Mouvement du 20 Février au Maroc : La lutte continue

Publié le par la Rédaction

 

Le vent de la révolte continue de souffler. Malgré les morts, malgré la répression ce qui se passe au Maroc est un fait historique. La peur est désormais dans le camp du Makhzen qui tremble. Les manifs ont repris de plus belle les 26 et 27 février dans presque toutes les villes du Maroc, Meknes, El Hoceima, Agadir, Marrakech, Kelaa Srghna, Larache, Khénifra, Safi, Tetouan, Taourirte, Chaouen etc. sous le même mot d’ordre : lutte pour la liberté, la démocratie et la justice sociale et contre la corruption, l’escroquerie et l’abus du pouvoir.

 

 

Rabat, le 26 février :

 

Rabat, le 27 février :

 

 

Safi, le 27 février :

 

Khenifra, le 27 février :

 

La répression du Makhzen était aussi au rendez-vous. À Sefrou, la capitale des cerises au Maroc, un citoyen marocain vient de perdre sa vie suite aux blessures infligées par les chiens du régime le 20 février.

 

Une jeune jeune marocaine Fadwa de Souk Sebt, s’est immolée le 24 février 2011 devant le bureau du Pacha, en guise de protestation contre sa situation précaire.

 

 

Elle a perdu sa vie à l’hôpital et a laissé derrière deux filles. Un vrai gâchis.

 

 

De même, des centaines d’arrestations, de disparitions et beaucoup de blessés ont été enregistrés lors des manifs du 26 et 27 février à Agadir, Mèknes, Larache, Khémisset et Guelmim. Selon des sources fiables 218 citoyens sont en détention depuis le déclenchement du mouvement et le nombre des blessés est alarmant. Quatre citoyens ont déjà écopé de 40 ans de prison ferme.

 

Le camarade Azzdine Elmenjli, secrétaire de la section de Sefrou de la Voie démocratique a été agressé par un commando de policiers en cagoule. Et a lancé un appel aux défenseurs des droits humains dans le monde :


 

Les manifestants accusent le régime d’avoir engagé des milices pour semer le désarroi dans les villes et d’être responsables des actes de vandalisme et de détériorations de biens publics.

 

Aujourd’hui même, le local de l’Association marocaine des droits humains de Rabat a été inverti par des inconnus.

 

 

Le mouvement du 20 Février  appelle aussi massivement à toutes les manifestations de soutien et de solidarité avec les peuples du Maroc, de Tunisie, d’Égypte, du Yémen, du Bahreïn, de Libye, d’Algérie, de Palestine…

 

Lundi 28 février 2011.

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article