Expression antimilitariste dans l'Ain

Publié le par la Rédaction

Le monument du Val d’Enfer souillé par des graffitis

Haut lieu de la Résistance et de ses martyrs, le Mémorial des maquis de l’Ain a été victime de la bêtise humaine, dans la nuit de mercredi à jeudi, à Cerdon.

Lamentable, idiot, scandaleux. Les mots sont inutiles en pareille circonstance. Dans la nuit de mercredi à jeudi, le Mémorial des maquis de l
Ain et de la Résistance a été la cible dindividus malveillants, au Val dEnfer, à Cerdon. Des pots de peinture bleue fracassés au pied du monument, orné dinscriptions à connotation anarchiste, un autre graffiti sur le mur en contrebas, la vision est pitoyable.

Représentant la France qui se libère de ses chaînes, l
imposante statue frappée dune devise dAragon avait été érigée en juillet 1951. Le site avait accueilli le général De Gaulle le 26 juin 1956 pour linauguration du cimetière attenant, où se trouvent 88 tombes de résistants étrangers. Propriété du Conseil général de lAin, le Mémorial avait fait lobjet dun important travail de rafraîchissement il y a quelques années.

«Le nettoyer, c
est la priorité»

Ancien résistant engagé dès 1943 dans les maquis de l
Ain, Marius Roche, président du comité du Mémorial, était atterré hier, à limage de lensemble du monde combattant dans le département : «Un travail considérable y a été fait, la statue était impeccablement nettoyée, certaines dalles du cimetière avaient été remplacées. Il y avait déjà eu un problème il y a une quinzaine dannées. On se demande bien dans quel monde on vit.»

Prévenue très tôt jeudi matin, Sylvie Goy-Chavent, maire de Cerdon, espère que le nécessaire sera fait très rapidement pour effacer l
outrage : «Il faut que le Conseil général nettoie ça très vite, cest la priorité. Tout le mois daoût, il y a encore énormément de passage de touristes, on ne peut pas le laisser comme ça et la commune de Cerdon nest pas habilitée pour le faire.»

D
ores et déjà, une enquête de gendarmerie est en cours, confiée à la communauté de brigades de Pont-dAin / Poncin. Naturellement, le Conseil général va déposer plainte.

Vincent Lanier - Le Progrès (édition de l’Ain), 23 août 2008.

Commenter cet article