Police partout : Les saboteurs travaillent

Publié le par la Rédaction

 

Montréal : Des voitures de policiers du SPVM sabotées

 

Les policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sont confrontés à une vague de vandalisme d’un nouveau genre.
Ce sont les voitures personnelles des employés qui sont vandalisées plutôt que les autopatrouilles.

 

Les actes de vandalisme sur les voitures des policiers se produisent lorsque ces derniers sont au travail et que leur véhicule est garé dans le stationnement réservé aux employés.

 

Les vandales n'y vont pas de main morte. Ils sabotent la mécanique de la voiture dans l'espoir que les policiers auront un accident lors de leur retour à la maison. Selon les informations de TVA Nouvelles, c'est d'ailleurs arrivé à l'un d'entre eux.

 

En moins d'un an, pas moins de 61 véhicules personnels de policiers ont été sabotés, d'après des documents internes obtenus par TVA.

 

«C'est sûr que c'est préoccupant pour la direction. La sécurité de nos policiers nous préoccupe. Oui, oui, c'est une tentative d'intimidation, avant tout, reconnaît Fady Dagher, commandant au SPVM. Et d'autres personnes pourraient être blessées dans ces événements-là.»

 

Le syndicat des policiers est outré par les événements. «Le danger est une partie inhérente à notre travail comme policiers à Montréal, mais par contre, il va falloir que des gens prennent leurs responsabilités, qu'ils nous donnent les moyens de sécuriser les véhicules personnels de nos policiers», lance Yves Francœur, président du Syndicat des policiers et policières de Montréal (FPPM).

 

Deux opérations de surveillance jour et nuit ont été effectuées afin d'épingler les vandales, et ce, sans succès.

 

Qui peut en vouloir assez aux policiers pour saboter leur véhicule ? La question demeure.

 

Leur presse (Agence QMI), 1er avril 2011.

 

 

Beaucaire (Gard) : Le syndicat Alliance réagit

 

Suite aux dégradations des véhicules personnels des policiers à Beaucaire sur le parking du commissariat le 29 mars dernier, le syndicat Alliance réagit :

«Alliance Police nationale s'interroge sur les conditions de travail des fonctionnaires de police beaucairois. Des questions de sécurité se posent à nouveau après ces actes de vandalisme. Ces faits interviennent dans un climat tendu ces derniers jours sur cette circonscription (feux de poubelles, dégradations, violence). (…) Alliance dénonce ces violences gratuites. Cela ne doit plus durer (…). Un message fort doit être envoyé à ceux qui agressent les policiers.
Alliance demande la prise en charge par l'administration des réparations des véhicules dégradés, exige que des mesures soient prises afin d'éviter qu'un nouvel incident de ce type se produise ou encore qu'un drame survienne sur cette circonscription. Ces événements ne font qu'amplifier les inquiétudes quant à la sécurité des Beaucairois lors du futur rapprochement des commissariats de Beaucaire et Tarascon.»

 

Leur presse (Midi Libre), 2 avril.

 


Commenter cet article