Quelques précisions sur les actions menées au Mans

Publié le par la Rédaction

En ce qui concerne les blocages des zones industrielles : Les blocages commencent le matin, entre 3H et 4H. Les personnes présentes sur place sont de tous horizons : syndicats (CGT, FO, FSU, CNT) mais aussi non syndiqués et étudiants. Bloquant les carrefours, les rond-points en stoppant les poids-lourds et en déployant barrages, feux de palettes et de pneus.

 

En ce qui concerne le blocage du dépôt de pétrole : Bloqué depuis jeudi dernier. Sur place FO et CGT et syndicats écoles assez représentés, blocage jour et nuit, fonctionnant par relais. Dimanche soir l'intervention des CRS menaçait, puis les routiers entraient dans la grève à 00H00, alors les blocages ont été amplifiés, stoppant tous les camions de transport passant dans le coin (aide de herses artisanales quand il fallait) afin de bloquer les approvisionnements et empêcher tout accès des forces de l'ordre au dépot. Sur place tout type de personnes se relaient, syndiquées ou non.

 

Dans les rues affiches anonymes ou signées «La chimère» : «Au travail tout est à défaire ET BLOOM !» (avec le dessin d'une bombe, appelant au blocage intense semble-t-il, une pensée à cette Théorie du Bloom) ; «Sous France doux leurre» ; «Français ou voyou il faut choisir. - C. Estrosi» ; «Vive les voyous».

 

Diffusé à la manifestation ce matin à petite échelle le dernier bulletin Rebetiko, pourvu que le bruit courre.

 

19 octobre 2010.

 


Publié dans Colère ouvrière

Commenter cet article