Plan social chez Interior's au Havre

Publié le par la Rédaction

Plan social chez Interior’s : Pour la CNT, c’est zéro licenciement et le maintien de la représentation syndicale dans l’entreprise !

En annonçant au personnel du siège social le licenciement de 33 salariés de l’entreprise sur 450, la direction, prenant prétexte de la crise économique, affute ses arguments et présente cette mesure comme un moindre mal : il faut penser à la pérennité de lentreprise… Interiors comme bon nombre dentreprises se met à lheure dun projet de licenciement collectif pour motif économique. La CNT, qui défend toutes les catégories de salariés, na pas la même analyse que la direction, bien entendu.

Tout d
abord, cette direction minimise le pourcentage de licenciés pour faire avaler la pilulle : le licenciement concerne 7,3% du personnel. Sachant que les salariés des magasins ne seront pas touchés, nous devons donc tabler sur un licenciement de 33 salariés sur 177 salariés du siège social, soit 18,6% de licenciés au Havre. Et si nous affinons lanalyse, nous constatons que cest le secteur des ateliers qui est le plus touché ; la direction veut licencier 24% du personnel des ateliers. Sachant que la majorité des syndiqués de la CNT se trouve dans les ateliers, et seule la CNT est présente comme syndicat au siège social du Havre, nous sommes plus que troublés. La direction dInteriors propose par ailleurs un système de critères pour fixer lordre des licenciements. Des critères habituels mais un critère supplémentaire qui nous interpelle, celui des qualités professionnelles :
— Plus cinq points par compétence supplémentaire ( à la tête du client ?) ;
— Moins deux points pour un avertissement de moins de trois ans ;
— Moins cinq points par mise à pied de moins de trois ans.

Ce sont chez Interior
s les critères des qualités professionnelles ! Quand on sait que les avertissements et les mises à pied concernent ceux qui ne courbent pas léchine, on voit tout de suite le public visé : cest surtout celui des syndicalistes. Le délégué syndical syndical de la CNT na-t-il pas eu une mise à pied de trois jours pour un motif futile juste après avoir défendu une secrétaire pour un problème de harcèlement au travail ? En réalité la direction entend faire dune pierre deux coups en provoquant un plan social : baisser le volume de la masse salariale et liquider le syndicat dans lentreprise. Nous ne sommes pas dupes de la manœuvre. Noublions pas que les élections professionnelles se dérouleront en mars 2010. Quelle aubaine si les éléments moteurs du syndicat ne pouvaient se présenter ! Plus de délégué syndical de la CNT pour assister et défendre les salariés… Plus délus de la CNT pour interpeller linspection du Travail… Que des candidats «indépendants» dont on apprécie les réactions aujourdhui !

Les élus de la CNT au Comité d
’entreprise ont proposé de nommer un expert comptable pour vérifier les comptes de lentreprise pour voir si la situation était si mauvaise que cela sur le plan économique. Les candidats «sans étiquette syndicale», dits candidats libres, ont refusé arguant du coût de lexpert comptable. La CNT en fut très étonnée. Nous espérons que les salariés dInteriors sauront sen souvenir.

Sur le plan économique, la direction table sur une reprise des ventes puisque aucun magasin ne fermera. Et c
est tant mieux pour les personnels concernés. Pour autant, ce sont les loyers des magasins qui grèvent le budget de lentreprise et lappréciation des difficultés économiques de lentreprise doit être globale. Ne pas utiliser uniquement comme seule variable dajustement, les bas salaires. La CNT est par ailleurs étonnée quaucun licenciement de cadres ne soit prononcé (tant mieux pour eux parce que la CNT est contre tout licenciement, mais nous raisonnons ici de manière globale). Seuls les salaires des ouvriers et des employés grèveraient le budget de la société ? Sil faut faire des économies, nous suggérons à la direction dappliquer à la lettre le droit du travail, ça lui éviterait davoir à payer régulièrement des indemnités aux Prudhommes. Interiors na-t-elle pas été condamnée à payer à une de ses anciennes salariées la somme de 50.000 euros à titre de dommages intérêts réparant la violation du droit à repos dominical et deux mille euros au titre de larticle 700 du code de procédure civile ?… Et on pourrait multiplier les exemples de sommes versées en procédures diverses et variées y compris les sommes dépensées pour éviter davoir un syndicat comme la CNT dans lentreprise… Nous pourrions parler des séminaires…

La CNT, dans un contexte aigu de chômage, ne se fait aucune illusion sur le système des reclassements. Si c
est pour trouver un travail précaire, les licenciés nauront pas besoin de cellule de reclassement, miroir aux alouettes des temps modernes. De surcroît, en licenciant les personnels qui sont les moins qualifiés comme les manutentionnaires, la direction condamne ces personnes à un chômage de longue durée si ce nest éternel, dans une localité havraise gangrénée par un chômage chronique depuis des années.

Pendant de nombreuses années, la société Interior
s, cette success story comme la qualifiait la presse locale, a engrangé de gros bénéfices. La CNT ne sen fait pas pour lavenir des patrons de lentreprise qui nont pas mis leurs œufs dans le même panier ; cest pourquoi notre syndicat exige quaucun salarié ne soit sacrifié sur lautel des profits. Que la direction diminue ses marges en attendant que les affaires reprennent. Elle ne crèvera pas de faim contrairement aux licenciés qui ne sont que très peu qualifiés pour certains et qui ne retrouveront pas de travail sitôt… Les salariés des magasins doivent aussi se sentir partie prenante dans ce conflit social car leur tour viendra après si la direction estime que les profits ne sont plus suffisants…

La CNT mobilisera les salariés et interviendra auprès de la Direction départementale du Travail pour éviter tout licenciement. D
autres solutions doivent être envisagées ! Interiors a de la réserve financière, donc pas de licenciement !

Section syndicale Interior’s, 17 octobre 2009.

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article