Sursis, contrôles judiciaires et "mesures de liberté surveillée préjudicielle" à Melun

Publié le par la Rédaction

Incidents de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) :

Du sursis pour un jeune manifestant

 

Un jeune majeur a été condamné mardi à deux mois de prison avec sursis et 13 mineurs ont été mis en examen par un juge des enfants à Melun, en marge de violences lors d'une manifestation lycéenne lundi à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne). Lundi, devant le lycée professionnel Jacques-Prévert, des policiers avaient été la cible de deux ou trois cocktails Molotov, sans être blessés.

 

 

Les 14 jeunes incriminés avaient pris part à un rassemblement de 60 lycéens devant l'établissement.

 

Deux jeunes âgés de 15 et 17 ans, qui avaient exhibé devant ce même établissement, vers 9h30 lundi, une «réplique factice de fusil à pompe en direction des forces de l'ordre», selon la police, ont été mis en examen mardi par un juge des enfants pour «violences en réunion sur agents de la force publique» et «délit d'attroupement armé». Ils font l'objet d'une «mesure de liberté surveillée préjudicielle», selon une source judiciaire.

 

Les autres mineurs, âgés de 15 à 16 ans, ont été mis en examen pour les mêmes chefs d'accusation. Deux ont été placés sous contrôle judiciaire et les autres ont pour la plupart fait l'objet d'une «mesure de liberté surveillée préjudicielle».

 

Le jeune majeur a, lui, été condamné en comparution immédiate à «deux mois de prison avec sursis» et à une «obligation de travaux d'intérêt généraux de 100 heures», après avoir «incendié des poubelles» et en avoir «renversé sur les policiers».

 

Leur presse (Le Parisien), 20 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article