12 octobre : Quelques blocages

Publié le par la Rédaction

Lyon Perrache (Rhône) : Les cheminots reconduisent la grève

 

Une centaine de cheminots réunis en gare de Lyon Perrache (guichetiers, contrôleurs et conducteurs) ont voté à 10h15 ce matin pour la reconduction de la grève jusqu'à demain. Seule une personne s'est prononcée contre, tandis que deux se sont abstenues. Une nouvelle assemblée générale se déroulera demain à 15 heures sur le même site pour décider des suites à donner au mouvement.

 

Les grévistes demandent le retrait ou la rediscussion du projet de loi de reforme des retraites.

 

Leur presse (Le Progrès), 12 octobre 2010.

 


Grève contre les retraites : Blocage à Cherbourg et à Guilberville (Manche)

 

Comme annoncé par les syndicats, des manifestants se sont déployés au rond-point Malraux à l’entrée de Cherbourg, sur la route menant au chantier de l’EPR à Flamanville et à l’échangeur de Guilberville (sortie Saint-Lô sur l’A84). Des axes qui sont en ce moment bloqués ou fortement perturbés. Les gendarmes veillent en revanche à ce que les manifestants ne bloquent pas l’A84. Des perturbations qui s’ajoutent à celles attendues sur les réseaux de bus et de train. On annonce également un blocage au niveau du lycée de Thère près de Saint-Lô.

 

 

Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

Avranches (Manche) : Le lycée Littré toujours bloqué

 

Situation inchangée ce matin au lycée publique Émile Littré. D’un côté de la palissade de palettes de bois et de poubelles, des enseignants qui n’ont pas accès aux salles de cours et des lycéens qui ne suivent pas le mouvement. De l’autre les lycéens grévistes qui maintiennent «le projet de réforme des retraites c’est notre problème aussi». La suite des événements ? «À 14 heures nous partirons avec les profs à la manif.» Le collectif retraite du Sud-Manche entend, sans défiler en centre-ville, bloquer la place Patton, équivalent avranchinais de la place de l’Étoile.

 


Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

Retraite : Déjà des mouvements à Saint-Brieuc (Côtes d’Armor)

 

Le rassemblement n’est prévu qu’à 10h30 place de la Liberté à Saint-Brieuc. Mais déjà dans les rues des manifestants crient leur opposition à la réforme de retraite proposée par le Gouvernement.

 

Les premiers, ce matin, ont été les lycéens de Renan. Une partie d’entre eux a bloqué l’accès de l’établissement ; et bloque aussi la circulation aux abords du lycée.

 

Par ailleurs, d’autres manifestants s’en sont pris vers 9 heures à la permanence de l’UMP située Boulevard Sévigné. Tracts et affiches ont été collés sur la devanture.

 

Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

Lycée Voltaire à Paris

 

 

Des élèves de Guéhenno rassemblés devant leur lycée à Fougères (Ille-et-Vilaine)

 

À 8 heures, ce matin, une large partie des 800 élèves du lycée Guéhenno de Fougères était rassemblée devant la grille principale de l’établissement. Celle-ci était fermée par une grille, des conteneurs à poubelles et des palettes. Toutefois, l’entrée juste à côté restait ouverte. Professeurs et élèves qui souhaitaient aller en classe pouvaient le faire.

 

«Étudiants à 20 ans, chômeurs à 25 ans, toujours précaires à 67 ans», proclamait une banderole. «On est tous concernés par la réforme des retraites», souligne Clémentine, 17 ans. Ce matin, une partie des lycéens assurait qu’ils participeraient à la manifestation prévue à 17h30 ce mardi, au départ de la sous-préfecture de Fougères.

 


Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

Blocage : C'est reparti pour un tour à JBD - Alès (Gard)

 

L'image n'est pas inédite : depuis lundi, l'entrée principale du lycée Jean-Baptiste-Dumas est bloquée par un mur de poubelles et de palettes. Le blocus a été décidé au cours d'un vote qui a rassemblé près de 50% des lycéens.

 

La motion en faveur du blocage l'a emporté à près de 64%. Malgré cela, la police est intervenue hier matin pour prévenir — sans succès — l'installation de la barricade. Pas de violence à signaler, mais les deux côtés s'accusent mutuellement d'avoir fait monter la tension. Quoi qu'il en soit, le blocus arrange les lycéens qui souhaitaient manifester aujourd'hui : «Ça va nous permettre de rejoindre le cortège sans recevoir de journée d'absence», confiait l'un d'entre eux.

 

Leur presse (Midi Libre), 12 octobre.

 

 

Montpellier (Hérault) : Les lycéens bloquent le Lycée Clémenceau

 

Les lycéens de Montpellier, comme ici devant le lycée Clémenceau, ont commencé à bloquer l'établissement et ses abords provoquant ainsi un embouteillage. Plusieurs villes de la région sont également concernées par ce mouvement. Dès 8 heures les lycéens sétois ont bloqué le Lycée Paul Valéry.

 

 

Leur presse (Midi Libre), 12 octobre.

 

 

Lorient (Morbihan) : Barrages aux entrées de la ville et au port

 

Ce matin à 5h30, les militants du syndicat CFDT transports du Morbihan ont bloqué les portes du dépôt pétrolier du port de commerce de Kergroise à Lorient. Il ne s'agit pas d'un véritable blocage puisque rapidement, ils ont laissé entrer les camions citerne au compte gouttes.

 

Les manifestants de ce matin ont prévu de rejoindre dans la matinée, le cortège dans les rues de Lorient.

 

Du côté du port, à 6 heures ce matin, à l'appel de la CGT, les dockers au  commerce et à la pêche, ainsi que les salariés de la société d'exploitation du port de pêche ont dressé des barrages de palettes de bois enflammées au rond-point de Kéroman. Impossible franchir ce barrage prévu pour durer longtemps.

 

Ce blocage de l'entrée principale de la ville de Lorient a occasionné de nombreux embouteillages tant sur la voie express Quimper Nantes que dans la ville elle-même. La journée de grève commence fort à Lorient.

 

 

Leur presse (Le Télégramme), 12 octobre.

 

 

Dunkerque (Nord) : Des lycéens mettent le feu aux poubelles

 

Ce matin, la tension était vive à Dunkerque, avant la manifestation prévue cet après-midi. Des lycéens ont incendié des poubelles devant l'établissement Vauban, à Dunkerque, et devant le lycée du Noordover à Grande-Synthe. 

 

Leur presse (La Voix du Nord), 12 octobre.

 

 

Les lycéens ont défilé tôt dans les rues de Caudry (Hainaut) ce matin pour dénoncer la réforme des retraites

 

Un blocus était prévu jeudi. Mais les lycéens de Caudry ont ensuite opté pour un blocus ce mardi, journée nationale d'action.

 

Ce matin donc, ils ont dans un premier temps bloqué l'accès au lycée (en laissant tout de même un passage pour les non grévistes mais aucun lycéen ne l'aurait emprunté). Puis, ils ont défilé dans les rues de la ville qui se réveillaient doucement. Avant de repartir devant le lycéen où ils vont rester toute la matinée. Quelques-uns rejoindront ensuite Cambrai où une manifestation est prévue cet après-midi.

 

Leur presse (La Voix du Nord), 12 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article