Retour(s) à la "guerre sale" ?

Publié le par la Rédaction

 

L’expression «guerre sale» est trompeuse parce quelle laisse entendre quil existerait des guerres propres. Or, ce quon désigne généralement par ce terme, ce sont des techniques de guerre dans la population, de guerre contre le peuple, de guerre intérieure. Larmée française est mondialement connue pour son excellence dans ce domaine depuis quelle a expérimenté la doctrine de la guerre contre-révolutionnaire en Indochine, au Maroc et en Algérie dans les années 1950.

 

Il sagit dun système de techniques cherchant (en vain, lhistoire la montré à plusieurs reprises) à contrôler totalement la population en la soumettant par la peur, en lui désignant massivement des ennemis intérieurs à isoler et purger, en employant la manipulation, la provocation, le fichage et la surveillance, le quadrillage et linternement, la criminalisation et la coercition. Il s exprime généralement par une militarisation du contrôle et la prolifération industrielle contre la population colonisée d agressions, de tortures, d assassinats et de disparitions.

 

[Naissance du système sécuritaire]

 

Ce système est aussi appelé contre-insurrection, la police française se l est approprié dès les années 1950, en tentant de l appliquer au contrôle des communistes et des colonisés. À partir de 1968, l État français comme nombre des États ayant adopté ces techniques dans leurs armées a commencé à transformer ce répertoire pour tenter de l employer pour le contrôle social de la population en général et des classes populaires en particulier. C est l un des actes de naissance du système sécuritaire.

 

Depuis, ces pratiques se développent et se transforment là où l État perçoit qu il ne dispose plus du monopole de la violence légitime. Dans les quartiers populaires, contre les mouvements révolutionnaires et les  résistances sociales, contre les peuples en lutte pour leur autodétermination, ces méthodes s appliquent de manières différentes mais un schéma persiste : immuniser la population contre la subversion, faire participer la population à son propre contrôle, écraser toute forme d insoumission.

 

On retrouve nombre de ces éléments dans les dernières opérations politico-policières contre des militants basques depuis un an : la disparition de Jon Anza, les rafles du 27 et 29 juin 2009 puis celles de la fin mars 2010 contre des militants de SEGI et de la gauche abertzale, des tortures et des menaces de torture à l encontre de personnes interpellées au cours de ces rafles, des interrogatoires violents (avec menaces, mensonges et pressions), des incarcérations sous mandat anti-terroriste pour empêcher toute défense, des mises sous contrôle judiciaire pour briser la vie sociale, un matraquage médiatique de figures du «terroriste nationaliste».

 

[La fabrication de lennemi intérieur]

 

Dans le cas des «Irlandais de Vincennes» en 1983, des «islamistes de Folembray» en 1994, des «anarcho-autonomes de Tarnac» en 2008 ou des «terroristes basques» cette année, on assiste à un même type de montage médiatico-policier : la construction médiatique et politique dune «menace terroriste cachée dans la population» puis un «coup», en loccurrence une rafle médiatisée où le pouvoir se présente comme un sauveur.

 

Dans de nombreux quartiers populaires encore, la police pratique une forme de «guerre larvée» [Entretien réalisé par lauteur avec lamiral Bernard Norlain, directeur de lInstitut des Hautes Études de Défense Nationale en 2007.] qui se manifeste par une surveillance et une répression permanente, des pressions, intimidations et provocations quotidiennes et des assassinats (dix en moyenne chaque année). Cette année, de Villiers-le-Bel à Tremblay en France, des stratégies doccupation du territoire et de quadrillage militaro-policier ont fait face à des révoltes populaires. Là aussi, les médias dominants jouent un rôle fondamental pour présenter les principales victimes de la domination capitaliste comme les responsables du racisme, de la violence policière et de la misère.

 

Ce système de contention est couplé à une industrie de lincarcération. Larsenal juridique de la sécurité intérieure brise les vies de familles entières et remplit les prisons de pauvres issus de la colonisation. Les quartiers populaires comme les territoires colonisés servent en quelque sorte de réserves de chasse, de vitrines et de laboratoires. Dans la ZUP de Bayonne comme à lencontre des jeunes de SEGI, le pouvoir se dévoile sur le mode de la guerre dans le peuple.

 

Le renouveau de la répression au Pays Basque rappelle la campagne dextermination menée au début des années 1980 par les GAL (groupes para-policiers espagnols) et la complicité de lÉtat français parce quil en dérive. Ce sont les techniques de contre-insurrection employées contre ETA qui alimentent désormais le modèle dencadrement politique du peuple basque.

 

Là comme ailleurs, lorsque le système sécuritaire fait face à des oppositions, des pratiques dentraide et dautonomie, il redéploie le répertoire de la contre-insurrection. Les différentes formes de la férocité policière dérivent bien dun même système de domination. Celui-ci tient en divisant les forces qui lui résistent.

 

La violence policière dans les quartiers assure lencadrement et la séparation des surexploités et des sur-opprimés issus de la colonisation, celle que la police applique contre «lultra-gauche» et les «terroristes nationalistes» permet de tenir en joug les classes populaires et petites-bourgeoises «blanches». Mais comprenons bien quun même système dexploitation et doppression produit et entretient ce régime de violence, car aujourdhui comme hier, la solidarité entre les oppriméEs détermine leurs libérations respectives.

 

Tribune de Mathieu Rigouste
Mathieu Rigouste est Docteur en socio-histoire, chercheur à luniversité Paris 8 Saint-Denis, il est également lauteur de Lennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de lordre sécuritaire dans la France contemporaine, La Découverte, 2009.
Pays Basque Info, 10 mai 2010.

Commenter cet article