Universités bloquées - 2 novembre

Publié le par la Rédaction

 

Liste non exhaustive… Envoyez-nous vos infos !

 

 

Brest (29) : Les étudiants appellent à bloquer la Scarmor jeudi matin

 

Réunis en assemblée générale à la faculté Victor-Segalen, à la mi-journée, une cinquantaine d'étudiants brestois opposés à la réforme des retraites ont décidé de tenter de bloquer la Scarmor, la centrale d’achat de Leclerc, au Relecq-Kerhuon, après-demain, jeudi, dès 6 heures du matin.

 

Cette action s’inscrit dans une journée d’action de blocage des marchandises à l’échelle départementale, organisée par les syndicats FO, Sud, SLB et le collectif des chômeurs et précaires «en marche contre l'injustice sociale». Des supermarchés pourraient également être perturbés. Les étudiants ont, par ailleurs, décidé de mettre en place de barrages filtrants demain matin à l’entrée de l’UFR Lettres et Sciences Humaines Victor Segalen, à Brest. 

 

Leur presse (Le Télégramme), 2 novembre 2010.

 

 

Blocage et occupation de l'Université de Saint-Étienne

 

Le blocage et l'occupation du principal site de l'Université Jean-Monnet dans le centre de Saint-Étienne a été décidé mardi après-midi en assemblée générale, a-t-on appris de sources syndicales et auprès de la présidence de l'Université stéphanoise.

 

Trois cents étudiants sur les 7.000 rattachés au site Tréfilerie ont participé à cette assemblée générale où était représentée l'Union des Étudiants Communistes et l'Union nationale des étudiants de France (Unef) pour s'opposer à la réforme des retraites, précise-t-on de mêmes sources.

 

«Nous allons occuper le site jour et nuit pour empêcher la fermeture administrative que va décréter la direction de l'Université», a déclaré Dimitri Paraskevaïdis, représentant de l'UEC. «Une nouvelle assemblée générale est prévue mardi 9 novembre», a-t-il ajouté.

 

Un conseil d'administration de l'Université Jean-Monnet, réuni mardi soir par le président de l'établissement Khaled Bouabdallah, se tenait pour décider une éventuelle fermeture administrative, alors que l'occupation du site par plusieurs dizaines d'étudiants a débuté.

 

Leur presse (AP), 2 novembre.

 

 

Lyon : Occupation illimitée de Bron

 

Conformément à la loi socio-bio­lo­gi­que des «dix-huit mois» et à la déci­sion prise par le peuple sou­ve­rain de la glo­rieuse Commune de Bron, réuni en Assemblée Générale ce 2 novem­bre 2010, l’occu­pa­tion du campus de Bron est active depuis 14 heures ce jour, et ce jusqu’à nouvel ordre (nouvel ordre qui sera pris lors de la pro­chaine assem­blée géné­rale mer­credi 3 novembre à 14 heures, Amphi D).

 

Vous êtes donc cor­dia­le­ment invité-e-s à nous rejoin­dre au sein de l’amphi­théâ­tre D(uriti) situé dans le Bâtiment K de Bron (cabine télé­pho­ni­que du bâti­ment : 04.78.75.92.65).

 

Et pour com­mencer ce soir repas col­lec­tif : pré­pa­ra­tion à partir de 18 heures.

 

Rebellyon, 2 novembre.

 


Nantes : Une rentrée… en grève à la fac

 

Ce matin mardi 2 novembre, jour de la rentrée étudiante, s’est tenue à 10 heures une Assemblée générale étudiante sur la faculté Lettres et Sciences humaines. L’amphi était presque plein, donc pas loin de 700 personnes qui ont débattu environ 3 heures.

 

L'ordre du jour était le suivant : 1) Infos, 2) Commissions, 3) Perspectives.

 

L'assemblée générale s'est prononcée pour (désolée je ne me souviens pas de tout) :

— Que la priorité soit donnée à la participation aux assemblées générales interprofessionnelles plutôt qu'à la coordination nationale étudiante. 
— Que les journalistes assistant aux AG se présentent en début d'AG. 
— Qu'une diff' de tracts massive soit organisée devant les lycées et que le 4 novembre nous partions en cortège de la fac à la manif en passant débrayer les lycées. 
— LE BLOCUS DE LA FAC LSH JUSQU'AU LUNDI 8 NOVEMBRE.

 

Le mouvement est donc reparti en fac Lettres et Sciences humaines !

 

Une Assemblée est prévue jeudi à 10 heures (horaire à confirmer) sur la faculté des Sciences. L’information a également été bien relayée sur les initiatives de l’interpro et notamment l’Ag de jeudi.

 

Université populaire de Nantes, 2 novembre.

 

 

Le blocus de la faculté de Lettres de Nantes reconduit jusqu’à lundi

 

Une assemblée générale a voté, ce mardi, le blocus de la faculté de Lettres et de Sciences Humaines de l’Université de Nantes, jusqu’à lundi prochain, dans le cadre de la protestation contre la réforme des retraites, a-t-on appris auprès du Syndicat des étudiants nantais (SEN).

 

La faculté de Lettres et de Sciences humaines avait démarré un blocus, voté en AG le 20 octobre, par la suite interrompu par les congés de la Toussaint entre le 25 et le 31 octobre. L’assemblée générale de ce mardi a rempli un amphithéâtre de 800 personnes à la faculté de droit, ce qui en fait l’AG la plus nombreuse depuis le début du mouvement sur les retraites. Une nouvelle assemblée générale est prévue lundi.

 

Leur presse (Ouest-France), 2 novembre.

 

 

La fac de Grenoble bloquée

 

Ce matin 2 novembre 2010, suite au blocage total de plusieurs bâtiments de la fac de Grenoble (sciences humaines et sciences sociales), et au débrayage d'autres batiments, une assemblée générale a rassemblé quelques 500 personnes. De nombreuses personnes ont insisté sur la necessité de redonner un second souffle au mouvement d'opposition à la casse des retraites, et de soutenir les travailleurs en lutte, en organisant partout des mouvements dans les facs et les lycées.

 

L'assemblée générale a voté la grève et le blocage des bâtiments déjà bloqués, ainsi que l'extension du blocage aux autres bâtiments, jusqu'à demain 12h30. Une nouvelle AG se tiendra à ce moment et décidera des suites du mouvement.

 

Ce n'est qu'un début.
En grève, jusqu'à la retraite !

 

Indymedia Nantes, 2 novembre.

 

 

Le Mans : Les étudiants ont voté pour la poursuite du blocage de l’université

 

Réunis hier en assemblée générale, 250 étudiants de l’université du Maine ont décidé de la poursuite de la grève contre la réforme des retraites. Première action : le blocage des locaux dès 6 heures ce mercredi. Seuls les étudiants passant le Capes en novembre pourront aller en cours. Les personnels seront aussi autorisés à entrer dans les locaux. Une nouvelle assemblée générale se tiendra à 10 heures, mercredi, pour décider des actions du jeudi, jour où les lycéens rentrent de vacances et sont appelés à manifester l’après-midi.

 

Leur presse (Ouest-France), 2 novembre 2010.

 

 

Mouvement contre la réforme des retraites : Nouveau blocage de l'université de Pau

 

Le blocage a été voté par 130 voix «pour», 113 «contre» et 8 abstentions ce mardi en assemblée générale. Le campus de Pau compte un peu plus de 8.000 étudiants.

 

Une assemblée générale d'étudiants de l'université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA) a décidé mardi de reprendre le blocage du campus de Pau pour protester contre la réforme des retraites, a-t-on appris auprès d'un porte-parole étudiant.

 

Le blocage de ce campus doit être effectif jusqu'à la prochaine AG prévue jeudi à 14H, a-t-il précisé. Voté initialement le 18 octobre dernier, le blocage avait été levé le 26 octobre à la faveur des congés universitaires.

 

Lors de l'AG de mardi, en présence d'un nombre réduit d'étudiants, le blocage a été voté par 130 voix «pour», 113 «contre» et 8 abstentions, a encore indiqué un porte-parole de Sud-Étudiants.

 

«La loi est passée au parlement, mais cela n'empêche pas de lutter contre ce texte», a-t-il ajouté.

 

Le campus de Pau, qui est le plus grand des quatre campus de l'UPPA, compte un peu plus de 8.000 étudiants.

 

Leur presse (Sud-Ouest), 2 novembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article