Une opération péage libre dans l'Ain - 23 octobre

Publié le par la Rédaction

Opération «péage libre» à la Vavrette

Avec les départs en vacances de ce week-end, la pression est momentanément retombée autour de la réforme des retraites. Aucune manifestation de lycéens n'a ainsi été enregistrée hier dans le département et les «hostilités» ont été au moins provisoirement suspendues sur le site de stockage de gaz d'Étrez. En revanche, et parce que la journée d'hier marquait précisément le début des vacances de Toussaint, c'est au péage de la Vavrette à Tossiat, sur l'A40, qu'une quarantaine de manifestants (soixante selon l'intersyndicale), s'est invitée peu après midi. Pour une opération «péage libre» au sortir de l'autoroute qui, si elle a surpris les automobilistes, leur a permis de faire l'économie du péage ou de soutenir les grévistes qui invitaient les usagers de l'A40 à abandonner quelques euros dans la caisse du «collectif départemental pour la grève générale». Une action qui avait reçu le soutien de la CGT, des cheminots, de la CNT (Confédération nationale du travail) et de Solidaires (Sud rail, Sud éducation, Sud commerces et services, Solidaires douanes). Et celle de quelques salariés du privé.

 

 

Les automobilistes ont réservé un bon accueil aux manifestants, «à part quelques conducteurs de grosses cylindrées qui ont spontanément refusé le tract qu'on proposait», commentait un manifestant. Un tract dénonçant la contre réforme des retraites et appelant à la mobilisation générale pour exiger son retrait total. Les gendarmes, présents sur les lieux, ne sont pas intervenus, mais un huissier est venu constater l'ouverture des barrières de péage. L'opération a pris fin à 13 heures, sur la promesse d'autres actions pour la semaine prochaine.

 

Aux pompes à essence, pour finir, la situation était loin de s'améliorer, hier, dans le département. Où l'on comptabilisait 60 stations fermées et soixante en rupture de gazole et/ou d'essence, pour 20 stations fonctionnant normalement, en début d'après-midi. Et c'est dans le Val-de-Saône et la Bresse, qu'on recense les plus grosses difficultés de ravitaillement. 

 

Leur presse (Le Progrès), 24 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article