Toulouse : Occupation permanente de la fac du Mirail

Publié le par la Rédaction

Jeudi la fac du Mirail a été bloquée.

 

Ceux qui voulaient occuper l'ont fait le soir même.

 

À partir de lundi 8 novembre : occupation permanente.


Rendez-vous à 20 heures autour d'un feu.

Une soupe est prévue.

(Pensez aux duvets et tapis de sol.)

 

Samedi 6 novembre 2010.

 

 

 

 

Premier jour de blocage universitaire

 

Les premiers piquets de grève ont fait leur apparition vendredi à la faculté du Mirail.

 

C'était l'objet de l'assemblée générale de la veille : faut-il, oui ou non, bloquer l'université ?

 

Durant près de trois heures, les étudiants s'étaient relayés à la tribune, défendant ou vilipendant les blocages. À l'issue des prises de paroles contradictoires, c'était finalement le «oui» à la grève qui l'avait emporté.

 

Après une petite manifestation dans les rues de Toulouse, au cours de laquelle les étudiants de la faculté du Mirail avaient notamment appelé les universités du centre-ville à les rejoindre, les grévistes avaient commencé à organiser les blocages, dès jeudi soir.

 

Vendredi matin, les étudiants non grévistes ont donc été confrontés aux premiers piquets de grève. Dans la nuit, la direction de l'université avait quant à elle opté pour une fermeture administrative, estimant que la faculté ne pouvait fonctionner dans ces conditions.

 

Le blocage devrait durer au moins jusqu'à mardi, date à laquelle les étudiants ont prévu une nouvelle assemblée générale qui devrait décider de la suite de ce mouvement. Rappelons que les étudiants de la faculté du Mirail sont entrés tardivement en lutte contre la réforme des retraites mais qu'ils sont désormais bien décidés à faire entendre leurs voix, voire à relayer une contestation faiblissante.

 

Leur presse (France 3 Sud), 6 novembre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article