Solidarité internationale : En Belgique - 25 octobre

Publié le par la Rédaction

Grève en France : La FGTB menace de bloquer le site de Total

 

La FGTB a exigé de la direction que la raffinerie se limite aux chargements habituels.

 

Le syndicat socialiste menace de bloquer le site de Total à Feluy en y organisant différents barrages si la direction du groupe continue à ordonner le chargement supplémentaire de 30 camions par jour afin de faire face à la pénurie de carburant qui touche la France. «La Centrale Générale et le SETCa Centre soutiennent pleinement les mouvements des travailleurs en France et sont indignés devant la mise en cause pure et simple du droit de grève à travers la réquisition des salariés grévistes des raffineries du groupe Total», a indiqué la FGTB lundi dans un communiqué. «Les permanents syndicaux se sont rendus ce lundi sur le site de Total Feluy et ont constaté l'augmentation des chargements de l'ordre d'environ 30 camions par jour. Soit une augmentation de plus de 1500 m³ par rapport au flux habituel», a poursuivi le syndicat socialiste. «Nous avons exigé de la direction que celle-ci se limite aux chargements habituels», a-t-il ajouté.

 

Dans le cas contraire, des barrages seront mis en place «de manière à bloquer complètement le site ce qui aurait, il est certain, des implications sur la distribution en Belgique», a conclu le syndicat. 

 

Leur presse (Belga), 25 octobre 2010.

 

 

Carburant : La CGSP solidaire des grévistes français

 

La CGSP annonce qu'elle appellera immédiatement ses travailleurs actifs le long de l'Escaut et de la Lys à arrêter le travail si du carburant devait être acheminé en France par ces voies navigables, dans une tentative de contourner le blocage des raffineries de l'Hexagone.

 

Le syndicat socialiste a appris qu'une telle initiative était envisagée. La CGSP dit vouloir rester solidaire de la protestation des syndicats français contre la réforme des retraites dans leur pays. «Le blocage des carburants est, dans cette optique, une arme importante pour nos camarades français», explique le secrétaire général Hilaire Berckmans (CGSP).

 

«Le gouvernement français veut contourner ce blocage en allant s'approvisionner à l'étranger. Pour le mazout et l'essence, la France se tourne donc entre autres vers la Belgique.»

 

«Si la CGSP devait constater que l'Agence flamande des voies d'eau (Agentschap Waterwegen en Zeekanaal) devait collaborer à pareil transport, nous appellerions immédiatement à un arrêt de travail le long de l'Escaut et de la Lys», indique l'organisation dans un communiqué de presse.

 

Leur presse (Belga), 22 octobre.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article