Relaxe en comparution immédiate après la manif anti-Loppsi à Montpellier - 20 décembre

Publié le par la Rédaction

Montpellier : La manif des «alters» s'est finie au tribunal

 

La grande pagaille ! Samedi après-midi, les trois cents manifestants dénonçant la Loppsi 2 (*) ont semé la zizanie pour se faire entendre.

 

 

D'abord en se rassemblant devant la préfecture, avant de se rendre au Polygone. Là, des confrontations ont eu lieu avec des vigiles alors que des commerçants ont préféré baisser leur rideau de fer devant ce public d'alternatifs et de SDF défendant leur droit à vivre différemment, notamment dans des camions (Midi Libre du 19 décembre).

 

Mais les choses se sont aussi gâtées en fin d'après-midi, lorsque 60 à 80 manifestants ont décidé de poursuivre leur action en bloquant la circulation avec sept camions et leur sono, en bas du boulevard du Jeu-de-Paume.

 

Ce qui a créé un bouchon monstrueux, paralysant tout le centre-ville, où il est déjà, rappelons-le, particulièrement difficile de circuler… Les services de police ont employé la dissuasion, en lançant des moyens de «désencerclement», des sortes de grenades avec des billes en caoutchouc, pour disperser ces irréductibles. Ils ont reçu, en représailles, des bouteilles, un commissaire étant même blessé à la jambe par un pavé.

 

La Bac (brigade anticriminalité) a interpellé deux adolescents de 15 et 16 ans, extérieurs au défilé mais qui en ont profité pour lancer des canettes.

 

Un vrai alternatif, de 21 ans, a, lui aussi, été arrêté pour des jets de projectiles et, à l'issue de sa garde à vue, le parquet a décidé de le traduire devant le tribunal correctionnel, lundi soir, en comparution immédiate.

 

Il a farouchement nié les faits et son avocate, Me Magassa, a rappelé qu'il n'y avait aucune preuve contre lui. Le tribunal a été convaincu en relaxant le mis en cause, au bénéfice du doute. Le procureur, qui avait demandé une peine de prison avec sursis, a annoncé, hier, qu'il faisait appel de cette décision. 

 

Leur presse (Midi Libre), 23 décembre 2010.

 


Commenter cet article