Blocage du dépôt Total de Brive-la-Gaillarde - 26 octobre

Publié le par la Rédaction

11h30 : Du blocage du dépôt Total de Brive-la-Gaillarde

 

 

Tôt ce matin, nous sommes une quarantaine de personnes à descendre du Plateau de Millevaches en direction de Brive-la-Gaillarde. À 4h30, nous allumons un feu de palettes devant le dépôt Total de la ville et cadenassons l’entrée avec des anti-vol et des chaînes. Un camion est bloqué à l’intérieur. Nous ne sommes pas seuls à voir eu cette idée : magnifique coïncidence, à 5 heures, nous sommes rejoints par une quarantaine de syndicalistes venus de Brive, Tulle et Limoges. Deux immenses banderoles, tendues sur un rond-point et devant le dépôt, et signées du «Plateau insoumis» annoncent nos intentions : «Bloquons l’économie, libérons les énergies». Les citernes ne rentrent plus, nous nous installons : un camion distribue soupe, thé et café. À 9 heures, dans une assemblée pour faire le point, l’ensemble des bloqueurs et bloqueuses décident de maintenir le blocus. À 9h30, le soleil vient relayer la sono de la CGT pour donner du souffle à des manifestants levés bien avant l’aube. Sur un fond de Noir Désir et d’AC/DC une partie de foot endiablée commence. Alors que le feu est toujours alimenté, des locaux continuent à converger sur place. On annonce des renforts de Dordogne et de tout le Limousin.

 

 

 

 

  

Des motards, des voitures de police et de gendarmerie passent. Des fonctionnaires du renseignement intérieur tournent autour. Des négociations commencent entre la préfecture et les responsables syndicaux. TF1 et France 3 rejoignent leurs collègues de Radio France et de la presse locale.

 

 

À 11 heures, nous décidons d’appeler à la constitution de comités d’action locaux pour installer le mouvement dans la durée et de créer une caisse de grève pour permettre au mouvement de s’enraciner.

 

Dans l’immédiat, nous appelons aussi toutes celles et ceux qui le peuvent à venir nous rejoindre.

 

Plateau insoumis, mardi 26 octobre 2010.

 

 

Carburant : Levée du blocage à Brive

 

Les militants syndicaux et membres d'un collectif de citoyens du plateau de Millevaches, qui bloquaient depuis ce matin 5 heures le dépôt de carburant à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), ont mis fin à leur action vers 17 heures, selon la préfecture.

 

«Quatre individus incontrôlés» qui participaient au blocus «ont été interpellés mardi dans l'après-midi alors qu'ils tentaient de s'introduire dans l'enceinte du dépôt, un site classé dangereux», a indiqué à l'AFP, Alain Zabulon, préfet de la Corrèze. À la suite de ces interpellations, la vingtaine de manifestants qui bloquaient toujours, en fin d'après-midi la voie d'accès au dépôt, ont décidé de lever le blocus, a précisé le préfet.

 

«Le dépôt est désormais libre d'accès», a affirmé M. Zabulon, tout en précisant que les manifestants «n'ont, à aucun moment de la journée entravé la circulation des camions, car les cuves du dépôt étaient à sec».  C'est au moment de l'arrivée d'un train de livraison que les quatre personnes ont été interpellées, selon lui.

 

 

 

  

Ces personnes sont ressorties du commissariat vers 19 heures après avoir fait l'objet d'un contrôle d'identité et d'un examen médical à la demande du procureur de la République de Brive, selon un membre du collectif de Millevaches. Les autorités ont mis en place un dispositif de surveillance permanente autour du site afin de permettre l'approvisionnement des stations-service.

 

Le dépôt Total, situé à l'ouest de Brive et d'une capacité de 26.150 m3 a été bloqué au petit matin par environ 70 manifestants d'un collectif de citoyens du plateau de Millevaches et de militants CGT, FO et Solidaires.

 

Il réceptionne des hydrocarbures liquides depuis les raffineries de Normandie et de Donges (Loire-Atlantique) et dessert la Corrèze, la Haute-Vienne, la Dordogne, le Lot, l'Aveyron et le Cantal.

 

Cette action était menée à l'initiative d'une assemblée de citoyens du plateau de Millevaches «pour leurs intérêts communs sur la réforme des retraites», rejointe par une intersyndicale, selon un membre de ce collectif. 

 

Leur presse (Agence Faut Payer), 26 octobre.

 

 

Solidarité avec quatre interpellés

 

Mardi 26 était organisé un blocage de dépôt pétrolier de Brive. Depuis 5 heures du mat étaient réunis environ 70 individus. La grande majorité des manifestants venaient du plateau de Millevaches (là où est situé Tarnac), il y avait quelques porteurs de drapeaux professionels (l'intersyndicale). Le «collectif du Plateau insoumis» a déployé une immense banderole où on pouvait lire «Bloquons l'économie, libérons les énergies».

 

Il est 15h30, certains militants (quatre) décidèrent de rentrer dans le dépôt par une porte annexe. De suite les CRS ont gazé les manifestants et ont fait la chasse aux quatre militants. Après une course poursuite en pleine circulation ils furent rattrapés et arrêtés de façon très très musclée.

 

Le responsable de la CGT Jean-Claude Riber qui était en train de négocier avec le préfet la fin du blocus a bien sûr condamné l'attitude des ces militants.

— Le collectif «Plateau insoumis» demande la libération immédiate des quatre interpellés et leur non poursuite. 
— Suite aux articles honteux de la presse locale et les propos des syndicats qui se déchaînent contre les «autonomes du Plateau» le collectif tient à réagir par un communiqué de presse qui dit :
«Nous sommes une quarantaine de personnes à descendre du plateau de Millevaches (…) Une centaine d'habitants du Plateau ou sans appartenance politique ou syndicale, se sont réunis dimanche 24 et lundi 25 pour envisager le soutien qu'ils pourraient apporter aux travailleurs en lutte contre la loi sur les retraites. La participation au blocage de Brive inaugure d'autres actions.»

 

Si Limoges est rose,

le plateau est rouge et noir !

 

Collectif du Plateau insoumis, 27 octobre.
Forum Classe contre classe.

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article