Concert de soutien à la B.A.S.E. Samedi 12 mars à Bordeaux

Publié le par la Rédaction

«On vient d’apprendre que la juge nous accorde quatre mois avant expulsion… Une plutôt bonne journée.» — Courriel du 9 mars 2011.

 

 

Contre la B.A.S.E., la répression s'organise

 

Après 9 mois d'occupation, d'activités, de rencontres, d'ateliers, de discussions et d'apprentissages, un huissier est passé…

 

Nous avions rendez-vous le 4 février au tribunal, pour qu'on s'explique, qu'on se justifie d'être des squatteur.euses, d'occuper «sans droit ni titre» un immeuble.

 

On se fait taper sur les doigts pour ne pas avoir demandé d'autorisation avant d'investir ce lieu pour y installer nos vies, pour les partager avec le plus de monde possible en donnant de la matière à nos envies. Un lieu pour ne plus simplement crier nos revendications, mais les mettre en pratique, coup de sifflet, y'a faute !

 

Tant pis pour nous, les règles de la partie en cours sont pourtant claires : rêve, espère, ne revendique pas trop et seulement quand on te le permet, vote pour la saveur de l'année et consomme le spectacle politicien, mais surtout : CAUSE TOUJOURS…

 

Non pas que ça nous déplaise, causer on aime ça, causer de tout et de rien, déconner du primordial ou aborder l'inutile avec sérieux. D'ailleurs si on squatte c'est parce qu'on a beaucoup causé avant… de la propriété privée, de l'argent, de la spéculation, de la notion de justice et de celle de vol…

 

Et en vivant à la B.A.S.E. les causeries sont devenues encore plus fréquentes, plus vives, plus diverses. On parle, on partage nos réflexions, nos intelligences, on s'affranchit des règles imposées pour toujours mieux discuter. Enfin on pense aux règles, on réinvente le jeu, le but c'est de kiffer le maximum, de s'amuser tout au long de la partie et de l'emporter ensemble en essayant de ne jamais faire de perdant.e.s.

 

On cause partout, avec tout le monde, et oui, on causera toujours, mais sans jamais s'en contenter, parce que causer nous donne beaucoup trop d'idées pour ne pas expérimenter les meilleures.

 

Et quelle bonne idée, que d'autres ont eu avant nous et continuerons à avoir après.

 

Ça vaut le coup.

 

Et on continue d'en profiter le samedi 12 mars à partir de 19h.


 

La B.A.S.E. fête son expulsion en musique

 

Trois groupes se partagent déjà l'affiche :

FACE UP TO IT !
(reclaim the hardcore)
THE WALKING DEAD CATS
(du lourd dans le garage)
WARNING//WARNING
(very bruit, très noise)
+ peut-être des guests…

 

Ramenez vos bouchons d'oreille et parlez-en autour de vous.

 

La B.A.S.E. - Bordeaux, 4 mars.

 


Commenter cet article