Toast à Ivan Chtcheglov

Publié le par la Rédaction


«Mais puis-je oublier celui que je vois partout dans le plus grand moment de nos aventures ; celui qui, en ces jours incertains, ouvrit une route nouvelle et y avança si vite, choisissant ceux qui viendraient ; car personne d’autre ne le valait, cette année-là ?
On eût dit qu’en regardant seulement la ville et la vie, il les changeait. Il découvrit en un an des sujets de revendications pour un siècle ; les profondeurs et les mystères de l’espace urbain furent sa conquête.
Les pouvoirs actuels, avec leur pauvre information falsifiée, qui les égare eux-mêmes presque autant qu’elle étourdit leurs administrés, n’ont pas pu encore mesurer ce que leur a coûté le passage rapide de cet homme. Mais qu’importe ? Les naufrageurs n’écrivent leur nom que sur l’eau.»
Guy Debord, In girum imus nocte et consumimur igni.


Publié dans Debordiana

Commenter cet article