Pôle emploi : d'un micro-séisme à l'autre, changer d'axe

Publié le par la Rédaction


Superbe ! Du son qui nous sort enfin du bruit constant sur le «dysfonctionnement». Parler vrai est possible.

Pôle précarise ? Pas de choix. Dedans et contre. Lors d’un arrêt maladie revendiqué, une salariée de Pôle emploi, que l’on sent fidèle à ce qu’elle fut avant d’y travailler, il y a des décennies, fidèle aux ayants droits méprisés et radiés, comme à ces grèves qui refusent la logique comptable et cette chiennerie de rationalité néolibérale, ce cynisme trop tranquille des maîtres, contribue à l’archipel des résistances des chômeurs, des précaires, des intermittents, des travailleurs pauvres, de chaque passant par le Pôle, un foule de riens. Elle s’y colle, sur la toile : Recours radiation.

Et ailleurs. Sur France Inter, elle témoigne de l’organisation «folle» du Pôle, machine qui rend malade, tue, organise le contrôle social et l’exclusion des chômeurs. Loin d’être le service public qui accompagne 4 millions de demandeurs d’emploi (toutes catégories confondues), le Pôle contrôle et exclut. Elle le dit, là.


Madame, merci. Tu rends joyeux.

CIP-IDF, 26 février 2010.

Publié dans Chômeurs - précaires

Commenter cet article