Bordels, sport et défoulement masculin

Publié le par la Rédaction

2010 est une année importante pour l’industrie mondialisée de la prostitution. C’est l’année des Jeux olympiques d’hiver à Vancouver et de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud. Dans les deux cas, les autorités envisagent la légalisation de la prostitution afin de ne pas criminaliser les amateurs de sport et les athlètes attendus en grand nombre, qui auront dès lors accès en toute impunité au corps et au sexe des femmes.

Afrique du Sud

En Afrique du Sud, la prostitution pourrait être libéralisée le temps de la Coupe du monde de football pour permettre aux nombreux supporteurs de vivre pleinement la fête du soccer sans tomber sous le coup de la loi. Selon le chef de la police nationale, Jackie Selebi, cette libéralisation permettrait d’éviter les arrestations massives de supporteurs contrevenants. L’Afrique du Sud attend plus d’un million de touristes pendant la Coupe du monde 2010. Pour le chef de la police, lors du Mondial de 2006, «en Allemagne, ils l’ont contrôlée [la prostitution]. Ils ont constaté l’existence de ce phénomène, qu’on soit d’accord ou non.»

En Allemagne, à l’occasion de la Coupe du monde de 2006, des associations et des politiciens ont lancé une campagne sur la prostitution «forcée» liée à la traite («Ab pfiff» ou «Coup de sifflet final»). Joseph Blatter, le président de la FIFA, a exhorté les partisans à ne recourir qu’«aux services des volontaires».

Il faut tirer le bilan de ces diverses actions. Pour sa part, le gouvernement allemand a minoré l’impact de la Coupe du monde sur la traite des personnes, tandis que la police de Munich, pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, a constaté une augmentation de 63% des femmes prostituées dans les bordels «licenciés». D’où venaient donc ces femmes ? Le gouvernement allemand estime à 400.000 le nombre de femmes prostituées sur son territoire ; de 75 à 85% d’entre elles sont originaires d’autres pays. L’Allemagne est un pays où il est relativement difficile d’immigrer sauf, vraisemblablement, dans l’industrie de la prostitution.

L’Afrique du Sud est déjà reconnue comme un centre régional de la traite à des fins de prostitution. De nombreuses jeunes femmes et fillettes qui y sont prostituées sont originaires de pays de la région : Mozambique, Angola, Zimbabwe, Lesotho, Swaziland, Zambie… La légalisation de la prostitution pendant la durée de l’événement (comme la Hongrie l’avait fait pendant la course de la Formule 1 en 2001) donnera une impulsion à cette industrie et créera une demande accrue, d’où une possible expansion de la traite.

Vancouver

Le maire de Vancouver et des groupes favorables à la décriminalisation de la prostitution, notamment du proxénétisme, font la promotion du projet de création d’un bordel légal dirigé par des femmes prostituées, pour les Jeux olympiques de Vancouver en 2010. Ils espèrent convaincre Ottawa de déroger à ses lois pour permettre, sur une base «expérimentale», la création d’un bordel «coopératif». Selon Susan Davis, une porte-parole du projet, des dizaines de milliers d’hommes viendront à Vancouver à l’occasion des Jeux olympiques et rechercheront à se payer des relations sexuelles. Il faut donc que les «services sexuels» soient facilement disponibles.

L’argument invoqué pour légaliser la prostitution en bordel à Vancouver est que cela assurerait une meilleure sécurité aux femmes prostituées. Avec l’affaire Robert Pickton, assassin de six prostituées et présumé assassin de 20 autres, on associe la dangerosité de la prostitution avec la prostitution qui se pratique dans les rues, d’où la volonté affichée de légaliser la prostitution en bordel. Or, au Québec, au moins cinq des 14 femmes prostituées tuées au cours des 10 dernières années ne travaillaient pas sur le trottoir. Elles étaient des prostituées incall et outcall, c’est-à-dire qu’elles recevaient des clients dans un lieu «privé» ou se déplaçaient pour les rencontrer à leur domicile ou dans une chambre d’hôtel.

S’il est vrai qu’un nombre important de personnes prostituées au Canada ont été victimes de tueurs en série, c’est également le cas dans d’autres pays (Allemagne, France, Royaume-Uni, États-Unis). Les tueurs en série s’attaquent généralement à des personnes marginalisées (personnes prostituées, jeunes hommes gais) ou en situation de faiblesse ou de dépendance (enfants et adolescents). Ils sévissent aussi bien dans des pays ayant légalisé la prostitution que dans les pays la prohibant, ou encore dans des pays ayant adopté un régime juridique abolitionniste. Il n’y a pas de corrélation significative entre le fait de légaliser la prostitution et le déclin ou l’augmentation des meurtres en série de personnes prostituées.

L’argument de la plus grande sécurité offerte par les bordels fait l’impasse sur les causes fondamentales de la violence de la prostitution et dans la prostitution, à savoir, comme le notait Georg Simmel, les rapports sociaux de pouvoir que confère le fait de payer «ce qui accorde à l’homme une formidable prépondérance» dans la prostitution. Et qui dit pouvoir dit également abus de pouvoir et violence.

Dénonciations

La majorité des personnes prostituées disparues et assassinées du quartier Downtown Eastside à Vancouver sont d’origine autochtone et métisse. Le projet de légalisation des bordels est dénoncé par les premières concernées : l’Aboriginal Women’s Action Network (AWAN) de Colombie-Britannique. L’AWAN souligne que «le fait de légaliser la prostitution à Vancouver ne [la] rendra pas plus sécuritaire pour les personnes qui sont prostituées ; cela ne fera qu’accroître le nombre de ces personnes».

Une autre organisation, l’Ex-Prostitutes Against Legislated Sexual Servitude (X-PALSS), s’oppose à ce projet ainsi qu’à «toute mesure qui mettrait plus de pouvoir entre les mains des hommes qui nous ont violentées en leur disant qu’ils ont légalement le droit d’agir à leur guise». Ces anciennes personnes prostituées mettent en évidence le fait que, «une fois la prostitution décriminalisée, les proxénètes et les clients seront totalement en sécurité», ce qui n’est pas le cas des femmes en situation de prostitution. «Qui faut-il protéger ?», demandent-elles. C’est là le nœud du problème.

Les grands événements sportifs — Jeux olympiques, Coupe du monde de football, courses automobiles de Formule 1 — donnent une impulsion aux industries de la prostitution et du tourisme sexuel au profit des hommes et de leur pouvoir d’achat. Comme si, au moment des festivités sportives, il fallait, semble-t-il, permettre aux hommes de se défouler et, pour cela, leur faciliter l’accès au sexe et au corps des jeunes femmes.

Richard POULIN, professeur de sociologie à l’Université d’Ottawa
et auteur d’Enfances dévastées, L’enfer de la prostitution (L’Interligne, 2007)
Le Devoir, 24 décembre 2007

Commenter cet article