Rouen : Communiqué no 2 de l'Habite Asociale

Publié le par la Rédaction

 

Occupation d'un immeuble à Rouen : avancée des travaux, raisons de l'occupation et annonce d'une soirée d'ouverture.

 

Communiqué no 2 de l'Habite Asociale

 

Maintenant deux semaines que nous occupons le 30 rue du Lieu de Santé, immeuble que nous avons trouvé vide. Notre détermination reste entière comme en témoigne l'avancée rapide des travaux. Désormais, nous jouissons de tout le confort nécessaire au rez-de-chaussée, au premier étage et à l'extérieur : un salon, plusieurs chambres, un bureau, une cuisine, une salle de réunion, une salle d'eau et un établi. Attirés par cette irruption dans leur quartier, certains voisins et autres passants n'ont pas hésité à franchir la porte qui, bien entendu, est toujours ouverte.

 

La fin de quinze ans d'abandon d'un bâtiment dont plus d'un aurait eu l'usage, l'exercice de l'intelligence collective pour réhabiliter les lieux, et une nouvelle présence forte dans leur rue sont autant d'aspects auxquels les habitants des alentours ont été sensibles. Pour notre part, cet accueil qui nous est fait et la disposition à la rencontre qu'il traduit nous laissent entrevoir des possibilités plus consistantes ; au moins à la hauteur de celles qui se sont dégagées au cours du mouvement contre la réforme des retraites : ici le refus d'abandonner une part de plus en plus importante de sa vie aux décisions du pouvoir, là l'organisation collective pour se sortir de l'impuissance ou encore, des amitiés nouées autour du sabotage du cours normal des choses. Nous envisageons l'occupation du 30 rue du Lieu de Santé comme un geste parmi d'autres pour que ces possibles trouvent à s'installer dans le temps et fassent l'objet d'un partage avec quiconque se sentira animé par cette même envie.

 

Commençons par nous retrouver ce vendredi 3 décembre dès 18h pour une rencontre enjouée. Nous profiterons de ce moment pour présenter ce lieu et ce que nous voudrions en faire autour d'un vin chaud. En espérant que cette discussion en provoquera d'autres chaque vendredi soir à la même heure. Pour ne pas se séparer à cause de la faim, causons autour d'un repas. En somme, discutons sans faim !

 

À bon entendeur, que la musique commence !

 

P.-S. : Assignation au premier round en référé devant le tribunal le 8 décembre. 

 

 À Rouen (contact), le 26 novembre 2010. 
Indymedia Nantes, 30 novembre.

 


Commenter cet article