Un superbe parcours

Publié le par la Rédaction

Christian Lambert, nommé préfet de Seine Saint-Denis, en avril dernier, par Nicolas Sarkozy, qui avait tenu à venir l’installer lui même, bénéficie d’un honorable pédigrée. Celui qui a été chargé de mettre au pas une banlieue jugée rebelle est, selon la formule consacrée, sorti du rang. Simple gardien de la paix, lors de son entrée dans la carrière, il a pu bénéficier de l’ascenseur sécuritaire. Jugez plutôt.

 

 

En 1979, c’est lui qui conduit le fourgon où planquent les policiers qui vont abattre Mesrine, sans la moindre sommation. Au cours des années 1980, il grimpe peu à peu dans la hiérarchie policière et participe à la traque des membres du groupe Action Directe. Devenu commissaire, en poste à la brigade antiterroriste, il sera chargé de créer la brigade d’enquête et de coordination, qui donnera naissance à la BRI (Brigade de recherche et d’intervention), qui s’illustrera dans la cité du Val-Fourré, à Mantes-la-Jolie, en 1981.

 

C’est en 1993 que Christian Lambert rencontre Nicolas Sarkozy, alors maire de Neuilly-sur-Seine (92), à l’occasion de la prise d’otages sur des enfants d’une école maternelle par Éric Schmidt, plus connu sous le titre de Human Bomb, lequel sera tué alors qu’il était endormi par des somnifères que la police avait mis dans son repas. En 2002, il prend la direction du RAID. C’est lui qui procédera à l’arrestation d’Yvan Colonna, en 2003. En 2005, il sera nommé à la direction centrale des CRS pour «gérer» la révolte née de la mort de deux adolescents dans un transformateur, à Clichy-sous-Bois. Préfet de la Seine Saint-Denis depuis le 20 avril 2010, Christian Lambert s’est rapidement appliqué à expulser les campements de Rom. C’est également sous sa haute direction que les forces de l’ordre devaient agresser les sans logis, qui campaient à belle étoile devant la cité Balzac, à La Courneuve, le 21 juillet. Belle carrière pour un ancien gardien de la paix.

 

(D’après Tout est à nous ! du 29 juillet 2010.) 
Que fait la police ? no 42, août-septembre 2010,
Bulletin d’information anti-autoritaire.

 


Commenter cet article