Pouvoir assassin : La police abat un manifestant en Algérie

Publié le par la Rédaction

Très grave dérapage : Un premier mort (18 ans), dans les émeutes à M'sila

 

La situation en Algérie est en train de déraper. Dans la wilaya de M'sila, la journée de vendredi a vu la mort du premier jeune parmi les manifestants, dans la commune de Ain Hadjel, Azzedine Labza, agé de 18 ans.

 

Selon des sources locales citées par le quotidien arabophone El Khabar, le jeune homme est mort sur le coup à la suite de l'intervention des forces de l'ordre pour éloigner les manifestants et les empêcher d'accéder aux bureaux de poste et à la Daira, de Ain Hadjel, au centre de la commune. Lorsque les jeunes manifestants ont pris le dessus sur les forces de l'ordre et ont réussi à entrer dans les deux locaux (poste et daira), un des policiers a utilisé son arme et a tiré en direction des jeunes manifestants. La balle a atteint directement Azzedine Labza, qui s'est écroulé immédiatement alors que trois autres manifestants ont été conduits à la polyclinique de la commune.

 

Le Matin, 7 janvier 2011.

 

 

Les émeutes prennent une tournure dramatique : Un jeune de 18 ans tué par balles à Msila 

 

Les violences qui secouent plusieurs villes d’Algérie depuis mercredi 5 janvier prennent une tournure dramatique vendredi avec le décès d’un jeune manifestant, Azzedine Labza, âgé de 18 ans, dans la wilaya de Misla, à 300 kms au sud d’Alger. Les émeutes qui se sont étendues à une vingtaine de wilayas (départements) se sont transformés en actes de destructions d’édifices et d’établissement publics.

 

Selon des sources locales citées par le quotidien arabophone El Khabar, Azzedine Labza est décédé sur le coup, touché par une balle suite à l'intervention des forces de l'ordre qui tentaient d’empêcher des manifestants de mettre à sac la poste et la daïra dans la commune d’Ain El Hadjel, wilaya de Msila.

 

Lorsque les manifestants ont pris le dessus sur les forces de l'ordre et ont réussi à entrer dans les deux locaux (poste et daïra), un des policiers a utilisé son arme et tiré en direction des jeunes manifestants, raconte le journal El Khabar.

 

La balle a atteint directement Azzedine Labza, qui s'est écroulé immédiatement alors que trois autres manifestants ont été conduits à la polyclinique de la commune.

 

Le site du quotidien francophone El Watan avait indiqué de son côté qu’un jeune homme de 18 ans est décédé lors de manifestations à Msila sans pour autant révéler son identité. Dans la soirée du  vendredi 7 janvier, la chaîne satellitaire qatarie Al jazeera a donné en boucle la même information en citant El Khabar. Les autorités algériennes n’ont pas communiqué sur le sujet.

 

C’est le premier décès enregistré depuis le début des émeutes en Algérie. Les affrontements entre manifestants et forces de l'ordre ont repris vendredi à Alger tandis que de violents incidents ont éclaté à Annaba, dans l'est de l'Algérie, à Oran, à Msila, Laghouat, Mostaganem, Setif ainsi qu’en Kabylie où des manifestants ont affronté la police.

 

La journée du vendredi 7 janvier a enregistré diverses émeutes dans au moins une vingtaine de wilayas (départements) mais aussi des actes de destruction et de vandalisme. De nombreux édifices publics ont été détruits, mis à sac, brûlés ou pillés.

 

Ces émeutes sont les plus graves et les plus importantes en Algérie depuis la révolte d'octobre 1988 et les événements de Kabylie en 2001. 

 

Sihem Balhi - Dernières Nouvelles d’Algérie, 7 janvier.

 

 

Msila : Les émeutiers demandent la dissolution des chambres (APN et Senat) et la démission du ministre du Commerce

 

Des centaines de manifestants se sont rassemblés aujourd’hui vendredi 7 janvier au niveau de l’avenue de la liberté et ont demandé au président de la République de procéder à la  dissolution des deux chambres (APN et SENAT), et la démission du ministre du Commerce.
Les trois institutions, à leurs yeux, ont fait preuve d’incompétence devant la détérioration des conditions de vie.

 

Les affrontements ont repris juste après la prière du vendredi sur l’ensemble du quartier entre les gendarmes et les émeutiers.

 

Les services de sécurité semblent être dépassés par les événements. Il a été enregistré au niveau de l’hôpital Zahraoui 50 blessés entre policiers et gendarmes. Plus de 100 interpellations ont été effectuées parmi les émeutiers.

 

L’agence postale de la cité a été saccagée et pillée, l’institut national de la formation professionnelle n’a pas été en reste, des voitures, et des bureaux saccagés.

 

Ghellab Smail - El Watan, 7 janvier.

 


Publié dans Internationalisme

Commenter cet article