Semaine de solidarité avec les Neuf de Reykjavik !

Publié le par la Rédaction

Semaine internationale d'actions en solidarité avec les Neuf de Reykjavik – du 10 au 16 janvier 2011

 

Un appel a été lancé pour une semaine d'actions en soutien aux Neuf de Reykjavik (RVK9), du 10 au 16 janvier 2011. Ces neuf individus, anarchistes et gauchistes radicaux, risquent jusqu'à 16 ans de prison ferme pour avoir manifesté contre le Parlement islandais.

 

En décembre 2008, la balle qui tua Alexandros Grigoropoulos mit le feu aux rues d'Athènes, un feu qui se propagea rapidement à toutes les villes de Grèce.

 

Ce même mois de décembre, à l'autre bout de l'Europe, en Islande, une autre révolte était en route, née des décombres de l'économie qui s'était effondrée à l'automne. Au cours de l'hiver 2008, l'Islande, première victime de la crise mondiale, assistait à la plus large mobilisation de son histoire. Des manifestations, rassemblements de masse et assemblées populaires, actions directes et confrontations quotidiennes, et pour finir des émeutes, réussirent à faire tomber le gouvernement de droite de l'époque.

 

Pourtant, tout comme en Grèce cette balle n'était qu'une seule des causes d'une révolte qui tenait à des milliers de raisons, en Islande la bulle qui éclata cet automne n'était que l'étincelle nécessaire à la rage et à la frustration refoulées au cours de deux décennies contre le gouvernement néo-libéral — et plus largement, contre le système politique et économique tout entier.

 

À l'heure actuelle, l'État islandais menace d'emprisonnement neuf individus, choisis comme bouc-émissaires de l'insurrection qui mena à la chute du gouvernement en janvier 2009. Ils et elles sont les Neuf de Reyjavik.

 

Le 8 décembre 2008, pendant qu'en Grèce des milliers de personnes descendaient dans la rue, à Reyjavik, en Islande, un groupe d'une trentaine de personnes prenait d'assaut le Parlement. Elles entrèrent dans le but d'interrompre l'assemblée et de lire un communiqué de protestation. Malgré le fait que l'accès aux tribunes publiques est ouvert à tous, la police, secondée par les gardes, bloqua l'entrée et arrêta le groupe dans l'escalier. Seuls deux des trente personnes parvinrent à accéder à la tribune. Après une légère échauffourée, plusieurs personnes furent arrêtées et les autres forcées de se disperser.

 

Un an plus tard, les autorités ciblèrent 9 de ces 30 personnes. Ils et elles sont principalement accusé-e-s, entre autres, d'avoir menacé l'autonomie du parlement. La peine associée est d'un an de prison minimum, jusqu'à la perpétuité (soit 16 ans en Islande) !

 

Cette action n'en était qu'une parmi une pléthore d'actions qui eurent lieu quotidiennement en Islande au cours de l'hiver 2008 : manifestations massives, visites aux domiciles des ministres et banquiers, sabotages de propriétés de l'État, perturbations des réunions gouvernementales et sabotage massif du système de transmission en direct du débat annuel des partis politiques. Une part intrinsèque de cette insurrection fut le mouvement anarchiste en pleine expansion, qui trouve son origine dans des années de luttes contre l'industrie lourde et la destruction environnementale qui en résulte, toujours au nom d'un «développement vert» !

 

Les racines de cette insurrection apparurent clairement lorsqu'elle adopta en masse et pour la première fois des tactiques de confrontation, comme lors de l'attaque sans précédent du commissariat central de Reykjavik par une foule de 500 personnes répondant à l'arrestation d'un anarchiste.

 

La révolte atteint son paroxysme les 20 et 21 janvier 2009, lorsque des milliers d'individus se rassemblèrent devant le Parlement afin d'empêcher sa première assemblée de l'année. Le début de la fin pour ce gouvernement fut signé par un nouveau groupe formé d'étudiant-e-s, Oskra, lorsque celui-ci brisa les lignes de police devant le Parlement. Cette action fut suivie de 48 heures de rage et de furie, accompagnées de bruit, de feu et de pierres. Le sapin de Noël fut sacrifié sur le feu et toutes les vitres du Parlement furent brisées sans exception. Pour la première fois en 60 ans les gazs lacrymogènes se répandirent dans l'air de Reykjavik. La police à bout de nerfs, il restait deux options pour l'État : faire appel à l'armée danoise (colons historiques de l'Islande) qui attendait depuis 3 mois dans le port extérieur de Reykjavik, ou dissoudre le gouvernement.

 

Le procès de Neuf de Reykjavik est un cas flagrant de persécution politique. Les enregistrements des caméras de vidéo-surveillance utilisés comme preuves ne prouvent rien d'autre, et sans que le moindre doute soit possible, que le fait que la violence était du côté de la police et des gardes.

 

Le gouvernement actuel «de gauche» a pris le pouvoir en mai 2009 sur le dos du mouvement populaire qui avait renversé le précédent. Ce gouvernement refuse de se mêler de ce procès. Il ne s'agit pas d'un manque de volonté politique, mais bien d'une volonté politique claire de criminaliser les éléments radicaux de la révolte, après avoir utilisé cette même révolte et ignoré les exigences populaires de rétribution à l'encontre des politiciens et des banquiers responsables de la crise, dont aucun n'a été amené devant la justice !

 

Tout comme dans d'autres pays d'Europe, le «socialisme» semble être le médium le plus approprié pour la plus vicieuse restructuration néo-libérale de l'économie. En Islande, le gouvernement de gauche, avec la bénédiction des syndicats vendus et sous la surveillance stricte du FMI, est celui qui réalise les réductions budgétaires massives, la privatisation et la grande braderie des ressources naturelles pour développer plus avant l'industrie lourde. Tout ceci bien sûr au nom de «la crise» et dans un climat de nationalisme, néo-fascisme et xénophobie qui en sont la conséquence. Il est à noter que des groupes néo-nazis ont soudain émergé et participé aux récentes manifestations «contre la crise» à Reykjavik en 2010 ! Ils ont heureusement été attaqués par des manifestants anarchistes.

 

L'audience finale du procès de Neuf de Reykjavik aura lieu au tribunal de Reykjavik les 18, 19, et 20 janvier 2011. Un appel a été lancé pour une semaine d'actions internationales en soutien aux Neuf de Reykjavik, la semaine précédant le procès, soit du 10 au 16 janvier.

 

Pour cette petite île-État à la périphérie de l'Europe, toute attention négative venant de l'étranger a un impact fort sur les autorités, l'élite et les médias institutionnels. Pour cette raison il est impératif que nous leur donnions toute l'attention négative qu'ils méritent. Que les autorités islandaises sachent que le monde les regarde, qu'elles sachent qu'il y aura des conséquences sérieuses si les Neuf de Reykjavik sont condamné-e-s !

 

Nous appelons à TOUT TYPE D'ACTIONS en solidarité avec les RVK9 et contre l'État islandais !

 

LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !

 

Merci d'envoyer des photos, communiqués ou autres informations à propos d'actions pour permettre la traduction et diffusion des informations sur place. 
Une liste des ambassades islandaises : www.mfa.is/diplomatic-missions/icelandic-missions.
Plus d'informations sur le procès (en anglais) se trouvent sur www.rvk9.org/in-english. Des informations sur le mouvement anarchiste et activiste en Islande se trouvent sur : www.savingiceland.org (en anglais et un peu en français) et www.aftaka.org/tag/english (en anglais). 

 

 

Lundi 10 janvier 2011.

 


Commenter cet article