Un jour. Alors n’attends plus, laisse-la éclater.

 

Écrase ton pet dans le cendrier, arrête de refaire le monde autour d’un pack de bières, d’écrire des textes militants à la con. Prépare-toi. La révolution ne se fera pas défoncé à dire de belles phrases.

 

Va courir, nager. Ressors tes vieux livres de chimie. Apprends à connaître les flics, leurs gueules et leurs techniques. Parle, fais des connaissances. L’heure n’est plus à se diviser autour de points de détails. Le Grand Soir, c’est maintenant, sans s’occuper de la date fixée par les bureaucrates de merde des partis soi-disant révolutionnaires. Compte les bleus, les jaunes, et surtout compte autour de toi, compte les copains qui sont prêts.

 

Alors, de la rage surgira l’espoir.

 

Courriel - 16 février 2011.

 

 


Publié dans Agitation

Commenter cet article

Abel 27/02/2011 00:13



Encore plus manichéiste qu'un catho, encore plus simpliste et primitif qu'un facho. Félicitations.



Octopus 26/02/2011 22:52



Des textes qui devraients remplir les murs de nos villes



Kasia 25/02/2011 23:15



Putain, un grand bravo au " sale gosse libertaire " je me suis retrouvé dans ton texte, superbe, merci. Kasia, 17ans.