Vive le peuple ! À mort les contre-révolutionnaires !

Publié le par la Rédaction

Parce que tu as commis l’erreur…

 

Ton erreur, c’est mettre le feu à une banque fermée à clé sans soupçonner qu’aux étages supérieurs avec leurs fenêtres tout aussi fermées, il y avait des gens qui travaillaient ;

 

Ton erreur, c’est que ceux qui se trouvaient dans le bâtiment, bien qu’ils aient eu tout le temps de descendre et de sortir, alors que le feu ne produisait même pas de fumée et se cantonnait pendant une demi-heure à un petit coin, se soient contentés de regarder par les fenêtres pour voir ce qui se passait avec le feu, ce qui ne semblait nullement les inquiéter ;

 

Ton erreur, c’est que la porte ait été fermée à clé et que les vitres ne soient pas cassées, de sorte que la fumée soit restée enfermée dans le bâtiment, créant une atmosphère asphyxiante ;

 

Ton erreur, c’est de ne considérer possible que, le jour d’une manif de tous les travailleurs, il puisse y avoir des gens qui travaillent en cachette, forcés par leur employeur, et que tu as eu l’idée de détruire une banque ;

 

Ton erreur, c’est de n’appartenir à aucun parti ni aucun bloc ou groupement politique «acceptable» ;

 

Ton erreur, c’est de ne pas penser que les milliers des «pacifistes» qui n’ont jamais manié le feu, mais qui applaudissent quand des banques brûlent, te tourneraient le dos et, les choses ayant mal tourné, te jugeraient et condamneraient ;

 

Ton erreur, c’est de penser que, puisque dans les rangs des gens révoltés et en lutte il y avait toutes sortes de parias de notre société, tu te trouvais dans une ambiance amicale ;

 

Ton erreur, c’est que les gens qui ont vu le feu «criminel» n’ont cessé de le longer et de prendre des photos sans rien faire d’autre pendant une demi-heure, considérant qu’un feu «criminel» peut fort bien s’éteindre tout seul ;

 

Ton erreur, c’est que, pour ton plus grand malheur, ce soit les CRS qui arrivent et non pas du personnel médical ;

 

Ton erreur, c’est que le milieu anarchiste a acquis une mauvaise réputation, et qu’ainsi nous sommes en train de te rechercher, mort ou vif, pour te livrer à la Justice, de sorte que notre société égoïste, hiérarchique, fasciste, raciste et sexiste puisse de nouveau nous presser contre son cœur ;

 

Ton erreur, c’est que quelques gens ne vivent que pour dénoncer les «casseurs» ;

 

Ton erreur, c’est que certains considèrent la balle de Corconeas [Le flic qui tua Alexandros Grigoropoulos, âgé de 15 ans, le 6 décembre 2008], qui frappe et tue en quelques secondes, comme étant exactement la même chose qu’un feu mis à une banque apparemment fermée et évoluant pendant une demi-heure, un laps de temps pendant lequel ceux qui se trouvaient dans le bâtiment pouvaient sortir mais ne l’ont pas fait et ceux qui se trouvaient dehors se marraient avec un feu aussi ridicule ;

 

Ton erreur, c’est que les camarades soient avides de publicité, de formules creuses et d’écrasement de l’ennemi intérieur ;

 

Ton erreur, c’est que nous ne pouvons pas admettre que si la faute doit être imputée, c’est à nous tous qui adorons voir des banques brulées ;

 

Ton erreur, c’est qu’à ce moment-là, tu as eu la plus grande malchance de toute ta vie, ce que tous savent, et nul ne dit ;

 

Ton erreur, c’est que ton acte soit un crime et une violence aveugle, bien que juste un peu avant c’eût été de la politique ;

 

Ton erreur, c’est qu’incendier une banque ce soit de la violence aveugle, tandis qu’incendier «ce bordel de Parlement», y compris les 300 députés et ceux qui y travaillent, ce soit de la politique ;

 

Parce que toi et tes semblables vous avez essayé pendant les 30 dernières années de tuer des innocents mais vous n’y êtes pas arrivés ;

 

Parce que tu as commis cette erreur, ils ne vont pas cesser de t’analyser dans des déclarations exécrables, hypocrites, politiciennes ;

 

Parce que tu as commis cette erreur, tous se sont déchaînés pour te trouver et te lyncher, afin de satisfaire leurs instincts les plus sauvages et sadiques ;

 

Parce que tu as commis cette erreur, ils sont en train de préparer pour toi une guillotine place Syntagma, pour pouvoir hurler à l’unisson : VIVE LE PEUPLE ! À MORT LES CONTRE-RÉVOLUTIONNAIRES !…

 

Parce que tu as commis cette erreur, s’ils ne te trouvent pas, il leur suffira de savoir que tu t’es donné la mort…

 

CHANGE DE PLANÈTE SI TU PEUX !

 

Traduit du grec (Indymedia Athènes)
Des nouvelles du front, 20 mai 2010.

 


Publié dans Grèce générale

Commenter cet article

gyhelle 27/05/2010 10:11


C'est hallucinant ce truc, ils ont fait bruler vifs 3 personnes et au lieu de se remettre en cause ils accusent les autres. Alors le patron qui a enfermé son personnel est coupable, mais les
connards qui ont foutu le feu à un batiment avec des personnes à l'intérieur sont 100% coupables aussi.