Pompiers catalans : Rien à se reprocher mais tout à craindre des caméras

Publié le par la Rédaction

Si je n’ai rien à me reprocher, alors je n’ai rien à craindre des caméras.

ET VOUS AVIEZ TORT !!!!



Voici le premier exemple concret de l’inversion de la preuve. Ces pompiers ont été présentés comme terroristes à l’ensemble de la population espagnole et française. Ils ont du justifier de leur innocence juste pour avoir parlé espagnol dans un supermarché.

Pire, les policiers victimes d’ETA les identifient à tort, ce qui est normal en raison du stress intense des évènements que ces derniers ont vécus. Une victime encore sous le choc identifie facilement sur une vidéo si on lui demande de reconnaître quelqu’un dessus. La vidéo ça ne ment pas mais on voit ici, qu’on peut l’interpréter selon ce qu’on veut y voir.

Les justifications de la bavure par les communicants de la police sont inadmissibles. Que des clichés, ce sont des Espagnols, ils sont jeunes comme les autres. C’est tout juste si les Catalans n’étaient pas Auvergnats… Et que dire de la justification technique. La qualité des images suffisaient aux services marketing de la police pour les faire diffuser dans deux pays.

Les responsables communication de la police ont voulu faire du sensationnel. Ils ont voulu faire de l’enquête médiatique qui passe au 20H et quoi de mieux que la vidéosurveillance pour le faire. Ils auraient du faire de l’enquête efficace, on le doit au policier mort pour nous protéger.

Ces pompiers catalans ont de la chance. Ils ont pu justifier d’un alibi et leur remise en liberté a été soutenue par leurs autorités. Mais vous, êtes vous sur d’avoir la même chance quand vous serez présentés comme meurtriers sur toutes les télévisions de France ?

Car si l’on doit ne retenir une chose de cette bavure policière, c’est que n’importe qui maintenant peut-être accusé pour rien, sali et humilié à la télé par la vidéosurveillance.

La vidéosurveillance est une machine à broyer votre droit de sureté. Le CDL a toujours dénoncé cette atteinte au droits de l’homme. Signez la pétition demandant le retrait de cette arme anti-démocratique.

Collectif démocratie et Libertés, 21 mars 2010
Pour un Paris sans caméras de surveillance.

Commenter cet article

A.D. 23/03/2010 21:42


"Ils auraient du faire de l’enquête efficace, on le doit au policier mort pour nous protéger."
Vraiment, c'est mais que fait donc la polisse qui est censée nous protéger, toujours la même ritournelle : qui nous protègera des réformistes ?