Quelques réflexions sur les assemblées populaires

Publié le par la Rédaction

J’étais donc présent ce dimanche 19 septembre sous la douce protection des arbres du jardin Compans-Cafarelli situés à un endroit chargé de symbole. Francisco Ponzan Vidal fut un de ces militants de la CNT-AIT qui a participé a la révolution espagnole de 1936, lorsquils étaient des millions dans la rue, puis qui a résisté au nazisme quand ils furent moins nombreux à pouvoir continuer la lutte. La vie et la mort de ce militant anarchosyndicaliste sont éloquentes : Si nous ne pouvons choisir les circonstances de notre action, il y a toujours quelque chose a faire. Seul ou pas, à trente ou à cent mille, le nombre nindique que le choix des moyens et non celui de la résignation.

 

Il existe dans cette société un tropisme qui confère le monople du possible aux médias et aux élus de leur la mise en scène, où lindividu est acculé à ce rôle subalterne dans lequel privé de parole il ne lui reste qu’à écouter cette messe. Pendre lhabitude de libérer la parole individuelle et collective est le premier pas dans un processus démancipation.

 

Quest-ce quune révolution ? Un vieil ami me disait, une révolution cest quand cela discute de plus en plus et quon travaille de moins en moins.

 

Quest-ce quune assemblée populaire ? Lassemblée populaire est lacte par lequel les habitants dun lieu expriment leur capacité à ouvrir un espace public, là où ils le veulent et quand ils le veulent, pour rompre avec la passivité du quotidien.

 

Le 16, un camarade du CCI est intervenu pour nous parler de prématurité, ce nest pas le moment, cest trop tôt a-t-il dit. Comme sil était trop tôt pour bien faire… Son erreur, me semble-t-il, est d’assimiler lAP à un comité de lutte : mais il ny a pas besoin de lutte pour discuter ensemble. Dailleurs le fait de discuter ensemble dans un espace public libéré, ce nest pas une revendication, cest un acte.

 

Forum Rouge & Noir, 21 septembre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article