Suicide à l'EPM : État assassin, mairie complice

Publié le par la Rédaction


On ne se suicide pas en prison, c’est l’État qui tue.

Dans la nuit de dimanche à lundi, des tags sont venus orner les murs de lhôtel de ville dOrvault et les abords de lEPM : de splendides «Suicide à lEPM, État assassin, mairie complice», pour ne pas laisser passer, et rappeler la volonté de détruire les taules par tous les moyens («Feu à lEPM», «Crève la taule»).

Un suicide en taule, cest pas un suicide, cest l’État qui enferme et qui tue. Cest aussi la mairie qui a laissé simplanter crapuleusement cet établissement de mort en échange de la construction dun mur anti-bruit… Cest sûr, les citoyens dOrvault peuvent dormir tranquilles, on tue en silence à labri des miradors et des murs de six mètres.

Qu
on ne compte pas sur nous pour arrêter de crier notre haine de ce monde de merde, des flics, des matons et de tout ce qui nous enferme. Force, courage et détermination à ceux qui sont dedans.

Indymedia Nantes, 1er mars 2010.


Commenter cet article