Retraites : Échauffourées à saintNazaire, 14 interpellations

Publié le par la Rédaction

12 octobre : Nouvelles arrestations à Saint Nazaire

 

Fin de manifestation agitée à Saint-Nazaire. 14 personnes interpellées, 12 placées en garde à vue dont 3 mineurs.

 

Malgré un rassemblement devant le commissariat de 18h30 à 21 heures, et une délégation reçue par un des commissaires adjoint, nous n’avons pas obtenu la libération des camarades arrêtés.

 

 

Les organisations syndicales présentent (CGT, FSU) ont déclaré qu’elles s’adressent au préfet et au procureur pour obtenir la libération des personnes interpellées et que le parquet renonce aux comparutions immédiates et à la justice expéditive dont il a pris l’habitude pour réprimer durement les luttes sociales nazairiennes.

 

D’autres informations suivront. Mot d’ordre de mobilisation au tribunal en cas de comparution immédiate.

 

CODELIB, 12 octobre 2010.

 

 

12 personnes sont en garde à vue ce soir. Apparemment, le parquet décidera demain de l’éventualité de comparutions immédiates. Le chef d’inculpation est le suivant : attroupement et violence avec arme.

 

Indymedia Nantes, 12 octobre.

 

 

 

 

 

[21h07] Rassemblement devant le commissariat de police de St-Nazaire

 

Environ cinquante personnes se sont rassemblées devant le commissariat de police de St-Nazaire pour soutenir les quatorze personnes interpellées à la suite des heurts avec les policiers. Un important dispositif de gendarmes mobiles a pris place devant le bâtiment. Le face à face a duré une heure dans le calme pendant qu’une délégation était reçue par le commissaire.

 

Leur presse (Presse-Océan), 12 octobre.

 

 

 

 

[20h57] 14 personnes interpellées à Saint-Nazaire

 

Des membres du Comité de défense des libertés et des militants syndicaux se sont réunis devant l’hôtel de police pour apporter leur soutien aux personnes interpellées à l’issue des incidents qui ont éclaté après la fin de la manifestation. Deux escadrons de gendarmes mobiles les ont étroitement surveillés.

 

Une délégation reçue par le commissaire a annoncé que ce sont finalement 14 personnes qui ont été interpellées, dont trois mineures. Deux ont été remises en liberté ce soir. Les autres sont en garde à vue.

 

Les organisations syndicales ont promis de rester vigilantes sur la suite qui sera donnée à ces procédures et veulent saisir le sous-préfet pour que «cessent les violences à l’issue des manifestations». Le rassemblement s’est dispersé dans le calme peu après 20h30.

 

Leur presse (Ouest France), 12 octobre.

 

 

[19h28] À Saint-Nazaire, l’affrontement des jeunes manifestants terminé peu avant 19 heures

 

Dislocation peu avant 19 heures, après deux heures d’affrontement dans les rues de Saint-Nazaire, à proximité de la sous-préfecture. Harangués par quelques personnes, alors que l’ensemble du cortège n’avait pas encore bouclé le parcours de la manifestation, quelque 200 jeunes se sont dirigés vers la sous-préfecture, rejoints par d’autres pour arriver à environ 500.

 

Après une période d’observation et de provocation envers les forces de l’ordre (200 gardes mobiles), les premiers projectiles ont volé : canettes de bière, cailloux… Pour repousser les manifestants, des bombes lacrymogènes ont été lancées et une première charge a été effectuée par les forces de l’ordre. Profitant d’un chantier de construction, les manifestants ont jeté des pierres et des morceaux de parpaing. Nouvelle charge.

 

Après la dislocation dans les rues du centre-ville, des poubelles ont été renversées, brûlées ; des panneaux de signalisation arrachés, des bosquets incendiés. Au total, il a été procédé à l’interpellation de 8 personnes.

 

Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

 

 

[19h13] Fin des heurts, huit interpellations

 

Le face à face tendu entre force de l’ordre et près de 500 personnes s’est terminé vers 19 heures. Huit personnes ont été interpellées.

 

 

[18:29] Situation toujours tendue devant le Ruban bleu

 

Les heurts se poursuivent devant la place de l’Amérique-Latine. Plus de 500 jeunes font face aux forces de l’ordre. Une personne a déjà été interpellée. Les casseurs ont mis le feu à plusieurs poubelles et à une haie devant le Ruban bleu. Ils ont également détruit du mobilier urbain. La vitrine d’un café a également été brisée.

 

Leur presse (Presse-Océan), 12 octobre.

 

 

 


 [17h48] Après la manif, premiers incidents à Saint-Nazaire

 

Les incidents viennent de débuter à Saint-Nazaire, après la dislocation de la manifestation par les syndicats place de l’Amérique-Latine. Un groupe de 200 personnes a pris le chemin de la sous-préfecture. Des projectiles enflammés ont été lancés en direction du bâtiment qui représente l’État. Une charge des forces de l’ordre avec jets de lacrymogènes repousse le groupe vers le centre commercial Ruban bleu.

 

 

Leur presse (Ouest-France), 12 octobre.

 

 

 

Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article

jean 12/10/2010 21:10



14 interpellations *