Démontage d'une brève du Progrès

Publié le par la Rédaction

La brève du Progrès :
Violences et menaces sur un agent

Vendredi, un jeune homme de 23 ans habitant à St Priest a frappé et a menacé un agent de police, avant d’être interpellé vers 18h40. Ni le jeune homme, ni le policier ne sont blessés. Le jeune homme a été présenté dimanche, au parquet de Lyon, et a été écroué dans l’attente d’un jugement.


Le démontage :
Violences et menaces sur un agent
Le Progrès ment : il n’y a eu aucune violence commise sur un flic dans cette affaire, mais un outrage, une menace et une rébellion. Le prévenu n’était pas accusé de violence sur agent, encore moins de violences. D’ailleurs le juge l’a précisé en lisant les procès verbaux : «Il a fait un geste du coude qui n’a touché personne.»

Vendredi, un jeune homme de 23 ans habitant à St Priest a frappé et a menacé un agent de police, avant d’être interpellé vers 18h40.
Avant qu’un «jeune homme menace un agent de police», Mo, le jeune homme, tenait les murs avec des potes dans un hall d’immeuble de sa cité ; après le coup de fil d’un habitant, les flics débarquent et cherchent à faire dégager (karcheriser peut-être) les jeunes du hall d’immeuble ; c’est à ce moment que «le jeune homme menace un agent».

Ni le jeune homme, ni le policier ne sont blessés.
Si c’est vrai que le flic n’est pas blessé, et ça confirme qu’il n’y a pas eu de violence sur lui, c’est faux d’écrire que Mo n’est pas blessé : il a affirmé pendant le procès avoir été cogné par un flic et a désigné le coquard qu’il avait à l’œil gauche ; le juge Péju lui a très distinctement conseillé de porter plainte.

Le jeune homme a été présenté dimanche, au parquet de Lyon, et a été écroué dans l’attente d’un jugement.
À vrai dire, le jeune homme est même passé en comparution immédiate lundi dernier et il fallait attendre la fin du jugement pour en connaitre le résultat (délibéré) : Mo a écopé de 4 mois de prison ferme pour outrage, rébellion et menace, dans un procès qui a duré 19 minutes.


La brève de Rebellyon :
Sans ton brassard t’es rien !

C’est surprenant mais dire «Sans ton brassard t’es rien» à un flic, c’est un outrage, se débattre sans blesser ni toucher qui que ce soit pendant l’interpellation (à cause de l’outrage) c’est une rébellion. Le gnon dans la gueule c’est gratuit. C’est ce qui est arrivé à Mo, 23 ans, qui tenait les murs dans un hall d’immeuble à St Priest avec ses potes. Les voisins ont appellé la police. Mo s’est pris un bon coquard à l’œil gauche et 4 mois ferme de placard. Ah oui, son procès a duré 19 minutes.


Rebellyon, 14 février 2008

Publié dans Presse

Commenter cet article