Flics (et journalistes) contre lycéens à saintQuentin

Publié le par la Rédaction

Vendredi 8 octobre

 

Un témoignage

 

() «Voilà ma version rapportée des faits d’aujourdhui,

 

 

Les lycéens étaient très nombreux ce matin ils étaient apparement très appliqués à faire la tournée des lycées, il y aurait eu un blocage à lentrée du lycée La Ramée.

 

Jai reçu un coup de fil en fin de matinée pour dire quil y avait quelques débordements, dans la rue de mon établissement quelques poubelles étaient renversées.

 

Dans laprès-midi, ma meilleure amie a suivi le cortège de manifestants et na remarqué aucun fait qui pourrait apparaître choquant, si ce nest la présence de policiers en civil qui choisissaient leurs interlocuteurs en fonction de leur origine pour leur dire les propos suivants : “de toute façon on te nique…” ce qui était la fin de leur discussion, les “adultes” présents ont prévenu les jeunes pris à partie de la technique des policiers qui provoquent et cherchent les débordements.

 

Elle ne sait pas quand aurait pu avoir lieu la violence annoncée envers les 3 policiers.

 

Larticle de l’Union daujourdhui nincite pas vraiment au calme : cest ordurier et limite incitation à la haine raciale : “comme ultime provocation les jeunes ont déployé des drapeaux du Maroc et de l’Algérie”.

 

Je vais contacter un lycéen présent du début à la fin et je vous tiendrai au courant de sa version.»

 

Voici la suite :

 

«Jai eu le lycéen au téléphone, il me confirme les poubelles renversées ce matin, quelques rétros endommagés ; il na pas du tout vu ou entendu parler des violences envers les 3 flics en civil.

 

Ils ont lair plus satisfaits de cette journée que celle dhier, ils commencent à sorganiser.» ()

 

Le Post, 9 octobre 2010.

 


 Lycéens : Plus de monde et toujours de l'agitation

 

Cette fois, les lycéens étaient environ 1 500 à manifester dans les rues de la ville au plus fort du mouvement. Si l'après-midi a été très calme, la matinée a connu son lot d'échauffourées.

 

Tout avait débuté sous les meilleurs auspices. Peu avant 9 heures, plusieurs centaines d'élèves du lycée Condorcet, au quartier Europe, ont rallié le lycée La Ramée, quelques kilomètres plus loin. Et, là ça coince. Pour une raison encore inconnue, plusieurs hommes de la gendarmerie mobile ont subitement fait leur apparition devant l'établissement. Ils ont chargé les quelques manifestants hostiles à leur égard. Certains sont cagoulés et masqués. Et les slogans ne vont pas plus loin que des «Sarko, Sarko, on t'enc…»

 

Le cortège est plus impressionnant que la veille : sur l'avenue de Rémicourt, environ 1500 manifestants se dirigent vers le centre-ville pour un sitting, place de l'Hôtel-de-ville. Après quelques minutes, une rixe éclate entre une dizaine de jeunes, qui ne seraient pas des lycéens en bonne et due forme. Poursuivis par des policiers en civil, des jeunes se sauvent au pas de course.

 

La mairie annexe n'a plus de drapeau sur sa façade

 

Le cortège reprend et traverse la rue d'Isle, en direction de la place du 8-Octobre. Des poubelles sont renversées au grand dam des commerçants. Place du 8-Octobre, la statue est prise d'assaut. Puis, tout le monde file vers le faubourg d'Isle, via le pont de la gare. Les manifestants se mêlent aux voitures, coincées dans le cortège.

 

Rue du Général-Leclerc, rebelote. On ne compte plus les poubelles renversées. Mais, cette fois, les violences montent d'un cran : un fonctionnaire de police, en civil, est pris à partie par quatre jeunes, qui le rouent de coups alors que l'homme est au sol. Bilan côté forces de l'ordre : trois hommes ont été blessés. «Un policier frappé, c'est inacceptable, a souligné le nouveau maire, Xavier Bertrand. La force des convictions n'a pas besoin de violences.»

 

La marche se dirige, quasiment au pas de course, rue Cronstadt. Un jeune, capuché et masqué, grimpe sur la façade de la mairie annexe du faubourg d'Isle et s'empare du drapeau tricolore. La foule est haranguée. Puis plus rien jusqu'à la rue Pompidou. Le café-tabac presse, Le Royal, a baissé le rideau au passage des lycéens. Plus tard, à quelques centaines de mètres du lycée Condorcet, policiers et jeunes s'affrontent. Une bombe lacrymogène calme les ardeurs des plus virulents. Une jeune majeure est interpellée. Elle est toujours en garde à vue.

 

L'après-midi, 200 à 300 lycéens ont remis le couvert, toujours en partant de Condorcet. Moins de monde mais aussi moins de perturbateurs : aucun incident n'est à déplorer.

 

Mardi, ils viendront se greffer au cortège de leurs aînés. Et, cette fois, cela ne devrait pas déraper.

 

Leur presse (Guillaume Carré,
Le Courrier Picard), 9 octobre.

 

 

[19h08] Deux policiers blessés dans l'Aisne en marge d'une manifestation lycéenne

 

Les manifestations lycéennes contre les retraites ont été tendues à Saint-Quentin, dans l’Aisne, ce vendredi. Dans la matinée, des heurts ont éclaté, selon la préfecture contactée par 20minutes.fr, et deux policiers ont été légèrement blessés.

 

Alors que la manifestation ne comptait plus que 300 à 400 personnes (sur 1.200 à 1.500 au début), un groupe d'une vingtaine jeunes gens qui n'étaient vraisemblablement pas des lycéens a pris la tête du cortège et a encerclé un véhicule de police, dont une portière a été dégradée à coups de pieds. Les fonctionnaires ont utilisé des gaz lacrymogènes pour se dégager.

 

Jeunes cagoulés sur le toit d’un bus

 

Jeudi, des heurts avaient déjà éclaté lors d'une manifestation de lycéens qui a rassemblé jusqu'à 500 personnes selon la préfecture. Des jeunes gens cagoulés étaient notamment montés sur le toit d'un bus. Une vitrine a été dégradée et des rétroviseurs de voitures ont été brisés.

 

Depuis jeudi matin, quand des incidents avaient déjà émaillé une première manifestation, la police a procédé à 13 interpellations, qui ont abouti à sept gardes à vue, pour des jets de projectiles, des dégradations sur des véhicules ou des tags injurieux.

 

Leur presse (20 minutes), 8 octobre.


 

[16H40] Manifestations : trois policiers blessés à St-Quentin

 

Trois policiers ont été blessés ce matin à Saint-Quentin dans l'Aisne au cours des manifestations lycéennes où plus de 1.000 jeunes ont encore défilé (…) Dans les Ardennes aussi, les jeunes sont descendus dans la rue ce matin, sans incident majeur.

 

 

 

Dans l'Aisne et dans les Ardennes, les jeunes sont à nouveau descendus dans la rue aujourd'hui dans une ambiance assez tendue. À Saint-Quentin, où plus d'un millier de jeunes — et pas seulement des lycéens — ont manifesté ce matin contre la réforme des retraites, trois policiers ont été blessés. L'un d'entre eux a même été roué de coups. Indépendamment de ces violences, une jeune fille a été interpellée après avoir mis un coup de pied dans une voiture de police.

 

Après une dispersion des rangs en fin de matinée, les jeunes Saint-Quentinois ont remis le couvert à 14 heures. Ils étaient entre 200 et 400 dans les rues. Ils ont fait un court sit-in devant la mairie et disaient «chercher Xavier Bertrand», le secrétaire général de l'UMP élu lundi premier magistrat de la commune (…) 

 

[12H06] Plus d'un millier de manifestants à Saint-Quentin

 

Ce matin encore la manifestation des lycéens a dégénéré à Saint-Quentin (Aisne). Ils étaient plus d'un millier au plus fort du défilé. Cagoules et projectiles ont fleuri dans le cortège. Une jeune fille a été interpellée.

 

La marche «anti réforme des retraites» touche maintenant à sa fin, il ne reste plus qu'une cinquantaine de jeunes dans les rues.

 

[11h33] La police charge les manifestants

 

La police a commencé à charger les manifestants «anti-retraites» qui défilent depuis ce matin dans les rues de Saint-Quentin (Aisne). Le mouvement qui rassemble entre 500 et 600 personnes est parti du Lycée La Ramée. Comme hier la manif des lycéens dégénère. Au moins une personne a été interpellée après la charge de l'UDI (unité départementale d'intervention).

 

Leur presse (L’Union), 8 octobre.

 

 

[10h25]  Plus d'un millier de lycéens dans les rues ce vendredi

 

Les lycéens manifestent de nouveau dans les rues de Saint-Quentin contre la réforme des retraites, ce vendredi.

 

En milieu de matinée, ils étaient 1000 à 2000 selon la police.

 

Après les affrontements survenus jeudi devant le lycée Condorcet, quartier Europe, certains manifestants bloquent l'entrée du lycée Henri-Martin, en centre-ville, provoquant quelques tensions.

 

[9h08] Les lycéens reprennent de plus belle

 

Les lycéens manifestent à nouveau dans la rue, ce vendredi matin, à Saint-Quentin, contre la réforme des retraites. Ils sont plus de 500 à battre le pavé.

 

Parti cette fois du lycée Pierre de La Ramée, le cortège gagne le centre ville. Il est actuellement rassemblé devant la mairie sur la grand-place.

 

L'ambiance est pour le moment bon enfant. Les autorités sont sur leurs gardes après les tensions vécues jeudi devant le lycée Condorcet qui a lancé le mouvement lycéen.

 

 

Leur presse (Le Courrier Picard), 8 octobre.

 


[Jeudi 7 octobre] La manifestation dégénère

 

On n'avait pas vu de tels affrontements depuis la visite de Nicolas Sarkozy en 2007. La manifestation lycéenne contre la réforme des retraites a tourné au vinaigre.

 

 

 

Et pourtant, tout avait démarré de manière guillerette et bon enfant. Devant les grilles du lycée Condorcet à 9h30, (quartier Europe), une cinquantaine de jeunes est massée. L'objectif de la Jeunesse communiste : bloquer l'entrée de l'établissement aux élèves. Rien de méchant, juste montrer son mécontentement contre la réforme des retraites.

 

Quand on interroge Loïs, militant communiste, les réponses fusent dans tous les sens : «On refuse l'allongement de la durée de cotisations. L'argent en France n'est pas redistribué correctement. Les classes moyennes subissent.»

 

Et puis, le jeune militant bifurque sur la suppression de postes des enseignants. «En Terminale, on a du mal à terminer les programmes. On va au Bac sans avoir étudié la totalité des programmes.» L'Éducation nationale en prend pour son grade : «On veut plus d'argent pour l'enseignement. L'éducation permet de se développer.»

 

Il prévient : «À 10 heures, c'est là qu'on va vraiment bloquer.» C'est l'heure de la récré à Condorcet. Les lycéens fumeurs sortent de l'établissement. Une voiture de police est stationnée à proximité.

 

Et puis, tout débute par un lancer de tomates sur le véhicule. Les lycéens chambrent. Deux motards viennent en renfort. Cette fois, ils ont droit à des œufs. À croire que certains étaient là pour en découdre. Des jeunes du quartier, qui ne sont pas lycéens, semble-t-il, ont rejoint le mouvement. Ils sont entre 300 et 400.

 

Et, là, le simple blocus devient très tendu. Entre les jets de bouteilles de bière, d'eau, de branches d'arbre et les pétards, le service d'ordre se trouve rapidement débordé. Même les assistantes d'éducation ne savent plus que faire. La dizaine de policiers présents est rapidement rejointe par les hommes de l'unité départementale d'intervention.

 

Tous portent leur tenue anti-émeute : casque, gilet par balles, bouclier. Les projectiles fusent, les organisateurs du mouvement sont débordés. Les policiers répliquent : des grenades lacrymogènes volent dans le ciel. La foule s'écarte. Et puis, la provocation continue. La réplique monte d'un cran : cette fois, les policiers chargent. Une première fois. Il y en aura deux autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les hommes en bleu franchissent même l'entrée de l'établissement. Le proviseur ne voudra pas nous dire, si oui ou non, il leur a donné l'autorisation.

 

«Dans un sens ou dans l'autre, cela pourrait être source de polémique», dit-il en substance. Il est midi. Des bris de bouteilles jonchent le sol. C'est la fin du premier acte. L'après-midi, avenue Schuman, second acte, les lycéens sont un peu plus de 200 à stopper les véhicules.

 

Certains frappent sur un bus, bloqué. Les pérégrinations se poursuivent à Jean-Bouin, puis à La Ramée où les grilles sont fermées, empêchant les élèves de se greffer au mouvement. La dislocation interviendra en milieu d'après-midi, toujours sous l'œil de policiers aux aguets.

 

 

 

 

Des fauteurs de trouble à la manif

 

Sur les 200 à 300 manifestants, une poignée n'avait cure de la réforme des retraites. Ils ont voulu en découdre et ont payé le prix en finissant au commissariat.

 

Un commissaire sous tension. Des jeunes qui veulent en découdre avec les forces de l'ordre. Cela ne pouvait que mal se terminer. Téléphones portables et réseaux sociaux pour ce rassemblement qui, au départ ne devait être qu'un blocus du lycée Condorcet à Saint-Quentin, ont fonctionné à plein pendant une semaine.

 

À cinq jours du prochain mouvement national contre la réforme des retraites, les jeunes lycéens ont voulu montrer leur désaccord. Les jeunes communistes sont les instigateurs de ce blocus. Un peu brouillon dans leur organisation, ils ont tout de même réussi à rassembler entre 200 et 300 lycéens devant les grilles de l'établissement. Car, ils n'étaient que 50 avant la pause de 10 heures.

 

Jets de projectiles à la récré

 

10 heures, c'est l'heure de la récré à Condorcet. C'est à ce moment que les jeunes sortent pour aller fumer. La tension est montée d'un cran. Les projectiles pleuvent. D'abord des tomates, puis des œufs en guise d'entrée. Le plat de résistance est costaud : on passe ensuite aux jets de bouteilles et aux pétards. Des personnels du lycée sont visés. Le proviseur reçoit un œuf sur la tête. Ils sont débordés tout comme les forces de l'ordre qui appellent aussitôt du renfort.

 

Au loin, trois fourgons de l'unité départementale d'intervention déboulent en trombe. En sortent des hommes casqués, munis de leur tenue anti-émeute et de leur bouclier. Les échauffourées débutent. Pour dissiper les excités, des bombes lacrymogènes sont balancées. La dispersion débute. Pas pour longtemps. Les jeunes se regroupent. Les policiers chargent jusqu'au parking de l'établissement.

 

 

 

 

 

Et maintenant, place au dessert avec les interpellations. Quatre jeunes, repérés, quelques minutes auparavant, sont interpellés aux abords du lycée. Deux ont été placés en garde à vue, les deux autres ont été relâchés peu de temps après.

 

 

 

 

En début d'après-midi, c'est un autre défilé qui démarre du quartier Europe. Les jeunes se dirigent vers le lycée Jean Bouin, puis celui de La Ramée. Cette fois, les slogans sont plus virulents et ne concernent pas les retraites. Les policiers sont aussi plus discrets. Ils ne sont pas intervenus, sauf sur la place de la basilique. Des poubelles ont été renversées devant le lycée La Ramée. Et la vitrine d'un géomètre a été saccagée rue Jules Coupé.

 

 

 

 

 

 

 

Leur presse (Le Courrier Picard), 8 octobre.

 

 

Manifs de lycéens dans l'Aisne : ça dégénère encore

 

Ce matin encore la manifestation des lycéens a dégénéré. Ils étaient plus d'un millier au plus fort du défilé. Cagoules et projectiles ont fleuri dans le cortège. Une jeune fille a été interpellée.

 

Présentée au départ comme un mouvement de protestation contre la réforme des retraites, la manif des lycéens a rapidement dégénéré en quasi-émeute urbaine.

 

«TOI la presse, on va te faire bouffer ton appareil photo. T'as pas encore compris qu'on est là pour tout péter ?» Le visage masqué par une écharpe, capuche sur la tête, le lycéen précise ses menaces : «Si on me reconnaît sur une photo, on va te tuer toi et ta famille.» C'est clair, on est loin de l'ambiance bon enfant qui accompagne, en général, une manifestation lycéenne. Le bilan est, d'ailleurs, aussi lourd que le climat : des dizaines de poubelles renversées, des rétroviseurs cassés, des boîtes aux lettres arrachées, des vitrines brisées, les portes d'un bus forcées…

 

«Sarko, on t'enc…»

 

Rue Robert-Schumann, une femme demande à un petit groupe de descendre du capot de sa voiture. Ils la giflent et s'enfuient. Un peu plus loin, un cabinet d'architectes est littéralement pris d'assaut. L'homme avait osé protester quand on avait renversé ses poubelles et endommagé son automobile. «Ils étaient surexcités, ils ont mis plusieurs coups de pied dans la vitrine et l'ont brisée», raconte l'une des collaboratrices du cabinet.

 

L'un des jeunes tente bien de raisonner ses congénères : «Arrêtez, c'est nul, on est là pour les retraites !» Il a aussitôt droit à quelques claques et autres coups de pied. Quelques minutes plus tard, son agresseur est discrètement interpellé par des policiers en civil.

 

Neuf interpellations

 

Les larmes aux yeux, le visage en sang, il s'assoit et ne peut que contempler le désastre.

 

Si quelques affichettes laissées au départ du cortège témoignaient des motifs officiels de la manif, les slogans se limitent à des «Sarko, on t'enc…», hurlés sur le toit d'une voiture ou d'un bus. Certains agitent des drapeaux algériens ou marocains en guise d'ultime provocation.

 

 

Dès le matin, le malaise était palpable devant les grilles du lycée Condorcet. D'après le blog du PCF, la Jeunesse communiste aurait initié la manif. Leur appel a été relayé sur Internet et sur les portables. «On a été avertis par SMS qu'il fallait bloquer le lycée, raconte une lycéenne. On a alors décidé de ne pas aller en cours et on s'est regroupés devant le bahut. On devait être au moins 300. Ça a dégénéré quand quelques types sont allés chercher des œufs, des tomates et des cannettes pour les lancer sur la police.»

 

Épaulés par les hommes de l'unité départementale d'intervention, les policiers chargent trois fois et procèdent alors à quatre interpellations.

 

Après la pause déjeuner, les jeunes se regroupent à nouveau. Grossi par quelques élèves du lycée Colard-Noël, le cortège se rend au lycée La-Ramée. Ils sont plus de 500 à se diriger ensuite vers le lycée Henri-Martin. Ils n'y trouveront aucun renfort. Ce n'est qu'aux abords de la place de l'Hôtel-de-Ville qu'ils seront bloqués par des policiers, qui s'étaient montrés jusqu'alors étrangement distants. Il est 17 heures, retour au lycée Condorcet, la manif est terminée.

 

Une vingtaine d'agitateurs, bien décidés à en découdre avec les forces de l'ordre, tente de rejoindre le centre-ville à nouveau. Contenus sur le trottoir par les policiers, quatre d'entre eux seront interpellés, en face de la basilique.

 

Hier soir, deux jeunes étaient toujours en garde à vue.

 

Leur presse (L’Union), 8 octobre.


 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

gege 08/10/2010 21:33



S est honteus il et temp que le peuple français bouge mr sarkozi veut enlever le droit d expretion du peuple français batton nous comme les encien l ont fait,a cette epoque de mais 1968. Mr
sarcozi defiler deja du coter des riches et avait afirmer a l epoque (le peuple fraçais me le paira un jour et ce jour et venu) pour des droit que nous avon perdu batton nous pour les sauver l
union fait la force la preuve avec s est photo, il n esite méme plus pour une poigner d étudiant a emploier la force vive les gents qui on voter pour lui