Comptes rendus de la manifestation antifasciste du 20 novembre 2010 à Besançon

Publié le par la Rédaction

 

Le compte rendu de la manifestation du 20 novembre à Besançon est le suivant :

 

Le SCALP Besak (groupe antifasciste libertaire) a organisé ce rassemblement en apprenant la nouvelle lundi après-midi sur le site (que je ne citerai pas) de l'organisation d'extrême-droite qui devait s'allier à SOS Tout Petits pour en constituer le service d'ordre. Une réunion de crise a été organisée le soir même pour contrer ce que je considère comme une véritable provocation de leur part. Mais qu'a-t-il bien pu se passer dans la tête de ces individus : pensaient-ils sérieusement venir comme ça dans NOTRE ville, faire leur messe nauséabonde, exprimer leur haine, parader en ville… sans qu'il n'y ait de riposte sévère de notre part ?

 

C'est pourtant bien connu dans le coin, et même ailleurs : Besançon est une ville profondément antifasciste, métisse et populaire. Ça l'a toujours été depuis nombre d'années et ça compte bien le rester.

 

Nous aimons très profondément notre ville et notre quartier : Battant-Marulaz, nous sommes très attachés à son histoire, à ses initiatives populaires (comme la CASA Marulaz : centre autonome social autogéré en ce moment même) et nous ne laisserons JAMAIS cette ville aux mains des Fachos, quitte à aller en taule ou MOURIR pour sa défense. Ce que j'apprécie particulièrement c'est que chacun de nous est prêt à touts les sacrifices,  pour ces éléments qui composent notre identité : solidaire-égalitaire-libertaire.

 

Je rapelle que le SCALP Besak est un collectif d'individu(e)s  ouvert à toutes et tous qui fonctionne de manière autogérée (sans chef, les décisions sont prises collectivement lors de nos assemblées générales), que chacune/chacun est bienvenue pour y proposer des projets, des actions (non violentes). Que se soit des soupes populaires, une exposition, un tournoi de foot, une gay pride, une projection de film, un débat, etc. etc… Nous sommes ouvert(e) à toutes initiatives étant donné que nos actions dépendent de votre engagement. Nous ne sommes ni une association, ni un parti politique, ni un syndicat, mais simplement des individu(e)s uni(e)s par le refus radical du sexisme, du racisme, de la misère et de l'exploitation provoquée par la société capitaliste.

 

 

PAS DE FACHOS DANS NOTRE VILLE

 

Plus de vidéos sur Fragments de manifs

 

 

Le service d'ordre de SOS tout pourri

en train de faire des saluts nazis

devant l'Autodidacte (librairie anarchiste)

 

 

Les néo-nazis qui se bourrent la gueule

dans un bar place de la Révolution

 

 

Photos de certains d'entre eux :


 

 

Vous souvenez-vous des néo-nazis de Bucey-les-Gy (Haute-Saône) qui ont régulièrement fait la Une des journaux régionaux pour actes racistes? Voici un de ceux-là :

 

Il a pas l'air d'avoir la lumière à tous les étages dans sa tête celui-là.

 

 

Plus de photos sur linksunten.indymedia.org/de/node/28916

 

 

Notre rassemblement 

 

 

 

 

Notre corps nous appartient

Nous ne laisserons personne décider de nos vies !

 

 

Je tiens à remercier la CNT 25 sans qui nous n'aurions peut-être pas pu nous rassembler étant donné que se sont eux qui ont déclaré le rassemblement à la préfecture. Merci à vous toutes et tous camarades qui êtes venus nombreux.

 

 

Article Est républicain disponible en cliquant ici.

 

Offensive libertaire, 22 novembre 2010.

 

 

Naziaufmarsch und Antifademo in Besançon

 

Am 20. November wollten Nazis des «Front Comtois» an einem Anti-Abtreibungs-Marsch der Christenorganisation «S.O.S. Tout-petits» in Besançon teilnehmen. Doch der Aufmarsch der FundamentalistInnen wurde aus Angst vor militanten AnarchistInnen abgesagt, so dass die 30 Nazis alleine durch die Stadt laufen mussten. Nach faschistischen Provokationen mussten Bullen die Nazis schützen, ansonsten hätten die über 100 mit Helmen, Schilden, Stöcken, Steinen und Flaschen bewaffneten Antifas sie auf dem Place de la Révolution angegriffen.

 

Besançon ist der Verwaltungssitz des Départements Doubs und der Hauptort der Region Franche-Comté im Nordosten Frankreichs auf der westlichen Seite des Jura. Die Stadt hat eine aktive linke Szene und ein reges kulturelles Leben. Wie zur Zeit in vielen anderen Städten des säkularen Frankreichs auch wird die Forderung nach einem Abtreibungsverbot als Angriff auf die Rechte der Frauen verstanden und entsprechend beantwortet.

 

Prosperity down at the armoury

 

Nach Auskunft der Nazis wurde der Christenmarsch abgesagt, da „Kommunisten und Bullen“ dagegen gewesen sein. So freimütig plaudern eben nur französische Nazis, die zwar für ihre Gewalttätigkeit, nicht jedoch für ihre Intelligenz bekannt sind. Der Nazimob machte sich daraufhin quer durch die Stadt auf den Weg zur anarchistischen Bücherei «L'Autodidacte», 5 rue Marulaz, in der auch die Groupe Proudhon der Federation Anarchiste und die Antifagruppe Scalp Besak zu Hause sind. Vor dem Buchladen posierten die Nazis unter den Augen des Bullen-Einsatzleiters mit Hitlergrüßen für Fotos.

 


 La Casa Marulaz - 24 place Marulaz

 

Den Squat «La Casa Marulaz» weiter oben in derselben Straße beachteten sie nicht weiter. Im Frankreich gilt eigentlich ein Räumungsverbot für Wohnungen im Winter, doch seit kurzem ist ein Gesetz in Kraft, das Squats von dieser Regelung ausnimmt. Das Centre Autonome Social Autogéré bietet zwar auch Wohnraum wie in Squats in Frankreich üblich, aber das Haus wurde als Begegnungstätte für die vielen linksradikalen Gruppen und Initiativen besetzt.

 

 

Fête de la cagoule

 

Baptiste Serena vom Jeunes Populaires

 

Die Nazis zogen weiter zum Place de la Révolution. Dort angekommen setzten sie sich in ein Café und soffen vermummt Bier. Die Bullen blockierten den Zugang zum Platz, so dass die Antifademo die Nazis nicht angreifen konnte. Angesichts der antifaschistischen Übermacht trollten sich die Nazis schließlich und die Antifas machten anschließend eine kraftvolle Demo durch die Innenstadt. Vor dem UMP-Büro wollten die Bullen die Demo erst aufhalten, ließen sie dann aber doch passieren. An der Cathédrale St-Jean zog ein Autonomer ein positives Resumée des Tages und die Menge löste sich auf.

 

Notre corps nous appartient — Nous ne laisserons personne décider de nos vies !

 

 

linksunten.indymedia.org, 21 novembre.

 


Commenter cet article

A.D 26/11/2010 19:40



Ouais, je suis d'accord avec ces remarques.


De façon plus générale ( cf. article récent sur la présence de "fachos" au restaurant Machin-Truc, avec Carles, etc...). Le fascisme et ce style d'idéologie se tient à la limite inférieure, façon
immagée, des luttes: je veux dire récupère ce qui peut l'être dans les luttes, ou les idéologies, discours, pratiques de l'extrême-gauche et c'est la limite des idéologies , discours, pratiques,
etc..ayant cours dans cette extrême-gauche qui "permet" aux fascistoïdes de prospérer/


Par exemple : la dénonciation de la crise (déjà en 1929..)comme corruption financière, ou des politiciens corrompus,etc...aboutit à une critique tronquée du capitalisme (Voir les thèses de
CRITIQUE RADICALE DE LA VALEUR, mais d'autres l'ont vu) et très fréquemment à un anti-sémitisme forcené( voir: montée du nazisme entre la fin des années 20 et arrivée au pouvoir 1933)


Il n'est pas anodin de constater que les "Mouvements" d'extrême-droite se nomment souvent "Socialistes" ou même "bolchéviks", bien entendu ces termes sont accolés à "national" ou "européen" ...


L'anti-fascisme...c'est l'idée du "plus petit dénominateur commun", genre Front Populaire, mais cela demande de renoncer à sa spécificité : on ne peut dire: on va d'abord (ou en même temps) être
anti-fa et Révolutionnaire, ou anar, ou communiste libertaire. On ne peut pas faire de front commun sur une base idéologique aussi vague, qui ressemble, c'est malheureux, mais comme ça, au Front
républicain contre l'extrême-droite, déjà vu contre Lepen, et pour...Chirac.


D'autre part, je comprends aussi que la présence de ces paumés, parfois "sincèrement cons", parfois paumés et plein de haine, etc.. pose des problèmes, car ils sont ou euvent devenir très
agressifs et dangereux, bien sûr, il faut s'en débarasser, les isoler, les faire dégager au besoin, mais pas besoin d'anti-fa pour ça...



Djo 25/11/2010 21:49



J’ai été un peu ennuyé par cet article et les photos qui l’accompagnent et apparemment, je ne suis pas le seul : http://debord-encore.blogspot.com/2010/11/pas-de-balance.html . Le malaise que l’on peut éprouver est renforcé par l’allure très « virile » de la manif anti-fa dans l’extrait vidéo proposé.
Attention : à trop combattre le dragon, on peut parfois devenir le dragon.