Expulsions et réquisitions de logements à saintÉtienne

Publié le par la Rédaction

Squat - expulsion

La maison du 10 avenue Denfert-Rochereau est un squat, ouvert depuis cet été. Ce lieu réunit un espace d’habitations ainsi que des espaces ouverts aux activités et rencontres : infokiosk, restos, soirées rencontres-projections vidéo, ateliers de couture, cours d’espagnol-castillan… En novembre, sont prévus un resto réunionais végétalien le samedi 7 ainsi que des rencontres autour de l’enfermement et des longues peines (collectif Papillon) les 27 et 28 novembre. Des projections vidéos s’apprêtaient à être programmées ainsi que les jours d’ouverture de l’infokiosk, des aménagements allaient encore se faire … la vie du squat suivait son cours…

Le résultat du procès (c’était le 23 septembre) donne le ton : expulsion immédiate et sans délai. Cette décision intervenant quelques jours avant le début de la trève hivernale, On osait espérer du temps pour souffler et ne pas être expulsé l’hiver. Aucune perspective de relogement n’est en vue. Mais le rendu du procès donne vraiment le ton : expulsable en hiver. Epora est propriétaire.

Epora, ou le clan des exécutant-e-s :
On tourne en rond, et c’est nous qu’on a froid

«C’est pas nous, c’est la justice», «Vous savez, nous on est que des exécutants». Des fois, il est difficile de choisir entre le logement des véhicules et celui des humains ! Pour Epora il n’y a aucun dilemme sur la question ; le choix est fait, ils préfèrent construire un parking, détruire un bâtiment et expulser ses occupant-e-s. Bien sûr le schéma est classique ; la Mairie décide, Epora exécute, achète, détruit et revend, l’huissier expulse et exécute la décision du juge, la police exécute les vœux de l’huissier et du juge, le juge décide d’expulser, il exécute la loi, bien sûr la Mairie exécute le choix du Peuple !! Le Peuple lui subit les décisions et exécutions de la Mairie. C’est beau la démocratie, c’est comme le nazisme : tout le monde exécute et s’exécute.

En dehors de la théorie

Mardi 27 octobre, la maison occupée du 10 avenue Denfert-Rochereau a recu la visite de l’huissier. Ce dernier a signifié le rendu du jugement aux habitant-e-s ; bien sûr il a essayé de rentrer en force dans le lieu en forcant la porte, les occupants n’ont pas jugé utile de porter plainte pour tentative de violation de domicile ou effraction. L’huissier a quand même révélé que le jour même, le directeur d’Epora a déjeuné avec le préfet et qu’ils étaient bien potes. Là aussi, les habitants n’ont pas jugé utile de porter plainte pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise d’expulsion ou constitution de bande organisée. C’est pas grave.

Quelques habitant-e-s ont tenté une discussion avec les exécutant-e-s d’Epora. Réponse : «Vous savez, on est pas des sauvages, et c’est pour ça que ça serait bien que vous soyez partis avant la fin de semaine», dans deux jours quoi. Super !

Que faire ?

Empêcher l’expulsion, être nombreu-x-ses, ne pas se laisser faire, faire du bruit…

Vous pouvez faire un tour à la maison occupée du 10 avenue Denfert-Rochereau, pour discuter, filer un coup de main, une idée, la bonne humeur (ou pas d’ailleurs).

Pour contacter Epora (Établissement public foncier Ouest Rhône-Alpes) : 108 rue de l’Avenir, 42354 La Talaudière. 04 77 47 47 50 - Directeur général : M. Musika Stéphan / Assistance de direction : Agnès Baratier, 04 77 47 47 52 - Responsable service foncier : Francois Stouff, 04 77 47 47 86 - Chargée de mission principale : Michèle Hortala, 04 77 47 47 60.
Service Urbanisme de la Mairie : Direction aménagement urbain, 04 77 48 65 56, urbanisme@saint-etienne.fr - Opérations d’aménagement, 04 77 48 65 61.

D’autre part, un squat a ouvert récemment à saintÉtienne. Métropole Habitat, propriétaire, a déjà ordonné la coupure d’électricité. Celle-ci a eu lieu aujourd’hui jeudi 29 octobre.

Mercredi 28 octobre en fin d’après midi le collectif d’associations «Pour que personne ne dorme à la rue» a réquisitionné le bâtiment «l’Ensoleillé», vide depuis au moins quatre ans pour y mettre à l’abri des familles demandeurs d’asile qui dorment à la rue.

Cet immeuble en bon état, ancienne maison de retraite, comprend environ 80 appartements (essentiellement des T1 et T2 et aussi quelques T3 et T4). Hier soir une première famille a été mise à l’abri et la solidarité a commencé à s’organiser. D’autres familles demandeurs d’asile vont les rejoindre aujourd’hui. Chacune et chacun peut venir apporter son soutien par sa présence. Il y a également besoin de mobilier (chaises, tables, sommiers, lits, petits meubles), de matelas, de couvertures, draps, d’ustensiles de cuisine, de moyens de chauffage électrique.

Rassemblement de soutien
Vendredi 30 octobre 17 heures, place de l’hôtel de Ville de saintÉtienne.
Venez nombreu-ses ! ! ! ! !

Commenter cet article