Manif anti-Loppsi à Montpellier - 5 février

Publié le par la Rédaction

«On n'est pas des clochards !»

 

Plutôt trois fois qu'une. C'est ainsi qu'hier, pour la troisième fois en quelques semaines, les opposants à la loi Loppsi 2 sont descendus dans les rues de Montpellier à l'appel du collectif «Reste à Quai». Un cortège festif de 250 personnes qui refusent la criminalisation des habitats «alternatifs» et des squats.

 

 

Parmi eux, Dorian, 23 ans qui loge depuis deux ans et demi dans son camion aménagé «par choix, de vie, pour vivre autrement et pour plus de liberté». Présent sur les trois manifestations, Dorian regrette que les gens ne sachent toujours pas en quoi consiste cette «loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure». «À la télé, on n'en parle pas, les gens ne savent pas ce que c'est. Ils ne savent pas que s'ils ont choisi un autre type d'habitat qu'un appart ou une maison, ils peuvent être délogés manu militari en moins de 48 heures par décision préfectorale.» Mais ce qui agace le jeune guide en randonnée, c'est cet amalgame. «Parce que certaines personnes se sont greffées au mouvement et que la manif' a débordé, on nous réduit à des zonards qui manifestent. Non, on n'est pas des clochards !»

 

Pour informer au plus près, le collectif a installé, hier après-midi, son campement sur l'esplanade. Des camions, des tipis et autres habitats «non conformes» qui invitent à la discussion, à partager une boisson chaude ou une soupe. Comme à Toulouse, où ce type d'action dure depuis près de vingt jours.

 

Leur presse (Sandra Canal,
 Midi Libre), 6 février 2011.

 


Commenter cet article