Violences au G8 de Gênes : 13 condamnations, 16 acquittements pour les policiers

Publié le par la Rédaction


Le tribunal de Gênes a condamné jeudi 13 policiers italiens à un total de 35 ans et sept mois de prison pour des violences contre les altermondialistes lors du sommet de 2001 du G8 à Gênes (nord de l’Italie).

Seize autres policiers, et notamment les trois principaux responsables du maintien de l’ordre lors de ce sommet, ont été acquittés, selon la sentence lue en direct à la télévision par le greffe du Tribunal.

Des cris de «honte, honte» ont émané du public à l’annonce de l’acquittement des responsables de la Police.

Le parquet avait requis des peines de prison d’un total de 109 ans et 9 mois contre les prévenus.

Les vingt-neuf policiers et officiers de police comparaissaient depuis 2005 dans le procès de «l’école Diaz» qui servait de dortoir à des manifestants altermondialistes durant le sommet du G8, en juillet 2001.

Ils étaient accusés de «coups et blessures» et «perquisitions arbitraires» lors de leur opération nocturne d’évacuation de l’école alors qu’ailleurs à Gênes d’autres violents affrontements ayant opposé forces de l’ordre et manifestants s’étaient soldés par la mort d’un jeune contestataire, Carlo Giuliani, 23 ans, tué par un carabinier.

Ils étaient également accusés d’avoir trafiqué les preuves contre les jeunes en déposant eux-mêmes sur les lieux deux cocktails Molotov pour pouvoir accuser les manifestants d’avoir cherché l’affrontement.

AFP, 14 novembre 2008.

Publié dans La police travaille

Commenter cet article