Révolte de requérants d'asile à Genève

Publié le par la Rédaction

La police travaille à Genève

 

Une révolte a eu lieu aujourd’hui dans le centre de requérants d’asile de Frambois à Genève.

 

Seule source pour l’instant :

Genève : Révolte de requérants d’asile en attente de renvoi
La brigade de sécurité publique est intervenue en nombre ce samedi à la mi-journée à Frambois, le centre où sont détenus les requérants d’asile en attente de renvoi.
Des détenus, en attente de renvoi, ont saccagé les locaux, nécessitant l’intervention des forces de l’ordre. Le porte-parole de la police genevoise, Jean-Philippe Brandt, se montre discret sur l’effectif engagé mais confirme la nouvelle. «Des individus révoltés ont tout saccagé vers 11h15», explique-t-il. Soit les locaux dans lesquels ils étaient réunis.
Un mouvement de protestation animé par des ressortissants africains. D’autres détenus, originaires des ex-pays de l’Est, ont chahuté à leur tour. Ce qui a nécessité une intervention en deux endroits distincts de l’établissement genevois.
Les pompiers sont venus en appui avec un fourgon et deux ambulances, en raison notamment des menaces proférées de départ de feu. Peu après 13 heures, le calme revenait à Frambois.
On ne déplore aucun blessé du côté des forces de l’ordre, des surveillants et des détenus. L’usage de la contrainte n’a apparemment pas été nécessaire pour mettre un terme à ces troubles internes. 
Leur presse (Thierry Mertenat, 24 Heures), 9 octobre 2010 - 17h44.

 

[…]  le journaliste Thierry Mertenat […] Je le  crois pas une seule seconde quand il dit qu’il n’y a eu «aucun blessé chez les détenus».

 

Plus d’infos sur Thierry Mertenat : enregistrement d’une conférence de presse donnée par les grévistes d’ISS Aviation où Mertenat s’était illustré par des propos particulièrement vulgaires et méprisants à leur égard).

 

En attente de plus amples informations…

 

Courriel, 9 octobre - 18h01.

 

 

Une émeute éclate dans la prison de Frambois

 

Une émeute a éclaté samedi à la mi-journée au centre de détention administrative de Frambois (GE). Une vingtaine de détenus en colère ont saccagé les bâtiments. La police cantonale a été appelée en renfort pour ramener le calme.

 

Le mouvement est parti vers 11h15 de quatre détenus et s’est rapidement étendu à une vingtaine de personnes, a indiqué Jean-Philippe Brandt, porte-parole de la police genevoise, confirmant une information de la RSR.

 

Conditions de détention difficiles

 

Après intervention de la police, la situation s’est normalisée vers 13h30. Le porte-parole n’a pas été en mesure de préciser les motifs des prisonniers.

 

La Coordination asile migration Vaud et la Ligue Suisse des Droits de l’Homme, section Genève, ont dénoncé à de nombreuses reprises les conditions d’emprisonnement et d’expulsion par la force des migrants détenus à Frambois.

 

Dans un communiqué publié samedi, le Collectif Droit de Rester Lausanne demande aux cantons de faire usage de leur marge de manœuvre pour offrir un droit de séjour aux personnes qui sont venues pour vivre en Suisse. Trois cantons — Vaud, Genève et Neuchâtel — gèrent l’établissement de Frambois.

 

Leur presse (ats), 9 octobre - 18h31.

 

 

Commenter cet article