Permis de tuer à Draguignan

Publié le par la Rédaction

 La justice bourgeoise avalise les exécutions sommaires

 

On pensait que ce genre de «justice» pour le moins expéditive, était réservée aux dictatures, ou aux pays en guerre, que la France adore sermonner parce que les Droits de l’Homme et bla bla bla… Et bien pas du tout : la cour d’assises du Var a décidé, en partie grâce au zèle d’un avocat général qui se serait bien vu dans l’armée française, d’acquitter le gendarme ayant exécuté un jeune homme en 2008, qui avait osé s’enfuir de la gendarmerie de Draguignan… Mais le gendarme s’est dit «désolé» par tout celà… On pensera à dire la même chose lorsqu’un flic se fera descendre… Pas de justice, pas de paix.

 

Indymedia Lille, 17 septembre 2010.

 


 Acquittement du gendarme qui avait tué un gitan à Draguignan

 

Le gendarme Christophe Monchal qui avait tué par balles Joseph Guerdner, un gitan de 27 ans qui s’était enfui de la brigade de Draguignan (Var) dans la soirée du 23 mai 2008, a été acquitté vendredi matin par la cour dassises du Var, conformément aux réquisitions de lavocat général. Poursuivi pour «coups mortels par personne dépositaire de lautorité publique», le militaire de 43 ans encourait une peine de 20 ans de prison.

 

À lénoncé du verdict, les parents et les proches de la victime ont laissé éclater leur colère et ont pris à partie les nombreuses forces de lordre venues sécuriser ce procès sensible. «La justice na pas été rendue, on va se venger, il a été assassiné !» ont notamment crié une vingtaine de gitans qui ont du être évacués hors du palais de justice par les CRS. À lextérieur, ils ont proféré de nouvelles menaces et de nouvelles invectives devant les nombreux journalistes venus couvrir ces cinq jours dassises.

 

 

«Cest une bavure absoute, un permis de tuer, une sorte de décoration judiciaire pour un gendarme au-dessus des lois», a commenté Me Jean-Claude Giudicelli, lun des avocats des parties civiles. «Cest un verdict inquiétant et je suis inquiet pour le maintien de lordre public.»

 

Assis dans la salle, les nombreux gendarmes venus soutenir leur collègue nont pas bronché à lénoncé du verdict. «Je suis là pour témoigner du respect de la gendarmerie envers la famille et sa douleur», a déclaré le général Marc Mondoulet, commandant de la région PACA, venu parler au nom du Directeur général de la gendarmerie. «Les gendarmes du groupement du Var mais aussi lensemble de la communauté des gendarmes ont suivi avec attention les débats qui ont été denses, rigoureux, transparents et dignes.» Selon le militaire, les jurés ont confirmé que Christophe Monchal avait utilisé son arme conformément à la loi. «Les circonstances de cet usage ont nécessité un examen approfondi, fouillé, rigoureux et précis», a-t-il ajouté.

 

En début de matinée, le président Jean-Luc Tournier avait tenu à laisser une dernière fois la parole à laccusé avant le délibéré. «Je nai quun mot à dire : désolé», avait déclaré laccusé, vêtu dune chemise blanche, qui était protégé tout comme ses avocats par des gardes du corps.

 

Soupçonné davoir participé en avril 2008 avec deux autres personnes au braquage dun camion chargé de matériel vidéo et de téléviseurs, dont le chauffeur avait été enfermé et séquestré dans le coffre dune voiture, Joseph Guerdner avait été interpellé un mois plus tard par les gendarmes de la Brigade de recherches de Draguignan. Ceux-ci avaient trouvé dans le fourgon de cet homme, déjà condamné à six reprises pour vols, 12,5 grammes de cannabis ainsi quun pistolet de calibre 45.

 

Lors de sa garde à vue, le suspect, menotté et entravé au niveau de sa cheville droite, avait été conduit vers 21h30 par Christophe Monchal dans lescalier de la brigade près dune fenêtre afin de fumer une cigarette. La lumière sétant éteinte, le jeune homme avait fait un saut dans le vide de 4m60 avant de se mettre à courir vers la clôture denceinte. Le gendarme avait alors tiré à sept reprises sur le fuyard qui avait été touché par trois balles dont lune mortelle au niveau du thorax.

 

Leur presse (AP), 17 septembre.

 

 

Commenter cet article