Travailleurs sans papiers : faut-il fermer l'entreprise Bouygues ?

Publié le par la Rédaction

Les travailleurs sans-papiers évacués de la Défense

Plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers occupant le chantier de la tour First à la Défense, dirigé par Bouygues construction, ont été évacués lundi soir.

Les travailleurs sans-papiers qui ont investi lundi après-midi le chantier Bouygues de rénovation de la tour First (ex-tour AXA) à La Défense ont été évacués dans le calme par les forces de l'ordre dans la soirée, a-t-on appris de la CGT et de la préfecture des Hauts-des-Seine.

Environ 300 travailleurs sans papiers avaient déjà occupé le 2 novembre les préfabriqués situés sur ce chantier, avant d'être évacués quelques heures plus tard par les forces de l'ordre.


"Dans les autres sites, les évacuations se font après des décisions des tribunaux. Ici, l'originalité c'est que la demande de Bouygues est immédiatement satisfaite par la préfecture", a souligné un responsable de l'union locale de la CGT à La Défense, Francis Bottalico.

"Le préfet a autorisé le concours de la force publique, à la demande de l'entreprise, car les manifestants ne font pas partie de ses salariés", a répondu la préfecture des Hauts-de-Seine, contactée par l'AFP.


Sur place, plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers s'étaient installés aux abords du chantier et dans des préfabriqués, dans le cadre du mouvement lancé le 12 octobre par la CGT dans toute l'Ile-de-France pour obtenir une régularisation massive de salariés.

Certains ont affirmé à un journaliste de l'AFP, badges à l'appui, qu'ils travaillaient sur le chantier, l'un des plus emblématiques du plan de renouveau de La Défense. Lorsqu'elle sera rénovée, la tour First s'élèvera à 220 mètres de hauteur, soit plus de 80.000 mètres de surfaces de bureaux.


Selon un porte-parole de Bouygues Bâtiment Ile-de-France, l'entreprise "est consciente du fait qu'elle peut être abusée par des travailleurs en situation irrégulière, se faisant embaucher au moyen de faux papiers ou de papiers ne leur appartenant pas".

La société souligne qu'elle "attribue à l'ensemble des personnels de ses chantiers (collaborateurs, sous-traitants et intérimaires) un badge leur permettant d'accéder au chantier" mais que "ce badge n'est en aucun cas une marque d'appartenance à Bouygues Bâtiment Ile-de-France".

Le ministre du Travail, Xavier Darcos, a annoncé que les préfets pourront prononcer la  "fermeture administrative" des entreprises employant des travailleurs sans papiers.

Leur presse (Libération), 24 novembre 2009.

Commenter cet article